Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CANYONS SOUS-MARINS

Classement des canyons sous-marins

Dans leurs premiers essais, F. P. Shepard et Philip H. Kuenen avaient proposé une classification morphologique des vallées sous-marines. C'est ainsi qu'à côté des canyons à parois abruptes et profil transversal en V ils rangeaient également les rifts de dorsale (vallée de rift, disait-on), les vallées glaciaires de plateau, les vallées de glacis et les chenaux abyssaux.

Dans notre classement, nous ne prendrons en considération que les vallées majeures creusées dans les marges continentales jusqu'au pied des pentes. On pourrait, en premier lieu, proposer une classification fondée sur la dynamique sédimentaire et l'évolution des canyons. Elle comprendrait deux grandes divisions : d'une part, les canyons actifs, caractérisés par des remaniements gravitaires importants et une sédimentation instable dans les têtes ; d'autre part, les canyons rendus inactifs par la remontée du niveau marin. On lui préfèrera cependant, en l'état de nos connaissances, un classement génétique.

Les canyons méditerranéens creusés en milieu aérien

Les formes majeures ont été acquises ou accentuées pendant l'assèchement messinien du bassin (entre 6,5 et 5 Ma). Leur évolution postérieure résulte exclusivement de facteurs sous-marins. Notons cependant que, selon certains chercheurs, il existerait aussi en Méditerranée des canyons sous-marins plus récents creusés en milieu subaquatique.

Les canyons creusés sous la mer

On peut distinguer les canyons de marge passive et les canyons de marge active.

Appartenant essentiellement aux marges matures, les canyons de marge passive constituent la majorité des formes recensées. Leur morphologie actuelle est probablement le résultat d'événements érosifs successifs par glissement et déblaiement des dépôts sédimentaires remaniés, interrompus peut-être par des périodes de remblaiement partiel. Leur origine remonte assez loin dans les temps géologiques, au Tertiaire sans doute, au Miocène pour les uns, à une période beaucoup plus ancienne pour d'autres.

On soulignera l'importance de facteurs spécifiques à certains canyons :

– les accidents structuraux, surtout les failles, qui ont guidé le tracé du cours ;

– l'alluvionnement proglaciaire qui, en période d'extension de l'inlandsis, multiplie les remaniements gravitaires et accentue le creusement ; parallèlement, on peut mentionner aussi l'afflux de sédiments profluviatiles deltaïques ;

– les bio-constructeurs (récifs coralliens) qui, dans la région des Bahamas par exemple, construisent les parois et les rehaussent continuellement.

En ce qui concerne les canyons de marge active, les levés sont encore peu nombreux : citons ceux de la pente orientale des Aléoutiennes et le canyon du río de las Balsas (Mexique). Ils ont une dénivelée plutôt faible et sont sinueux car leur développement est contrarié par la déformation permanente des marges. Certaines fosses de subduction actives, comme celle de Sagami, au Japon, sécantes sur la marge, présentent les aspects de canyons à parois dissymétriques.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Canyon Bourcart

Canyon Bourcart

Gouf de Capbreton

Gouf de Capbreton

Baie des Anges : bathymétrie

Baie des Anges : bathymétrie

Autres références

  • BOURCART JACQUES (1891-1965)

    • Écrit par Universalis
    • 589 mots

    Naturaliste de formation, Jacques Bourcart consacra une grande partie de sa vie à la géologie classique en y faisant preuve d'un esprit novateur et anticonformiste. Au cours de ses recherches sur le Quaternaire du Maroc, il aborda les problèmes littoraux et écrivit une œuvre d'une profonde réflexion...

  • DELTAS

    • Écrit par Gilbert BELLAICHE
    • 3 794 mots
    • 2 médias
    ...déséquilibre gravitaire, étaient périodiquement entraînées, sous forme de courants de turbidité, le long du talus continental, le plus souvent par l'intermédiaire des canyons sous-marins, jusqu'au pied de la marge continentale, où elles s'accumulaient sous forme d'édifices de type deltaïque.
  • GASCOGNE GOLFE DE

    • Écrit par Jean-Pierre PINOT
    • 1 363 mots
    • 2 médias
    ...les sables, mieux triés, contiennent une part plus importante d'éléments marins (glauconie et débris coquilliers). Ce plateau est entaillé par quelques canyons dont les têtes remontent presque jusqu'au littoral, à la faveur d'accidents tectoniques dans l'intervalle desquels l'escarpement continental, à...
  • MARGES CONTINENTALES

    • Écrit par Gilbert BOILLOT
    • 4 329 mots
    • 9 médias
    ...entre 200 et 3 000 ou 4 000 mètres de profondeur ; sa déclivité est de 7 p. 100 en moyenne. Elle est entamée, souvent profondément, par des vallées ou des canyons sous-marins, par où transitent les sédiments. Enfin, le glacis continental est situé en eau profonde (de 3 000 à 5 000 m), à cheval sur la croûte...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi