GASCOGNE GOLFE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le golfe de Gascogne est un coin d'Atlantique enfoncé entre l'Espagne et l'Armorique. Sa limite conventionnelle est une droite joignant le cap Ortegal, en Galice, à la bouée d'ar-Men, au large de Sein. Sa partie centrale est une plaine abyssale de 4 800 m de fond, qu'un escarpement continental vigoureux sépare de plateaux continentaux assez vastes. Il représente ainsi un type de mer intracontinentale largement ouverte sur l'Océan, ce qui lui confère des caractères hydrologiques moins différenciés que ceux de la mer Celtique voisine.

Géomorphologie et sédimentologie

Bien que la cassure qui a donné naissance au golfe de Gascogne soit ancienne, comme le montre le fait qu'elle se prolonge, au-delà de l'Atlantique, entre le Groenland et le Labrador, elle n'a joué que tardivement et assez brièvement soit que le bloc espagnol se soit déplacé latéralement, soit, plus probablement, qu'il ait pivoté d'environ 300 autour d'un axe situé vers Tarbes. Un nouveau fond océanique s'est alors formé dans l'entrebâillement ; mais le mouvement d'ouverture a cessé depuis longtemps, et il ne reste que des traces fort incertaines de la dorsale qui a pu occuper l'axe de la plaine abyssale ; la partie orientale de la dépression ainsi ouverte a même été totalement colmatée par les apports pyrénéens.

Les plateaux continentaux sont remarquables par leur dissymétrie. Le plateau espagnol, qui borde une région montagneuse, est étroit et relativement accidenté, tapissé d'éléments détritiques au pied des monts Cantabriques, alors que devant la Galice les sables, mieux triés, contiennent une part plus importante d'éléments marins (glauconie et débris coquilliers). Ce plateau est entaillé par quelques canyons dont les têtes remontent presque jusqu'au littoral, à la faveur d'accidents tectoniques dans l'intervalle desquels l'escarpement continental, à pente forte, est assez peu découpé.

Géomorphologie et sédimentologie

Dessin : Géomorphologie et sédimentologie

Géomorphologie et sédimentologie du golfe de Gascogne 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il en va tout autrement devant la côte sud des Landes : entre le gouf de Capbreton et le canyon du cap Ferret, tous deux orientés est-ouest jusqu'aux fonds de 3 200 m, l'escarpement continental, né du colmatage propyrénéen, a une pente médiocre ; le plateau, tapissé presque uniquement de sables siliceux, prolonge la plaine des Landes, et les fortes houles d'ouest en assurent le tri et la platitude. Au nord de la latitude d'Arcachon, topographie et sédiments deviennent plus variés : les apports anciens de la Gironde, lors des régressions quaternaires, ont déposé deux nappes de sables grossiers, dont l'une débouche sur le canyon des Sables-d'Olonne et l'autre sur celui du cap Ferret, alors que les apports actuels de la Gironde, plus fins, ont édifié un delta sous-marin d'une trentaine de kilomètres de rayon.

Entre la Gironde et la chaussée de Sein, la complexité est très grande : le littoral, fortement indenté, est précédé d'îles à l'abri desquelles se sont formées des vasières prélittorales : les unes en continuité avec les marais maritimes (Pertuis breton), les autres n'existant qu'au-dessous de 15 ou 20 m de profondeur (baie de Concarneau). La Loire, après avoir jalonné de sables grossiers son chenal des temps de régression, a depuis construit successivement, l'un devant l'autre, deux deltas sous-marins. Un ourlet de matériaux détritiques borde le continent et les îles, tandis que des reliefs submergés, tantôt granitiques (Rochebonne), tantôt faits de calcaires ou de grès tertiaires, accidentent les marges internes de la plate-forme continentale proprement dite ; celle-ci cesse progressivement de prolonger les plaines littorales pour s'installer bien en contrebas : elle commence vers 40 m de fond devant les côtes vendéennes, vers 90 m de fond devant Penmarc'h. Parallèlement, le rebord de l'escarpement continental s'enfonce vers le nord-ouest, de 130 m au droit de la Gironde à 170 m au large d'Audierne. Cet affaissement de la plate-forme vers le nord-ouest explique l'apparition et le développement de dépôts fins connus sous le nom de « grande vasière », de part et d'autre des fonds de 100 m.

Golfe de Gascogne : réseau fluviatile

Dessin : Golfe de Gascogne : réseau fluviatile

Un type de réseau fluviatile sur le précontinent : le nord du golfe de Gascogne (d'après Berthois et Brenot, Vanney, Pinot). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'escarpement continental sud-armoricain, dont le tracé d'ensemble est rectiligne, est profondément incisé par des canyons plus ou moins hiérarchisés, dont les principaux (canyons des Sables-d'Olonne, de Saint-Nazaire et d'Audierne) semblent nés, respectivement, du déversement direct des eaux turbides de la Gironde, de la Loire et de la Seine lors des régressions quaternaires. Moins raide que du côté espagnol, l'escarpement est, dans les intervalles entre les canyons, décomposé en abrupts de 500 à 800 m de dénivellation, séparés par des « replats » en pente douce, de quelques kilomètres de large.

À partir de 4 000 m de fond, la base de l'escarpement est revêtue d'un glacis de débris trop grossiers pour avoir continué leur route vers le large. La partie la plus profonde du golfe est faite d'une plaine abyssale, très doucement inclinée de l'est (où les collines disparaissent vers 4 750 m de profondeur) vers le sud-ouest (où, par la porte Théta, les boues du fond se déversent vers la plaine abyssale d'Ibérie).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Géomorphologie et sédimentologie

Géomorphologie et sédimentologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Golfe de Gascogne : réseau fluviatile

Golfe de Gascogne : réseau fluviatile
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GASCOGNE GOLFE DE  » est également traité dans :

CANYONS SOUS-MARINS

  • Écrit par 
  • Maurice GENNESSEAUX
  •  • 7 529 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cours moyen ou canyon stricto sensu »  : […] Le cours moyen correspond globalement à la traversée de la majeure partie de la pente continentale, depuis la tête (à 200 ou 300 m de profondeur) jusqu'à une rupture de pente plus ou moins accentuée, marquant la limite entre la fin des processus érosifs et le début des accumulations sédimentaires. Cette limite a une profondeur très variable : 2 000 mètres en Méditerranée ou en Californie, de 3 000 […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les chaînes alpines »  : […] Les chaînes alpines d'Europe forment deux ensembles : l'un, principal, est lié à la collision de l'Europe et de l'Afrique ayant cicatrisé la Téthys ; l'autre est l'ensemble pyrénéo-provençal. L'ensemble principal est à double déversement, avec : une branche alpidique , en marge du continent européen, déversée vers celui-ci, allant de Gibraltar à l'Asie Mineure par les cordillères Bétiques, les […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-10 mars 1984 France – Espagne. Conflit de la pêche et tension franco-espagnole

golfe de Gascogne, sont arraisonnés par des bâtiments de la marine nationale qui, après plusieurs sommations et coups de semonce, tirent sur eux au canon, blessant neuf marins dont deux grièvement. Ces chalutiers n'en étaient pas à leur première infraction, malgré les accords de pêche signés par Madrid avec la Communauté européenne. Le 8, Fernando  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « GASCOGNE GOLFE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/golfe-de-gascogne/