CANYONS SOUS-MARINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Observations en submersible

Succédant à des prises de vues photographiques par déclenchement automatique de caméras suspendues à un câble ou montées sur d'ingénieux traîneaux (telle la troïka de Jacques-Yves Cousteau), l'observation directe des fonds dans des submersibles, mieux adaptés que les bathyscaphes, a transformé le géologue marin en géologue de « terrain », en dépit, il est vrai, d'un champ de vision réduit, d'une autonomie de six à dix heures seulement et de possibilités d'échantillonnages limitées.

Les observateurs ont à nouveau comparé les lits des canyons à ceux de rivières torrentielles. Des événements exceptionnels, semblables à des crues, ont abandonné çà et là des masses de matériaux hétérogènes qui bossèlent le fond, ou encore d'épaisses barres de galets et de sables transversales ou longitudinales. Ils ont aussi creusé de profonds chenaux ou dispersé des blocs de taille plurimétrique. Les plongeurs ont noté également que des courants quasi permanents étaient capables non seulement de maintenir les fonds exempts de dépôts vaseux, mais aussi de lisser ou de strier les dépôts fins, de construire des réseaux de ripple marks parallèles ou rhomboïdaux, d'affouiller les fonds autour des blocs ou de déposer en aval des queues de comète sédimentaires. Toutes ces actions trahissent des vitesses de courants de plusieurs nœuds qui gênent considérablement ou éliminent l'endofaune (vers), si abondante généralement dans les zones calmes. L'analogie avec les cours d'eau à crues fréquentes se remarque aussi par les rives de marnes ou de grès tendres, taillées en falaises ou même en encorbellements, et par l'érosion différentielle et le polissage des bancs d'inégale dureté. On note cependant avec étonnement qu'à une exception près les plongeurs n'ont jamais observé de courants susceptibles de gêner les déplacements des submersibles (soit environ 1 nœud). Cette absence prolongée de courant pourrait expliquer sans doute la présence d'une fine pellicule de vase sur les blocs rocheux.

L'observation directe des versants montre la très grande fréquence d'affleurements du [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages



Médias de l’article

Canyon Bourcart

Canyon Bourcart
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Gouf de Capbreton

Gouf de Capbreton
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Baie des Anges : bathymétrie

Baie des Anges : bathymétrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Stoechades

Stoechades
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CANYONS SOUS-MARINS  » est également traité dans :

BOURCART JACQUES (1891-1965)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 589 mots

Naturaliste de formation, Jacques Bourcart consacra une grande partie de sa vie à la géologie classique en y faisant preuve d'un esprit novateur et anticonformiste. Au cours de ses recherches sur le Quaternaire du Maroc, il aborda les problèmes littoraux et écrivit une œuvre d'une profonde réflexion : Essai sur les régressions et les transgressions marines (1938) ; ainsi commença une deuxième car […] Lire la suite

DELTAS

  • Écrit par 
  • Gilbert BELLAICHE
  •  • 3 784 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les deltas sous-marins profonds, ou « deep-sea fans » »  : […] Pendant les périodes glaciaires du Quaternaire et plus particulièrement pendant la dernière, le niveau mondial des mers et des océans se trouvait à une centaine de mètres plus bas qu'actuellement. De ce fait, les fleuves débouchaient au voisinage de la bordure du plateau continental et y déposaient leurs alluvions. Celles-ci, en position de déséquilibre gravitaire, étaient périodiquement entraî […] Lire la suite

GASCOGNE GOLFE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 1 362 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Géomorphologie et sédimentologie »  : […] Bien que la cassure qui a donné naissance au golfe de Gascogne soit ancienne, comme le montre le fait qu'elle se prolonge, au-delà de l'Atlantique, entre le Groenland et le Labrador, elle n'a joué que tardivement et assez brièvement soit que le bloc espagnol se soit déplacé latéralement, soit, plus probablement, qu'il ait pivoté d'environ 30 0 autour d'un axe situé vers Tarbes. Un nouveau fond oc […] Lire la suite

MARGES CONTINENTALES

  • Écrit par 
  • Gilbert BOILLOT
  •  • 4 316 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les marges continentales passives de divergence »  : […] Aux marges actives, on oppose généralement les marges passives, ou stables, qui sont des régions calmes, sans manifestation géodynamique perceptible. Mais, en réalité, les marges passives sont très différentes selon qu'elles sont construites sur une ancienne faille transformante (cf.  Les marges de coulissage ) ou sur une ancienne frontière de plaques divergentes. On distingue sur les marges passi […] Lire la suite

MÉDITERRANÉE MER

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • François DOUMENGE, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • Universalis
  •  • 4 808 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Évolution quaternaire (2 Ma-Actuel) »  : […] La hauteur d'affleurement du Pliocène marin, traduisant la montée maximale des mers de cette époque, varie considérablement suivant les régions, du fait de plissements, de basculements ou du jeu de failles ayant suivi ces dépôts : cas extrême, dans les zones externes de l'Apennin, de l'arc calabro-sicilien, de la Tunisie orientale, le Pliocène est impliqué dans de véritables chevauchements. Cette […] Lire la suite

NOIRE MER

  • Écrit par 
  • Luch Mikhaylovich FOMIN, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Vladimir Petrovich GONCHAROV, 
  • Aleksï Nilovitch KOSAREV
  •  • 3 579 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Géologie »  : […] La nature et l'âge des roches sous-jacentes reflètent la diversité géologique de la région. La pointe sud de la plate-forme russe, bloc structurel datant d'au moins 540 millions d'années, apparaît dans le nord-est de la mer Noire. Sur ce socle protérozoïque repose une épaisse couche sédimentaire. La profonde cuvette sous-marine est généralement considérée comme une vaste zone de subsidence struct […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine) - Topographie des fonds sous-marins

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 2 343 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Grands domaines morphostructuraux »  : […] Lorsqu'on part de la ligne de rivage et qu'on se dirige vers le large, on trouve d'abord une plate-forme immergée, appelée plateau continental , plus ou moins étendue et descendant en pente assez douce jusqu'à une profondeur qui est généralement de l'ordre de 130 à 150 mètres. Le talus (ou escarpement ) continental , qui lui fait suite, montre une pente plus forte (on l'appelle aussi « pente cont […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice GENNESSEAUX, « CANYONS SOUS-MARINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/canyons-sous-marins/