Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CANYONS SOUS-MARINS

Observations en submersible

Succédant à des prises de vues photographiques par déclenchement automatique de caméras suspendues à un câble ou montées sur d'ingénieux traîneaux (telle la troïka de Jacques-Yves Cousteau), l'observation directe des fonds dans des submersibles, mieux adaptés que les bathyscaphes, a transformé le géologue marin en géologue de « terrain », en dépit, il est vrai, d'un champ de vision réduit, d'une autonomie de six à dix heures seulement et de possibilités d'échantillonnages limitées.

Les observateurs ont à nouveau comparé les lits des canyons à ceux de rivières torrentielles. Des événements exceptionnels, semblables à des crues, ont abandonné çà et là des masses de matériaux hétérogènes qui bossèlent le fond, ou encore d'épaisses barres de galets et de sables transversales ou longitudinales. Ils ont aussi creusé de profonds chenaux ou dispersé des blocs de taille plurimétrique. Les plongeurs ont noté également que des courants quasi permanents étaient capables non seulement de maintenir les fonds exempts de dépôts vaseux, mais aussi de lisser ou de strier les dépôts fins, de construire des réseaux de ripple marks parallèles ou rhomboïdaux, d'affouiller les fonds autour des blocs ou de déposer en aval des queues de comète sédimentaires. Toutes ces actions trahissent des vitesses de courants de plusieurs nœuds qui gênent considérablement ou éliminent l'endofaune (vers), si abondante généralement dans les zones calmes. L'analogie avec les cours d'eau à crues fréquentes se remarque aussi par les rives de marnes ou de grès tendres, taillées en falaises ou même en encorbellements, et par l'érosion différentielle et le polissage des bancs d'inégale dureté. On note cependant avec étonnement qu'à une exception près les plongeurs n'ont jamais observé de courants susceptibles de gêner les déplacements des submersibles (soit environ 1 nœud). Cette absence prolongée de courant pourrait expliquer sans doute la présence d'une fine pellicule de vase sur les blocs rocheux.

Stoechades

Stoechades

L'observation directe des versants montre la très grande fréquence d'affleurements du substratum. Dans le canyon des Stoechades (marges des Maures ; ), des grès sublittoraux oligocènes forment des falaises de plusieurs dizaines de mètres de hauteur, ébauchées – selon les observateurs – pendant la phase d'émersion messinienne. Dans le canyon des Moines (Corse méridionale), des falaises d'orgues basaltiques d'âge miocène surplombent le chenal à 2 000 mètres de profondeur, prouvant l'existence de creusements ou de fractures récentes. Au large de la Nouvelle-Angleterre, dans le canyon Heezen, un bloc allochtone de 150 mètres de longueur affleure le long du chenal. Dans le canyon du Var, les marnes indurées pliocènes forment des versants pentés à 600 et découpés par de profondes rigoles subparallèles. Les marnes moins consolidées forment des versants plus doux, sculptés en banquettes de hauteur métrique à décimétrique, résultant de l'érosion ou du faillage superficiel. Les dépôts meubles sur les pentes sont généralement instables et déplacés par le moindre effleurement.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Canyon Bourcart

Canyon Bourcart

Gouf de Capbreton

Gouf de Capbreton

Baie des Anges : bathymétrie

Baie des Anges : bathymétrie

Autres références

  • BOURCART JACQUES (1891-1965)

    • Écrit par Universalis
    • 589 mots

    Naturaliste de formation, Jacques Bourcart consacra une grande partie de sa vie à la géologie classique en y faisant preuve d'un esprit novateur et anticonformiste. Au cours de ses recherches sur le Quaternaire du Maroc, il aborda les problèmes littoraux et écrivit une œuvre d'une profonde réflexion...

  • DELTAS

    • Écrit par Gilbert BELLAICHE
    • 3 794 mots
    • 2 médias
    ...déséquilibre gravitaire, étaient périodiquement entraînées, sous forme de courants de turbidité, le long du talus continental, le plus souvent par l'intermédiaire des canyons sous-marins, jusqu'au pied de la marge continentale, où elles s'accumulaient sous forme d'édifices de type deltaïque.
  • GASCOGNE GOLFE DE

    • Écrit par Jean-Pierre PINOT
    • 1 363 mots
    • 2 médias
    ...les sables, mieux triés, contiennent une part plus importante d'éléments marins (glauconie et débris coquilliers). Ce plateau est entaillé par quelques canyons dont les têtes remontent presque jusqu'au littoral, à la faveur d'accidents tectoniques dans l'intervalle desquels l'escarpement continental, à...
  • MARGES CONTINENTALES

    • Écrit par Gilbert BOILLOT
    • 4 329 mots
    • 9 médias
    ...entre 200 et 3 000 ou 4 000 mètres de profondeur ; sa déclivité est de 7 p. 100 en moyenne. Elle est entamée, souvent profondément, par des vallées ou des canyons sous-marins, par où transitent les sédiments. Enfin, le glacis continental est situé en eau profonde (de 3 000 à 5 000 m), à cheval sur la croûte...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi