CANADAHistoire et politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielCanada (CA)
Chef de l'Étatle roi Charles III (Royaume-Uni), représenté par la gouverneure générale Mary Simon (depuis le 26 juillet 2021)
Chef du gouvernementJustin Trudeau (depuis le 4 novembre 2015)
CapitaleOttawa
Langues officiellesanglais, français

Le pari de Pierre Elliott Trudeau

Au lendemain du premier centenaire de la fédération canadienne (1867-1967) et du grand succès de l'Exposition universelle de Montréal (28 avr.-27 oct. 1967), les citoyens canadiens voulurent se convaincre qu'un nouveau départ était possible. En septembre 1967, le Parti conservateur fédéral, qui avait perdu le pouvoir en 1963, se donna un nouveau chef. Robert Stanfield, ancien Premier ministre de la Nouvelle-Écosse, manifesta beaucoup de sympathie envers les revendications autonomistes du Québec. D'autre part, depuis le retour au pouvoir du Parti libéral fédéral, le gouvernement d'Ottawa, dirigé par Lester B. Pearson, avait conclu de nombreux compromis avec les autorités québécoises. C'était l'époque du fédéralisme coopératif.

L'entrée en scène de Pierre Elliott Trudeau modifia la situation. Aux élections fédérales de 1965, Lester B. Pearson voulut renouveler l'aile québécoise de son parti en y introduisant un sang nouveau. Il fit appel à trois hommes qui n'appartenaient pas au groupe des politiciens traditionnels. Jean Marchand, président de la Confédération des syndicaux nationaux (CSN), avait milité dans le mouvement syndical franco-catholique du Québec depuis qu'il avait quitté l'université comme diplômé en sciences sociales. Gérard Pelletier, journaliste de carrière, avait travaillé également dans les milieux de l'action catholique et du syndicalisme chrétien. Pierre Elliott Trudeau, avocat, commentateur politique et professeur de droit à l'université de Montréal, s'était fait connaître comme défenseur des droits et libertés de la personne. En particulier, il était opposé à tout nationalisme, surtout à celui des Franco-Québécois. L'orientation qu'avait prise le mouvement autonomiste québécois, qu'il jugeait ethnocentriste, lui répugnait. Il déclara s'être rallié au Parti libéral fédéral – une formation politique qu'il avait fréquemment dénoncée – afin de renverser une tendance qu'il estimait nocive pour le bien général du Québec et du Canada. Les observateurs politiques surnommèrent ce trio « les trois colombes ».

Pierre Elliott Trudeau, 1972

Photographie : Pierre Elliott Trudeau, 1972

Le Québécois Pierre Elliott Trudeau (ici, en 1972 lors d'un voyage à Londres) devient Premier ministre du Canada en avril 1968. Il procédera à une réforme constitutionnelle pour détacher complètement son pays du Parlement britannique. 

Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Il fallait prouver aux électeurs du Québec, en particulier aux Franco-Québécois, que leur patrie c'était le Canada. Comment y parvenir ? Pierre Elliott Trudeau et ses collaborateurs avaient établi les grandes lignes d'un programme qu'ils ont méthodiquement cherché à réaliser après leur accession au pouvoir. Rien n'a été négligé pour convaincre les Québécois que leurs représentants jouent un rôle de premier plan dans l'administration fédérale, tant au niveau du cabinet qu'à celui de la fonction publique. Le choix de Pierre Elliott Trudeau comme chef du Parti libéral du Canada (avr. 1968) faisait partie de cette stratégie. La télévision fut également mise à contribution pour donner une image francisée du gouvernement d'Ottawa. L'une des premières grandes initiatives de l'administration Trudeau fut la loi des langues officielles (1969). Le Premier ministre attachait une importance primordiale à cette mesure législative dont il entendait faire la pierre angulaire de son régime. Il s'efforça de ridiculiser, de marginaliser ou de terroriser les groupes québécois contestataires qui rejetaient son programme pancanadianiste et préconisaient un « Québec aux Québécois ».

Fondation et victoire du Parti québécois

Le mouvement nationaliste québécois continua, néanmoins, à progresser. En 1968, tous les mouvements sécessionnistes dits « souverainistes » ou « indépendantistes » se fusionnèrent pour former le Parti québécois. René Lévesque, membre de l'Assemblée nationale du Québec et ancien ministre dans le gouvernement libéral de Jean Lesage (1960-1966), en prit la direction. Aux élections provinciales québécoises de 1970, le nouveau parti obtint 23 % des suffrages et 7 sièges à l'Assemblée nationale. Aux élections provinciales de 1973, le Parti québécois, avec 30 % des suffrages mais seulement 6 sièges, devint l'opposition officielle.

Plus ils s'approchent du pouvoir, plus les dirigeants du parti sentent la nécessité de rassurer les électeurs. Leurs adversaires les accusent d'extrémisme et les associent calomnieusement aux cellules terroristes du Front de libération du Québec (FLQ). Aux élections de 1976, le Parti québécois informe l'électorat qu'il se présente pour former un bon gouvernement et non pas pour déclarer l'indépendance. Une fois au pouv [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 29 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Canada : drapeau

Canada : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Jacques Cartier

Jacques Cartier
Crédits : British Library/ AKG-images

photographie

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Le flottage

Le flottage
Crédits : William England/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des arts et des sciences, université de Montréal, membre à titre d'associé étranger de l'Académie des sciences d'outre-mer de France
  • : professeur titulaire, département de science politique, université de Montréal, Québec (Canada)

Classification

Autres références

«  CANADA  » est également traité dans :

CANADA - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 5 725 mots
  •  • 10 médias

Sans aucun doute, la première image que l'on a, lorsqu'on évoque le milieu canadien, est celle d'un climat rude : ce pays n'a-t-il pas été comparé à l'empire du froid ? Cependant, la rudesse bien connue des hivers longs aux températures si basses ne saurait faire oublier la légendaire douceur de l'indiansummer ni l'agréable tiédeur des co […] Lire la suite

CANADA, économie

  • Écrit par 
  • Serge COULOMBE
  •  • 7 907 mots

Le Canada est membre du G7 depuis 1976 et figurait dans le peloton de tête de l’indice de développement humain (IDH) de l’ONU en 2017, juste devant les États-Unis. Son économie s’appuie sur une population instruite, la qualité de ses institutions, l’abondance de ses ressources naturelles ; très proche de la première économie mondiale, elle en est aussi relativement dépendante. La structure centre- […] Lire la suite

CANADA - Espace et société

  • Écrit par 
  • Anne GILBERT
  •  • 12 629 mots
  •  • 5 médias

Quiconque parcourt le Canada, ne serait-ce qu’en observant une carte, prend conscience de l’immensité du pays. Plus de 5 514 kilomètres séparent sa façade orientale, sur l’Atlantique, de sa côte occidentale, sur le Pacifique. En outre, le peuplement y est loin d’être continu, même sur sa frange sud, où vivent plus des deux tiers de la population, à moins de 100 kilomètres de la […] Lire la suite

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 027 mots
  •  • 3 médias

En deux langues, la littérature canadienne exprime l'âme d'un peuple. Les textes français antérieurs à 1760 sont pour l'essentiel des récits de voyage et constituent une « prélittérature ». Ce n'est qu'après les guerres de la conquête que les Canadiens français, coupés de leurs élites, obligés de s'adapter pour ne pas périr, doivent se défendre par la parole ou l'écrit. Journalistes et orateurs pa […] Lire la suite

DORSÉTIEN, culture

  • Écrit par 
  • Yvon CSONKA
  •  • 72 mots

Dorsétien est une culture paléoesquimaude dont on retrouve les traces au Groenland et dans l'Arctique canadien à l'est du fleuve McKenzie, entre le ix e  siècle avant J.-C, et le xvi e  siècle de notre ère au plus tard, suivant les régions. Elle est apparue et s'est développée sans apports extérieurs, longtemps après l'installation de Paléoesquimaux venus d'Alaska au III e  millénaire. […] Lire la suite

PALÉOESQUIMAU

  • Écrit par 
  • Yvon CSONKA
  •  • 68 mots

Le terme paléoesquimaux désigne toutes les populations préhistoriques établies de la rive sibérienne du détroit de Béring au Groenland, en passant par l'Arctique nord-américain, qui manifestent un mode de vie de type esquimau. Elles ont disparu peu après l'arrivée d'immigrants venus d'Alaska au début du II e  millénaire, porteurs de la culture de Thulé, néoesquimaude. […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22 mars 2022 Canada. Accord entre le gouvernement et le Nouveau Parti démocratique.

Premier ministre d’un gouvernement minoritaire, Justin Trudeau conclut une entente avec Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), en vue d’obtenir le soutien de ce dernier en contrepartie de la mise en œuvre de mesures sociales et environnementales, et de l’engagement à ne pas provoquer d’élections anticipées avant la fin du mandat en cours, en 2025. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BRUNET, Alain NOËL, « CANADA - Histoire et politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-histoire-et-politique/