CANADAHistoire et politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielCanada (CA)
Chef de l'Étatla reine Élisabeth II (Royaume-Uni), représentée par la gouverneure générale Mary Simon (depuis le 26 juillet 2021)
Chef du gouvernementJustin Trudeau (depuis le 4 novembre 2015)
CapitaleOttawa
Langues officiellesanglais, français

L'intervention de la France

En 1524, le navigateur florentin Verrazano explore la côte américaine depuis la Floride jusqu'au Cap-Breton. Il cherche, écrit-il, « les bienheureux rivages du Cathay ». Au service de banquiers italiens établis en France, Verrazano travaille également pour François Ier. Celui-ci n'entend pas laisser aux Espagnols et aux Portugais la domination des mers et des continents extra-européens. Ce voyage fait progresser les connaissances géographiques de l'Européen. Verrazano s'est rendu compte que le territoire qu'il a exploré « n'est rattaché ni à l'Asie ni à l'Afrique » et constitue un continent « enfermé entre la mer orientale et la mer occidentale et [qui] les limiterait toutes deux ». L'Amérique du Nord prend une existence distincte dans l'esprit des géographes et des explorateurs. La carte de Verrazano (1529) porte en légende sur le littoral du continent nord-américain, Nova Gallia : la Nouvelle-France est née.

Jacques Cartier reçoit de François Ier la mission de « faire le voyage de ce royaume ès Terres Neufves pour descouvrir certaines ysles où l'on dit qu'il se doibt trouver grant quantité d'or et autres riches choses ». Le navigateur malouin accomplit trois voyages au Canada. Le bilan du premier (1534) est assez impressionnant : découverte d'une mer intérieure (le golfe du Saint-Laurent), visite d'un pays nouveau, alliance avec des indigènes qui disent venir de l'ouest, hypothèse d'un passage qui permette de se rendre plus loin, possibilité d'échanges commerciaux.

Jacques Cartier

Photographie : Jacques Cartier

L'explorateur français Jacques Cartier (1491-1557), premier Européen à remonter le Saint-Laurent, entouré de ses compagnons. Détail d'une carte de Pierre Desceliers, 1536 ou 1542. British Library, Londres. 

Crédits : British Library/ AKG-images

Afficher

Par son deuxième voyage (1535-1536), Cartier mérite le titre de découvreur du fleuve Saint-Laurent, route d'accès vers le cœur du continent, axe de développement du Canada depuis l'époque de l'empire français jusqu'à celle de la voie maritime du Saint-Laurent. Il a également fait connaissance avec l'hiver canadien et appris des indigènes comment lutter contre le scorbut. L'entreprise Roberval-Cartier (1541-1542), qui semblait avoir pour but d'établir une colonie permanente, se solda par un échec et laissa d'amers souvenirs. D'autres préoccupations et en particulier les guerres de Religion empêchèrent la France de s'intéresser au Canada pendant plus d'un demi-siècle. Quelques expéditions de la fin du xvie siècle et des toutes premières années du xviie furent sans lendemain.

Les débuts de la colonisation française

Fondateur de la ville de Québec (1608), Samuel de Champlain a mérité le titre de « Père de la Nouvelle-France ». Explorateur et géographe, il fut également un colonisateur. Après avoir participé à la tentative avortée (1604-1607) de fonder une colonie sur les rives de l'Atlantique, à Port-Royal, il avait fait prévaloir l'idée d'un établissement à l'intérieur, sur les rives du Saint-Laurent. Il lutta toute sa vie contre les objectifs étroitement mercantilistes des marchands afin de faire admettre son projet d'une colonie de peuplement. Son but n'est pas de recueillir les richesses exportables du territoire, mais de l'humaniser, d'y établir des colons qui se diront les « habitants » du pays. Cependant, Champlain est assez réaliste pour savoir que la colonie a besoin de commercer avec l'Europe pour vivre et se développer. Ses fourrures et les pêcheries constituent ses principales ressources. Il n'ignore pas que le gouvernement métropolitain et les hommes d'affaires des ports français en relation avec l'Amérique s'intéresseront à l'entreprise dans la mesure où celle-ci se révélera rentable. Quand Champlain meurt (1635), la colonie laurentienne, même si elle compte moins de 200 habitants, dont la majorité s'occupe de la traite des fourrures, est en voie de devenir plus qu'un simple comptoir temporaire.

L'enracinement

De 1635 à 1663, quelques familles entreprenantes décident de s'établir en permanence et de développer la colonie ; la population atteint 2 500 habitants. Les communautés religieuses ont grandement contribué à ce développement spectaculaire. Les fondations des Trois-Rivières (1634) et de Ville-Marie (1642), devenue Montréal, ont complété l'occupation du territoire laurentien. Deux faits ont marqué cette période de l'enracinement : en 1635, la fondation par les Jésuites du collège de Québec à la demande des familles qui veulent faire instruire leurs enfants dans le pays où il sont ap [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 29 pages

Médias de l’article

Canada : drapeau

Canada : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Jacques Cartier

Jacques Cartier
Crédits : British Library/ AKG-images

photographie

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Le flottage

Le flottage
Crédits : William England/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des arts et des sciences, université de Montréal, membre à titre d'associé étranger de l'Académie des sciences d'outre-mer de France
  • : professeur titulaire, département de science politique, université de Montréal, Québec (Canada)

Classification

Autres références

«  CANADA  » est également traité dans :

CANADA - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 5 725 mots
  •  • 10 médias

Sans aucun doute, la première image que l'on a, lorsqu'on évoque le milieu canadien, est celle d'un climat rude : ce pays n'a-t-il pas été comparé à l'empire du froid ? Cependant, la rudesse bien connue des hivers longs aux températures si basses ne saurait faire oublier la légendaire douceur de l'indiansummer ni l'agréable tiédeur des co […] Lire la suite

CANADA, économie

  • Écrit par 
  • Serge COULOMBE
  •  • 7 907 mots

Le Canada est membre du G7 depuis 1976 et figurait dans le peloton de tête de l’indice de développement humain (IDH) de l’ONU en 2017, juste devant les États-Unis. Son économie s’appuie sur une population instruite, la qualité de ses institutions, l’abondance de ses ressources naturelles ; très proche de la première économie mondiale, elle en est aussi relativement dépendante. La structure centre- […] Lire la suite

CANADA - Espace et société

  • Écrit par 
  • Anne GILBERT
  •  • 12 629 mots
  •  • 5 médias

Quiconque parcourt le Canada, ne serait-ce qu’en observant une carte, prend conscience de l’immensité du pays. Plus de 5 514 kilomètres séparent sa façade orientale, sur l’Atlantique, de sa côte occidentale, sur le Pacifique. En outre, le peuplement y est loin d’être continu, même sur sa frange sud, où vivent plus des deux tiers de la population, à moins de 100 kilomètres de la […] Lire la suite

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 027 mots
  •  • 3 médias

En deux langues, la littérature canadienne exprime l'âme d'un peuple. Les textes français antérieurs à 1760 sont pour l'essentiel des récits de voyage et constituent une « prélittérature ». Ce n'est qu'après les guerres de la conquête que les Canadiens français, coupés de leurs élites, obligés de s'adapter pour ne pas périr, doivent se défendre par la parole ou l'écrit. Journalistes et orateurs pa […] Lire la suite

DORSÉTIEN, culture

  • Écrit par 
  • Yvon CSONKA
  •  • 72 mots

Dorsétien est une culture paléoesquimaude dont on retrouve les traces au Groenland et dans l'Arctique canadien à l'est du fleuve McKenzie, entre le ix e  siècle avant J.-C, et le xvi e  siècle de notre ère au plus tard, suivant les régions. Elle est apparue et s'est développée sans apports extérieurs, longtemps après l'installation de Paléoesquimaux venus d'Alaska au III e  millénaire. […] Lire la suite

PALÉOESQUIMAU

  • Écrit par 
  • Yvon CSONKA
  •  • 68 mots

Le terme paléoesquimaux désigne toutes les populations préhistoriques établies de la rive sibérienne du détroit de Béring au Groenland, en passant par l'Arctique nord-américain, qui manifestent un mode de vie de type esquimau. Elles ont disparu peu après l'arrivée d'immigrants venus d'Alaska au début du II e  millénaire, porteurs de la culture de Thulé, néoesquimaude. […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22 mars 2022 Canada. Accord entre le gouvernement et le Nouveau Parti démocratique.

Premier ministre d’un gouvernement minoritaire, Justin Trudeau conclut une entente avec Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), en vue d’obtenir le soutien de ce dernier en contrepartie de la mise en œuvre de mesures sociales et environnementales, et de l’engagement à ne pas provoquer d’élections anticipées avant la fin du mandat en cours, en 2025. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BRUNET, Alain NOËL, « CANADA - Histoire et politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-histoire-et-politique/