LYRISME MUSICAL

Médias de l’article

Stravinski et Diaghilev

Stravinski et Diaghilev
Crédits : Hulton Getty

photographie

Grieg

Grieg
Crédits : Hulton Getty

photographie


On appelle lyrique toute forme d'art où l'œuvre exprime d'une manière spontanée et plus ou moins ardente les sentiments personnels de son créateur. Selon Benedetto Croce, dans le Breviario di estetica (1913), l'intuition artistique (c'est-à-dire la vision de l'artiste) serait « toujours lyrique ». Cependant, la tradition esthétique distingue le genre lyrique des autres genres. Selon Schelling, il n'y a que trois genres artistiques, qui sont fondamentaux : le lyrique, l'épique et le dramatique. Toujours selon Schelling, en littérature le lyrisme représente le côté « musical et subjectif de la poésie ». En effet, on rapproche volontiers de la musique, comme le mot même y invite, tout art lyrique, et spécialement la poésie lyrique. Brunetière, dans son étude sur l'Évolution de la poésie lyrique en France au XIXe siècle (1894), dit que « l'élément musical » est « essentiel à la définition du lyrisme ».

Dans ces conditions, on peut penser, et beaucoup de personnes pensent et affirment avec force, que toute musique est essentiellement lyrique, que toute la tâche du musicien créateur ou même exécutant est d'exprimer des sentiments personnels plus ou moins exaltés, et que le beau musical tient essentiellement dans la réussite de cette tâche, dans la possibilité qu'a l'œuvre d'émouvoir profondément l'auditeur en le faisant participer au sentiment passionné du musicien.

Mais, depuis le milieu du xixe siècle, cette idée est fortement combattue par des penseurs dont le premier fut le théoricien autrichien Eduard Hanslick, dans son Vom Musikalisch-Schönen (1854), puis par plusieurs autres, dont le plus connu est le musicien Stravinski. Hanslick et Stravinski affirment que le beau musical doit être compris comme lié à des propriétés structurales et perceptibles propres à « l'objet musical » en lui-même, indépendamment des sentiments intimes et personnels de son créateur ; que l'œuvre musicale se suffit à elle-même et n'exprime rien qu'elle-même ; qu'elle doit être admirée pour se [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur de l'Institut d'esthétique de l'université de Paris

Classification


Autres références

«  LYRISME MUSICAL  » est également traité dans :

AIR, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 3 282 mots

Dans le chapitre « L'air dans l'opéra, la cantate et l'oratorio »  : […] y est donc accordée à la mélodie. On peut donc distinguer les ensembles (chœurs, duos, trios, etc.), les récitatifs et les airs. Par opposition au récitatif, l'air représente un arrêt momentané du déroulement dramatique, propre à permettre un épanchement lyrique. Mais, dès la seconde partie du xviie siècle, la virtuosité des chanteurs étant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/air-musique/#i_18050

BEL CANTO

  • Écrit par 
  • Jean CABOURG
  •  • 2 760 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du « recitar » florentin au « cantar » baroque »  : […] n'aura garde, toutefois, de penser que la jubilation vocale érigée en principe par l'opéra baroque constitue alors une fin en soi. De l'ancienne éthique poétique et musicale on conserve au contraire deux principes fondateurs essentiels : l'expressivité, fondée sur l'imitation des sentiments traduite en affetti, et la sprezzatura, ou liberté du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bel-canto/#i_18050

CANTILÈNE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 305 mots

Littéralement, « complainte lyrique ». Cette forme élémentaire de chant profane monodique, sorte d'hymne en langue romane, à caractère lyrique ou épique, en se développant jusqu'au xe siècle aurait donné naissance à la chanson de geste (théorie de Gaston […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantilene/#i_18050

CILEA FRANCESCO (1866-1950)

  • Écrit par 
  • Piotr KAMINSKI
  •  • 998 mots

Après la mort de Verdi, et au côté de Puccini, quelques compositeurs de moindre envergure tentent de maintenir la tradition italienne dans le domaine de la musique lyrique. Francesco Cilea est de ceux-là, mais, à l'instar de Pietro Mascagni, de Ruggero Leoncavallo, d'Alfredo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-cilea/#i_18050

CORNELIUS PETER (1824-1874)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 692 mots

Poète lyrique mineur, Peter Cornelius a mis en musique nombre de ses propres poèmes – parmi lesquels Trauer und Trost, opus 3 (1854), Vater unser, opus 2 (1854-1855), Weihnachtslieder, opus 8 (1856), et Brautlieder (1856) – ainsi que des poèmes ou textes de Shakespeare […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-cornelius/#i_18050

GRIGNY NICOLAS DE (1672-1703)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 226 mots

Organiste et compositeur français de la fin du xviie siècle, Grigny occupe une place à la fois centrale et isolée. Son œuvre se résume en un seul ouvrage, le Premier Livre d'orgue contenant une messe et les hymnes des principalles festes de l'année (Paris, 1699). Nicolas de Grigny […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-de-grigny/#i_18050

MÉLODRAME, musique

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 473 mots

Dans la tragédie grecque, le mélodrame (de mélos, chant, et drama, acte) désigne le dialogue chanté entre le coryphée et un personnage. Le mot reparaît à la fin du xviiie siècle pour désigner un genre musical nouveau, non plus un dialogue chanté mais « un genre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodrame-musique/#i_18050

MESSIAEN OLIVIER

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 053 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Analyse d'une analyse »  : […] sont l'ossature de la Turangalîla-Symphonie, Olivier Messiaen emploie des termes d'un lyrisme imagé : « Le premier thème cyclique, en tierces pesantes, presque toujours joué par des trombones fortissimo, a la brutalité lourde, terrifiante, des vieux monuments mexicains. Il a toujours évoqué pour moi quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-messiaen/#i_18050

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 697 mots

Dans le chapitre « Les troubadours »  : […] des troubadours est un bel exemple de réussite à la fois esthétique et idéologique. Leur art musical, qui semble avoir exploité les ressources du chant grégorien, parfois revigoré par des rythmes et des airs plus exotiques (arabes, notamment), n'est pas compris, de nos jours, de la même façon par tous les musicologues. Mais il atteste un travail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_18050

MOZART WOLFGANG AMADEUS

  • Écrit par 
  • Jean-Victor HOCQUARD
  •  • 4 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La maturité (1779-1788) »  : […] ans, il pose les bases de son évolution future : concertos pour le piano, sonates pour violon et piano, sérénades qui font craquer les limites galantes du genre. Tout cela aboutit à un chef-d'œuvre dramatique qui, en dépit de la forme désuète de l'opera seria, offre les prémices de tout son art lyrique et symphonique : l'Idoménée (Munich […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-amadeus-mozart/#i_18050

OPÉRA - Les techniques d'écriture

  • Écrit par 
  • Yves GÉRARD
  •  • 3 851 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'histoire »  : […] désormais jouer les compositeurs d'opéras, constituant ainsi le vocabulaire de base de l'œuvre lyrique : récitatif, airs, chœurs et symphonies. L'engouement aidant, le « récit » devint l'élément de prédilection pour la recherche de l'expression lyrique, et les premiers opéras, basés sur la fable d'Orphée, tels les Euridice de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-les-techniques-d-ecriture/#i_18050

ORATORIO PROFANE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 471 mots

Dénomination utilisée pour la première fois par Schumann, et servant parmi d'autres à caractériser de grands ouvrages épiques ou lyriques avec solistes et chœurs, destinés au concert. Jusqu'au xviiie siècle, le nom d'oratorio est en principe réservé aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oratorio-profane/#i_18050

ORCHESTRE DIRECTION D'

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 6 645 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les écoles de direction d'orchestre »  : […] En Italie, l'art lyrique occupe une place souveraine et les chefs d'orchestre consacrent l'essentiel de leurs activités au théâtre. Leur formation correspond à cet impératif et il faut attendre la venue de Toscanini à la Scala de Milan, en 1898, pour que l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/direction-d-orchestre/#i_18050

OUVERTURE, musique

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 782 mots

Sous son acception la plus générale, l'ouverture désigne le morceau d'orchestre joué à rideau fermé avant une représentation d'opéra, voire avant tout spectacle (ouverture écrite par Beethoven pour son ballet Prométhée). Le premier exemple connu en est sans doute la petite fanfare […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouverture-musique/#i_18050

POÈME SYMPHONIQUE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 618 mots
  •  • 5 médias

Genre musical illustré pour la première fois sous cette dénomination par Liszt, et désignant une œuvre orchestrale déterminée au point de vue de la conception et de la structure par un argument extérieur d'ordre poétique, descriptif, pittoresque, légendaire, philosophique. Ainsi conçu, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-symphonique/#i_18050

REQUIEM

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 1 312 mots
  •  • 1 média

des funérailles de Ronsard, en 1586, et dont ne subsiste plus qu'une admirable page, Requiem aeternam) : on sent pourtant que le mot à mot du texte ne laisse pas les musiciens indifférents, par une plus grande recherche expressive qu'il n'est habituel dans la polyphonie de ce temps. La messe Pro defunctis de Tomás Luis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/requiem/#i_18050

SCRIABINE ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH (1872-1915)

  • Écrit par 
  • Manfred KELKEL
  •  • 2 091 mots

Dans le chapitre « Une conception mystique de la musique »  : […] Entre 1904 et 1906, Scriabine tint un journal dans lequel il nota ses idées et ses réflexions philosophiques. La réalité lui apparaissait alors comme un complexe de sensations et le monde extérieur comme le résultat de l'activité créatrice. On sait qu'il avait lu la Clef de la théosophie et la Doctrine secrète […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-nikolaievitch-scriabine/#i_18050

VICTORIA ou VITTORIA TOMÁS LUIS DE (1548 env.-1611)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 454 mots

Dans le chapitre « Le lyrisme polyphonique »  : […] eût été le langage poétique de Victoria appliqué à la peinture des passions humaines. Le lyrisme déployé au service de l'émotion religieuse n'est-il pas analogue à celui qu'exige la mise en musique des amours mondaines ? Ce chantre de l'élégance polyphonique, amateur de coloris violents, ne dédaignant jamais le pittoresque du détail – ce qui le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victoria-vittoria/#i_18050

VIVALDI ANTONIO

  • Écrit par 
  • Marc PINCHERLE, 
  • Roger-Claude TRAVERS
  •  • 3 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le maître du concerto »  : […] très inégale, mais, dans les concertos où il a pris le temps d'être lui-même, résonne un accent qu'on n'avait jamais entendu avant lui. Il exalte un sentiment personnel, un lyrisme dont la vogue va être aussi étendue que soudaine. Virtuose admiré, il écrit pour lui-même des soli qui concentreront sur sa personne l'attention passionnée des auditeurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-vivaldi/#i_18050

WALTER BRUNO (1876-1962)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 2 163 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un mozartien hors du commun »  : […] Le répertoire de Bruno Walter s'était construit essentiellement autour de sa formation lyrique : parti des opéras de Mozart, Beethoven, Weber, Wagner et Richard Strauss, il avait adopté l'œuvre symphonique de ces musiciens, élargissant rapidement son approche à l'ensemble du répertoire romantique. Après l'avoir considéré comme un musicien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno-walter/#i_18050

WOLF HUGO (1860-1903)

  • Écrit par 
  • Stéphane GOLDET
  •  • 2 562 mots

Dans le chapitre « Les lieder (1888-1897) »  : […] De 1888 à 1891, Hugo Wolf se consacre presque exclusivement à la composition. Ses recueils de lieder seront écrits à grands traits, à raison d'une, voire de deux pièces par jour. En février 1889, cent vingt-quatre lieder (soit un peu plus de la moitié des deux cent quarante-deux qu'il publiera) sont déjà écrits : cinquante-trois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-wolf/#i_18050

Voir aussi

Pour citer l’article

Étienne SOURIAU, « LYRISME MUSICAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme-musical/