BOUDDHISME (Arts et architecture)La pagode

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Monument bouddhique, la pagode chinoise, aux destinations votive, commémorative et de reliquaire, a deux sources : l'une, proprement chinoise, qui vient du pavillon à étages de l'époque Han ; l'autre, indienne, à partir du stūpa d'une part et du sikhara d'autre part.

Dès le ve siècle, la pagode fut transmise aux royaumes coréens avec la religion nouvelle. S'il ne subsiste dans la péninsule coréenne que des monuments en pierre, en revanche le Japon – qui a lui-même emprunté ce type architectural à la Chine par l'intermédiaire de la Corée – a conservé les plus anciens exemples d'édifices en bois du monde extrême-oriental ; ses pagodes, qui signalent de loin les monastères, sont célèbres.

Chine

La pagode, centre du monastère

Centre du culte, à l'époque des Six Dynasties (ive-vie s.) la pagode s'élevait, isolée, sur l'axe médian du monastère, devant la salle du Bouddha. Plus tard, sous les Sui (589-618) et les Tang (618-907), dans les grands établissements bouddhiques, le monument sera dédoublé ; deux pagodes se dressent alors de part et d'autre de l'axe médian. Cette formule, où prévalait le goût chinois pour la symétrie, sera abandonnée à partir du ixe siècle pour des raisons d'économie. Dès lors, et sauf quelques exceptions en Chine du Sud, la pagode, quand elle existe, est placée derrière la salle principale ou sur un des axes latéraux de l'ensemble monastique.

D'abord construites en bois, les pagodes chinoises sont à partir du vie siècle de plus en plus souvent édifiées en brique ou en pierre. La plus ancienne pagode en brique subsistant en Chine est celle du Songyue si, érigée en 523 sur une terrasse du Songshan au Henan. Vraisemblablement bâtie sur le modèle d'un sikhara indien, elle est de plan octogonal et comporte deux étages principaux que sépare une corniche de briques encorbellées. Le sommet en forme de cône est divisé en quinze faux étages par des corniches.

Les seuls bâtiments Tang qui subsistent sur l'emplacement de l'ancienne capitale Chang'an sont des pagodes en brique qui datent du milieu de la dynastie. La plus grande et la plus belle est le Dayan ta, fondé en 652 et partiellement reconstruit en 701. La pagode présente actuellement sept étages et se dresse sur une terrasse. Chaque étage est souligné par une large corniche de six à huit assises de briques encorbellées. Les murs, dont le massif en terre battue est revêtu de briques jaunâtres peu cuites, portent comme seul décor de minces pilastres, au nombre de dix, huit, six et quatre par étage, et une ouverture cintrée sur chaque côté.

Influence des constructions en bois

Il reste environ soixante pagodes datant des Cinq Dynasties et des Song (xe-xiiie s.). Elles sont le plus souvent octogonales et caractérisées par des structures qui imitent l'architecture de bois. Citons à Suzhou les pagodes jumelles (984-987) et la pagode Huqiu (961), à Kaifeng la pagode de Fer (Tie ta), ainsi nommée à cause de la couleur de ses briques vernissées (1049). La prépondérance des structures en bois à cette époque amène la construction de pagodes où la brique et le bois sont employés concurremment. Telles sont, à Suzhou, le Ruiguang ta et le Beisi da ta (milieu du xiie s.). Des pagodes sont édifiées entièrement en bois, comme celle du Fogong si à Yingxian au Shanxi. Enfin, dans le nord-est du pays, les Liao construisent des pagodes en brique où l'importance accordée aux sculptures plaquées et les jeux variés de consoles tranchent sur la clarté et la simplicité des pagodes Song. Le meilleur exemple en est la pagode du Tianning si à Pékin (début du xiie s.).

Le dagoba

À l'époque Yuan, à côté des pagodes traditionnelles apparaît un nouveau type, le « dagoba » lamaïque, en forme de bouteille sur un haut soubassement cubique. Le plus ancien exemple, à Pékin, le dagoba blanc du Miaoying si, date de 1271.

Sous les Ming et les Qing, le dagoba indien continue à être en vogue – celui de Beihai (1652) et celui du Huang si (1780), à Pékin –, tandis que l'on élève une copie du temple de Bodhgaya (Inde), le Wuta si dans la banlieue de Pékin.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet
  • : directrice d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  BOUDDHISME  » est également traité dans :

BOUDDHISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 848 mots
  •  • 1 média

Né dans l'inde il y a vingt-cinq siècles, le bouddhisme s'est répandu peu à peu sur toute la partie la plus vaste et la plus peuplée de l'Asie, de l'Afghanistan à l'Indonésie et de Ceylan au Japon. Il y a prospéré pendant fort longtemps et il est encore florissant dans ces deux derniers pays ainsi qu'en Thaïlande, en Birmanie et en Corée du Sud, comme il l'était naguère au […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le Buddha

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 4 307 mots
  •  • 2 médias

On donne le titre de Buddha, celui qui s'est « éveillé » à la Vérité, à un sage de l'Inde antique qui enseigna une méthode destinée à découvrir la réalité cachée derrière les apparences et à se libérer définitivement des illusions, des passions et de la douleur inhérente à toute forme d'existence.Pour lui, comme pour presque tous les Indiens, chaque mort est suivie d'une renais […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Le bouddhisme, issu d'un modeste district de l'Inde gangétique, s'est répandu, non sans se modifier, sur une grande partie de l'Asie et est devenu, avec le christianisme et l'islam, une des trois grandes religions mondiales. Aujourd'hui, Sri Lanka, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Sauf durant la vie du Buddha, la communauté monastique n'a jamais été unie sous une direction ayant le pouvoir de maintenir sa cohésion et de définir et imposer une orthodoxie, comme le fit longtemps la papauté dans le christianisme. L'expansion géographique du bouddhisme, la souplesse avec laquelle il s'adapta aux mentalités et aux modes de vie des populations fort diverses parmi lesquelles ils s […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le renouveau contemporain

  • Écrit par 
  • Heinz BECHERT
  •  • 1 915 mots

Le bouddhisme fut, dès la fin du Ier millénaire de l'ère chrétienne, chassé de bien des régions d'Asie centrale et d'Asie du Sud-Est par l'expansion de l'islam. Sous la colonisation et au temps de la prééminence mondiale des puissances européennes, il sembla perdre encore davantage de son importance. S'opposant à cette évolution, […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 626 mots
  •  • 1 média

Le bouddhisme propose à l'homme trois refuges, le Buddha, sa doctrine et sa communauté. Les trois ont leur histoire, longue de deux millénaires et demi : la représentation de la personne du premier a toujours évolué, les conceptions doctrinales ont été en perpétuelle mutation, la communauté a eu son développement propre en fonction de ces conceptions et des circonstances extérieures politiques ou […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 724 mots
  •  • 4 médias

Le bouddhisme, du Petit et du Grand Véhicule, commence à être connu en Asie orientale à partir des ier et iie siècles de notre ère. Il pénètre jusqu'à la vallée du fleuve Jaune, en Chine du Nord, par la route des oasis qui relie la Transoxiane au Gansu, dans la péninsule indochinoise et dans la Chine du S […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Le bouddhisme tel qu'il fut transmis au Japon, par l'intermédiaire de la Corée, vers le milieu du vie siècle après J.-C., avait été auparavant refaçonné par la Chine. Il s'agissait, bien entendu, pour l'essentiel, des doctrines du Grand Véhicule (Mahāyāna) qui remontaient jusqu'au bouddhisme indien, mais avec les évolutions qu'elles avaient subies au […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 5 633 mots
  •  • 4 médias

Selon la tradition tibétaine, le bouddhisme fut introduit au Tibet au viie siècle, en même temps que l'écriture était inventée et que le pays entrait dans l'histoire grâce à une expansion rapide qui inquiéta la Chine au point qu'un chapitre spécial des Annales officielles chinoises fut désormai […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations du Buddha

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 2 848 mots
  •  • 7 médias

Le Buddha a vécu au vie siècle avant notre ère, mais il n'est représenté dans l'Inde du Nord (région de Mathurā) et du Nord-Ouest (Gāndhāra) qu'aux environs de notre ère. Sur les premiers monuments bouddhiques illustrés (balustrade de Bhārhut, milieu du iie siècle avant notre ère), il n'est en effet figur […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations des Bodhisattva

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 1 505 mots
  •  • 2 médias

Les Bodhisattva sont des « êtres (sattva) [sur le chemin] de l'Éveil (Bodhi) », c'est-à-dire des futurs Buddha ou des êtres qui, sur le point de devenir des Buddha, y ont renoncé. Dans sa première acception, le terme concerne le Buddha historique, pour la partie de sa vie terrestre qui précède l'Éveil et pour toute […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, « BOUDDHISME (Arts et architecture) - La pagode », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-arts-et-architecture-la-pagode/