BORE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dérivés oxygénés

Il existe une série de sous-oxydes, difficiles à préparer, par exemple en oxydant le bore à température très élevée, et dont les formules seraient comprises entre B2O3 et B7O ; on peut admettre l'existence en particulier de (BO)n et d'un oxyde de formule controversée B6O, B7O ou B13O2.

Les structures de ces corps sont mal connues et certains donnent par action de l'eau des acides réducteurs (acides hypoboriques), par exemple : H4B2O4 ; H3BO2 ; H2B4O6 ; H4B2O2 ; H2B2O2..., acides dont on connaît des sels et des esters.

L'anhydride borique B2O3 est l'oxyde normal qu'on obtient par déshydratation de l'acide borique. Il se présente soit à l'état cristallisé (réseau hexagonal), forme difficilement obtenue par un long recuit à 250 0C, soit à l'état vitreux. La forme vitreuse, très dure, est constituée par l'assemblage de polygones B4O6, dans lesquels les liaisons B−O sont très lâches. À l'état liquide l'anhydride borique est associé ; ceci permet d'en expliquer les propriétés physiques (bas point de « fusion », viscosité élevée...).

L'anhydride borique fondu dissout pratiquement tous les oxydes métalliques ; par refroidissement de telles solutions, on obtient, soit un verre homogène, soit un dépôt d'oxydes ou de borates. Il est possible, comme dans l'eau, d'obtenir, dans l'anhydride borique fondu, des réactions de double décomposition entre deux sels dissous ou, par électrolyse, un dépôt de bore, de métal ou de borures.

En fonction de sa chaleur de formation élevée (300 kcal/mole) l'anhydride borique n'est réduit que par des réducteurs puissants (alcalins, Mg, Ca...), avec libération de bore et formation de borures.

Acides boriques

Par hydratation, l'anhydride borique donne successivement l'acide métaborique HBO2 (monohydrate de B2O3), puis l'acide orthoborique H3BO3 (trihydrate de B2O3), mais ne semble pas donner l'acide pyroborique H2B4O7 dont l'existence prête à discussion.

L'acide métaborique (ou monoborique) HBO2 existe sous trois formes cristallines ; la variété courante, orthorhombique, est constituée par des [...]


Médias de l’article

Bore

Bore
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Boranes

Boranes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Structure en chaîne

Structure en chaîne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nitrure de bore

Nitrure de bore
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BORE  » est également traité dans :

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 167 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Aciers alliés »  : […] Les aciers alliés se distinguent des aciers non alliés par la présence de certains éléments d'alliage (cf. tableau). Les éléments d'alliage agissent sur la structure de l'acier et modifient par là certaines de leurs propriétés, mais ils peuvent aussi attribuer à l'acier des propriétés entièrement nouvelles. Chacun de ces éléments se caractérise par une tendance dominante soit à rester dissous da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acier-technologie/#i_447

BOROPHÈNE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Le borophène est une feuille de bore dont l’épaisseur est celle d’un seul atome. Comme le graphène à base de carbone, sa structure bidimensionnelle en fait un matériau de choix pour de futures applications tirant parti de ses remarquables propriétés électroniques. Mais, contrairement au graphène qu’on peut extraire d’un échantillon de graphite naturel, il est introuvable sous forme naturelle. Pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/borophene/#i_447

HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Paul HAGENMULLER
  •  • 3 566 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Hydrures covalents »  : […] Seuls les hydrures covalents les plus stables se forment par synthèse directe. Ils caractérisent les éléments les plus électronégatifs, c'est-à-dire les éléments B de la classification périodique et les éléments des périodes courtes qui s'y rattachent. La figure montre que l' énergie de liaison croît avec l'électronégativité de l'élément associé. Les températures de fusion et d'ébullition suiven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrogene/#i_447

IONS ÉCHANGEURS D'

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 6 125 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'équilibre »  : […] Au total, deux ions en solution au contact d'une résine susceptible de les échanger se partagent entre la résine et la solution jusqu'à l'établissement d'un équilibre reproductible et indépendant du sens dans lequel ont lieu les échanges. Mais ils ne se partagent pas de façon égale ; on dit que la résine présente une différence d' affinité pour les deux ions. Celui qui passe en plus grande proport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echangeurs-d-ions/#i_447

LANTHANE ET LANTHANIDES

  • Écrit par 
  • Concepcion CASCALES, 
  • Patrick MAESTRO, 
  • Pierre-Charles PORCHER, 
  • Regino SAEZ PUCHE
  •  • 11 267 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les aimants néodyme-fer-bore »  : […] La formule chimique de base est Nd 2 Fe 14 B, le cas échéant partiellement substituée pour augmenter ses performances. Développés à partir des années 1980 et synthétisés selon les procédés métallurgiques traditionnels, ce sont les aimants connus les plus puissants. Leur champ d'application est plus vaste encore que celui des aimants samarium-cobalt en raison de la miniaturisation extrême qu'ils pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lanthane-et-lanthanides/#i_447

LIPSCOMB WILLIAM NUNN Jr. (1919-2011)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 378 mots

Chimiste américain né le 9 décembre 1919 à Cleveland (Ohio), William Nunn Lipscomb Jr. effectue ses études supérieures à l'institut de technologie de Californie (Caltech), à Pasadena, où il obtient en 1946 un doctorat préparé sous la direction de Linus Carl Pauling (Prix Nobel de chimie 1954). Après avoir été professeur associé de chimie physique à l'université du Minnesota, il est nommé en 1959 p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-nunn-lipscomb/#i_447

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Oligoéléments »  : […] Les besoins en fer sont si importants (de l'ordre de 10 mg par litre de solution nutritive) qu'il est souvent classé parmi les macroéléments. Dans la plupart des cas, il intervient pour catalyser les oxydoréductions, grâce au changement de valence Fe 2+ /Fe 3+ . C'est un constituant de nombreuses enzymes qui agissent dans la respiration. Les carences en fer sont très fréquentes et sont facilitées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_447

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Notion d'oligoélément »  : […] Les progrès de l'analyse chimique conduisirent à la mise en évidence de nombreux autres éléments et à leur détermination quantitative. La question s'est donc posée de savoir quels étaient ceux dont l'existence dans tous les organismes, végétaux et animaux, permettrait de les envisager comme des constituants normaux. Dès 1937, Gabriel Bertrand considérait comme démontré qu'en plus des onze élément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_447

PRESSIONS PHYSIQUE & CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • Bernard LE NEINDRE, 
  • Boris OKSENGORN, 
  • Jacques ROMAND, 
  • Boris VODAR
  •  • 5 490 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Élaboration de matériaux »  : […] L'élaboration de matériaux est très générale et porte aussi bien sur la production de matériaux existant déjà dans la nature que sur celle de matériaux nouveaux constitués par les phases haute pression. On effectue la recristallisation par voie hydrothermale, en faisant usage d'eau supercritique, additionnée d'agents complexants pour assurer la dissolution et le transport du corps à recristallise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-et-chimie-des-hautes-pressions/#i_447

PYREX

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 679 mots
  •  • 1 média

La marque déposée Pyrex a été créée par la firme américaine Corning Glass Works en 1915 et a été commercialisée la même année pour des usages domestiques. La campagne de publicité lancée par Corning Glass Works dans le mensuel Good Housekeeping sur le thème «  Bake in glass  » (littéralement « cuisinez dans du verre ! ») a permis à la nouvelle gamme de vaisselle résistante au feu d’obtenir un ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyrex/#i_447

VAN ARKEL PROCÉDÉ

  • Écrit par 
  • Stanislas de CHAWLOWSKI
  •  • 156 mots

Procédé industriel de préparation du bore. Dans la nature, on trouve seulement de l'acide borique, accompagné parfois d'halogénures (surtout du chlorure). L'acide borique peut être transformé en chlorure, par action simultanée du charbon et du chlore, selon la réaction : B 2 O 3  + 3 C + 3 Cl 2  → 2 BCl 3  + 3 CO, l'opération se faisant à température élevée. Le chlorure de bore est réduit à l'état […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/procede-van-arkel/#i_447

VERRE

  • Écrit par 
  • Pierre PIGANIOL, 
  • Micheline PROD'HOMME, 
  • Aniuta WINTER
  •  • 12 529 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Verres au bore »  : […] L' addition de B 2 O 3 au verre silico-sodique classique a conduit à des verres transparents à l'ultraviolet (lampes spéciales), à des verres d'optique de faible indice mais très dispersifs et à des verres résistant au choc thermique (par exemple, les Pyrex, ) qui permettent en outre la soudure au métal (passage des fils dans les tubes électroniques). Ces propriétés remarquables s'expliquent par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verre/#i_447

Voir aussi

ANHYDRIDES    BORATES    ACIDE BORIQUE    OXYDES    PERBORATES

Pour citer l’article

Jean CUEILLERON, « BORE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bore/