BASQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géographie et population

Le Pays basque s'étend sur une surface de 20 950 kilomètres carrés et compte presque 3 millions d'habitants (2 992 609 habitants en 2005), dont la grande majorité se concentre dans les provinces basques espagnoles (91 p. 100 du total et 9 p. 100 dans la partie française, tabl. 1).

Provinces basques

Tableau : Provinces basques

tabl. 1 - Surface et population des provinces basques en 2005. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le Pays basque présente une densité de population légèrement supérieure à la moyenne européenne (187,2 habitants par km2 et 117,8 hab./km2 pour l'Europe). Néanmoins, il convient de différencier les provinces côtières (Biscaye, Guipúzcoa et Labourd), plus densément peuplées, des provinces de l'intérieur (avec des densités qui oscillent entre les 19 hab./km2 de Soule et les 91 hab./km2 d'Alava), en particulier les provinces françaises qui, avec une densité moyenne de 20 hab./km2, continuent à perdre de la population.

Les sept provinces basques sont réparties sur deux États, quatre se trouvent en Espagne et trois en France. Les provinces espagnoles, à leur tour, font partie de deux Communautés autonomes sur les dix-sept que compte le pays : Alava, Guipúzcoa et Biscaye forment la Communauté autonome basque ou Euskadi, tandis que la province de Navarre constitue à elle seule la Communauté autonome de Navarre.

Ces provinces jouissent de vastes compétences, dans des domaines fondamentaux comme l'éducation, la santé, la police ou les impôts. Par ailleurs, elles disposent de leurs propres institutions de gouvernement, avec un Parlement régional, élu au suffrage universel, et un exécutif dirigé par un président, tous deux élus par les représentants parlementaires respectifs. Les provinces basques françaises, toutefois, ne disposent pas d'organisme juridique propre et sont intégrées dans le département des Pyrénées-Atlantiques.

Le terme Pays basque, qui est généralement employé pour désigner l'ensemble des sept provinces basques, les Zazpiak Bat (ou « les sept font un ») de jadis, fait donc référence à une unité territoriale déterminée par des critères plus ethno-culturels que politiques ou administratifs.

La présence de la langue basque ou euskara, qui autrefois dépassait largement les frontières du Pays basque actuel, a reculé de manière progressive au cours des deux derniers siècles. Ce retrait est en grande partie dû aux processus de centralisation promus depuis Paris ou Madrid. En outre, dans le cas du Pays basque espagnol, les changements sociaux et culturels associés à l'industrialisation ont contribué à approfondir le phénomène, et ce depuis la fin du xixe siècle dans les provinces de Guipúzcoa et de Biscaye, et à partir des années 1960 en Alava et en Navarre, même si, dans ces deux dernières, le plus grand recul de l'euskara s'était produit bien avant. Si, en 1866, un Basque sur deux parlait euskara (52,2 p. 100 de la population), de nos jours, cette langue est à peine parlée par un quart des habitants (tabl. 2). Il faut cependant souligner que la tendance est en train de s'inverser. En termes territoriaux, le pourcentage de bascophones reste majoritaire dans la partie française, surtout dans les provinces rurales de l'intérieur. Néanmoins, en vertu des déséquilibres de population qui existent entre les deux côtés des Pyrénées, la grande majorité de la population bascophone se concentre aujourd'hui dans les provinces espagnoles (92 p. 100).

Langue basque : locuteurs

Tableau : Langue basque : locuteurs

tabl. 2 - Estimation du pourcentage de bascophones par province (2001). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Néanmoins, toutes les provinces basques n'ont pas suivi la même évolution. Ainsi, par exemple, la Guipúzcoa, malgré le fort recul constaté, reste encore majoritairement bascophone. De son côté, la Biscaye a connu une forte diminution de la langue basque à partir de la fin du xixe siècle, surtout dans sa partie occidentale, à la suite de l'arrivée massive d'immigrants non bascophones attirés par le travail minier et industriel. Une perte dont elle peine à se remettre. En Navarre, la présence de l'euskara s'est cantonnée à la moitié nord de la province. En Alava, la population bascophone se concentre essentiellement dans la partie septentrionale de la province ainsi que dans la capitale (Vitoria-Gasteiz), aujourd'hui centre politique et administratif de la Communauté autonome basque.

L'euskara est aussi globalement minoritaire dans les provinces françaises ; ainsi, seulement 9,1 p. 100 de la population du secteur urbain de Bayonne-Anglet-Biarritz connaît cette langue. Son maintien e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Provinces basques

Provinces basques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Langue basque : locuteurs

Langue basque : locuteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ciboure, pays basque

Ciboure, pays basque
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Attentat contre Carrero Blanco, Madrid, 1973

Attentat contre Carrero Blanco, Madrid, 1973
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de langue et littérature basques à l'université de Bordeaux-III, directeur de l'U.A. C.N.R.S 04 1055 (études linguistiques et littéraires basques)
  • : membre de l'Académie de la langue basque
  • : maître de conférences de science politique à l'Institut d'études politiques de Bordeaux
  • : doctorat en histoire et civilisation, Institut universitaire européen (Florence, Italie), maître de conférences à l'université de Paris IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  BASQUES  » est également traité dans :

BAROJA PÍO (1872-1956)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 498 mots

Plus de cent volumes en un demi-siècle d'effort créateur : l'Espagne contemporaine n'a connu chez aucun autre romancier plus grande fécondité que chez cet écrivain basque de vocation tardive, doué pour toutes les variétés narratives, pour tous les registres. Réaliste, romantique, historique ou psychologique ? On épuiserait les catégories de la critique littéraire à vouloir définir son œuvre ; on n […] Lire la suite

CHASSE À LA BALEINE

  • Écrit par 
  • Jean-Benoît CHARRASSIN, 
  • Vincent RIDOUX
  •  • 8 019 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Basques et les baleines franches »  : […] Les Basques sont les premiers chasseurs de baleines réguliers en Atlantique nord. Ils exploitèrent, à partir du xi e  siècle – et peut-être avant –, la baleine franche ( right whale en anglais), encore appelée la baleine des Basques. Cette activité se déroulait au large des côtes de Biarritz, Hendaye, Anglet et Saint-Jean-de-Luz puis, plus tard, à partir du Pays basque espagnol. Les chasseurs cib […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Espagne humide »  : […] Cette partie de l'Espagne s'étend de la Galice aux provinces basques et ne représente qu'un dixième du territoire espagnol. C'est le domaine d'un climat océanique aux pluies abondantes et bien réparties dans l'année (plus de 1 000 mm et 150 jours de pluie par an en moyenne). Les arbres à feuilles caduques dominent. Chênes rouvre et tauzin formaient autrefois d'épaisses forêts qui, à la suite des […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Persistance de la diversité régionale »  : […] Par sa superficie et le chiffre de sa population, le royaume de Castille était de beaucoup le plus important. Il était assez homogène. Les trois provinces basques (Álava, Biscaye, Guipúzcoa) se différenciaient par leurs privilèges fiscaux et leur situation en dehors de la ligne de douanes. Le reste du territoire se divisait en dix-huit provinces, correspondant aux villes représentées aux Cortes. […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les zones d'ombre : l'armée, le terrorisme, l'Europe »  : […] Cela suffit-il ? Huit généraux ont été assassinés entre 1978 et 1982, et certains militaires espagnols conservent l'habitude des complots antidémocratiques, même s'ils ne débouchent que sur l'aventure putschiste menée par le lieutenant-colonel Tejero le 23 février 1981. Cependant, l'environnement international de l'Espagne n'est plus celui – propice aux dictatures fascistes – des années 1930. Il n […] Lire la suite

OTEIZA JORGE (1908-2003)

  • Écrit par 
  • Valérie VERGEZ
  •  • 759 mots

La vie et l'œuvre du sculpteur Jorge Oteiza sont un modèle d'engagement artistique. Né le 21 octobre 1908 à Orio, au Pays basque espagnol, Jorge Oteiza Embil (mort le 9 avril 2003 à Saint-Sébastien) commence à sculpter en autodidacte à la fin des années 1920. Ses premières œuvres s'apparentent à celles de Constantin Brancusi et de Jacob Epstein par leur aspect primitif ; cependant, le sculpteur […] Lire la suite

PAMPELUNE

  • Écrit par 
  • Charles LESELBAUM
  •  • 430 mots
  •  • 1 média

Capitale de la communauté autonome de Navarre avec 195 769 habitants en 2006, Pampelune aurait été fondée par Pompée sous le nom de Pompaelo. Occupée par les Maures en 738, elle est reprise par les Basques au terme de leur avancée éclair en 750. On estime que le royaume de Navarre se créa un siècle plus tard avec García I er , portant le titre de comte de Navarre. Ce petit royaume chrétien va alo […] Lire la suite

TERRORISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHALIAND, 
  • Pierre DABEZIES, 
  • Sylvia PREUSS-LAUSSINOTTE, 
  • Jean SERVIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Mouvements minoritaires sans guérilla »  : […] Les mouvements de minorité luttant pour des droits en Europe occidentale connaissent des destins différents. Le mouvement irlandais (I.R.A., Irish Republican Army) a, pour l'essentiel, réussi à l'emporter. La situation des catholiques d'Ulster, de moins en moins minoritaires du point de vue démographique, est très différente de ce qu'elle fut en 1968, au début des actions armées. Le mouvement bas […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-25 mars 2020 Espagne. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 9, Madrid impose la fermeture des crèches et des établissements scolaires et universitaires à Madrid, principal foyer de l’épidémie, ainsi que dans deux villes basques. Le 14, l’Espagne, deuxième pays européen le plus touché par l’épidémie de Covid-19 derrière l’Italie et devant la France, décrète l’état d’alerte. Un confinement total est imposé. […] Lire la suite

5-15 février 2019 Espagne. Dissolution du Parlement.

Le PSOE a besoin des voix de Podemos (gauche radicale), mais aussi de celles des nationalistes basques et des indépendantistes catalans pour rassembler une majorité au Parlement. Son initiative est vivement critiquée par le Parti populaire (PP, conservateur) et Ciudadanos (« Citoyens », centre). Le 10, des dizaines de milliers de personnes manifestent à Madrid à l’appel du PP et de Ciudadanos, soutenus par Vox (extrême droite), pour réclamer la démission de Pedro Sánchez et l’organisation d’élections. […] Lire la suite

8 avril 2017 France. Opération unilatérale de désarmement de l'ETA.

Le même jour, des milliers de personnes assistent, à Bayonne, en présence du pasteur irlandais Harold Good qui a contribué au désarmement de l’IRA, à la lecture d’un « manifeste » qui appelle notamment au rapprochement des prisonniers basques de leur famille, ainsi qu’à la libération de détenus âgés ou malades. Le gouvernement espagnol, qui était opposé à ce désarmement unilatéral, somme l’ETA d’« annoncer sa disparition définitive, demander pardon à ses victimes et disparaître », sans attendre « aucun traitement de faveur ». […] Lire la suite

23-29 octobre 2016 Espagne. Investiture du gouvernement de Mariano Rajoy.

Les élus du PP, de Ciudadanos (centre droit) et de la Coalition canarienne votent pour, les élus de Podemos (gauche radicale), des partis indépendantistes catalans et basques, et certains dissidents socialistes votent contre. […] Lire la suite

20 décembre 2015 Espagne. Éclatement du bipartisme à la faveur des élections législatives.

Deux partis nationalistes basques se partagent 8 sièges et une formation nationaliste canarienne en obtient 1. Le taux de participation est de 73,2 p. 100. Les jours suivants, les négociations entre les principaux partis ne permettent pas de dégager une alliance majoritaire en vue de former un gouvernement.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean HARITSCHELHAR, Pierre LAFITTE, Pierre LETAMENDIA, Maitane OSTOLAZA, « BASQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/basques/