BASQUE PAYS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traversé par une frontière politique et orographique, le Pays basque possède une forte unité ethnique, culturelle et linguistique, qui compense l'hétérogénéité du milieu physique. Sans jamais avoir formé un ensemble politique, les provinces basques espagnoles (Vizcaya ou Biscaye, Guipúzcoa et Álava) présentent les plus forts particularismes et abritent un mouvement nationaliste très actif, qui pose de sérieux problèmes à l'État espagnol. Région de contact entre des unités différentes (Pyrénées et chaîne Cantabrique, haut bassin de l'Èbre et Vieille-Castille), parcourue par un faisceau de routes fréquentées et débouchant sur un littoral animé, c'est un espace périphérique qui, par ses hommes et par ses ressources, s'est orienté très tôt vers l'économie moderne. Sa population a connu une croissance rapide. Parmi les régions les plus industrialisées d'Espagne, le Pays basque bénéficie d'un des plus hauts niveaux de développement du pays.

Espagne : carte administrative

Carte : Espagne : carte administrative

Carte administrative de l'Espagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Entre les chaînes pyrénéenne et cantabrique, il apparaît comme un vaste ensellement où les massifs paléozoïques disparaissent (Cinco Villas à l'est, Asturies à l'ouest) et laissent la place à un ensemble plissé de roches sédimentaires d'âge secondaire, dont les sommets se situent entre 1 000 et 1 500 mètres (le mont Aitzgarri culmine à 1 544 m). L'érosion intense du versant atlantique y a dégagé des formes structurales où dominent les escarpements de calcaire urgonien (plis-failles) et les cuestas. La côte, rocheuse et fortement influencée par la structure, est indentée de nombreuses rias (Bilbao, Guernica, Pasajes) qui abritent une intense vie maritime. Le climat océanique, doux et humide (plus de 1 mètre de pluie par an sur le versant nord), a favorisé la prairie, les cultures fourragères et l'élevage, où dominent les bovins. Malgré leur petite taille, les exploitations, souvent dispersées (caseríos), sont modernes.

L'activité industrielle prime ici de très loin : la conjonction de ressources naturelles, d'une tradition manufacturière, de relations commerciales avec l'Europe du Nord-Ouest et d'un capitalisme entreprenant a fait du Pays basque un des foyers industriels de l'Espagne moderne : ses plus grandes sociétés ont une dimension nationale, voire internationale. Dominé par la métallurgie fondée sur l'extraction du fer et l'importation du charbon (anglais puis asturien), le Pays basque fournit à la fois des biens d'équipement et intermédiaires (aciers, papiers, ciments, chimie) produits par les industries lourdes des complexes portuaires du littoral, tandis que l'industrie de transformation est surtout le fait de petites villes manufacturières alignées en chapelet dans les vallées longitudinales ou transversales. Sur le versant méridional, plus sec et plus froid, la province d'Álava, plus agricole (céréales et ovins) et moins industrielle, a une population moins dense et un seul grand centre urbain, Vitoria, sa capitale (229 484 hab. en 2007) ; celle-ci, située à un carrefour très fréquenté, est un pôle industriel important. Sur le versant cantabrique, la Biscaye concentre l'essentiel de ses activités dans le complexe de Bilbao (353 168 hab.), où dominent les industries de base (sidérurgie) et le couloir de l'Ibaizabal (Durango). Dans le Guipúzcoa, au contraire, le paysage industriel est celui des vallées montagnardes où se suivent les cités industrielles (métallurgie de transformation, textile et papeteries). Sur la côte, la ria de Pasajes et la baie de la Concha (San Sebastián) sont deux centres très actifs : la première grâce à la pêche et aux industries, la seconde grâce aux activités balnéaires qui animent la capitale de la province (183 000 hab.). La forte présence de l'industrie concentrée dans les secteurs de base a rendu la région particulièrement vulnérable aux effets de la crise industrielle du début des années 1980. Le Pays basque a été une des régions les plus affectées d'Espagne. La reprise a par ailleurs été plus modeste ici qu'au niveau national, et ce en raison des difficultés de reconversion.

La partie française du Pays basque, beaucoup moins étendue que la partie espagnole (moins de la moitié occidentale du département des Pyrénées-Atlantiques), présente des traits géographiques différents, mais une communauté de langue, de coutumes et de nationalisme. Le relief est aussi varié et morcelé : petits massifs calcaires gréseux ou cristallins peu élevés mais difficilement franchissables (passage de Roncevaux) dans une structure complexe qui traduit l'abaissement progressif des Pyrénées vers l'ouest. Des formes traditionnelles d'agriculture et d'élevage persistent dans un cadre de moyenne montagne humide, dominée par l'arbre, l'herbe et la lande à fougères. Les efforts de modernisation (coopératives, maïs, lait de brebis) se sont heurtés à la petite taille des exploitations et aux difficultés de communication. L'intérieur se dépeuple, et les villes n'y sont que des bourgades industrielles (Mauléon) ou des lieux de passage (Saint-Jean-Pied-de-Port), tandis que la côte, animée par la pêche, le tourisme et l'industrie, s'est développée en une aire urbaine linéaire, dont fait partie l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz (110 000 hab. au recensement de 1999). Saint-Jean-de-Luz, important port de pêche, voit sa rentabilité assurée par la capture estivale de thon. La Côte d'Argent, rocheuse et battue par la houle, jouit d'une réputation balnéaire depuis le second Empire, et les constructions touristiques sont nombreuses (Biarritz, Guéthary). À l'embouchure de l'Adour, le port de Bayonne s'est développé grâce à l'exportation du soufre et du gaz de Lacq ainsi que du maïs béarnais.

Saint-Martin-d'Arrossa, pays basque

Photographie : Saint-Martin-d'Arrossa, pays basque

L'identité basque s'affiche sur la façade de la mairie de Saint-Martin-d'Arrossa (Pyrénées-Atlantiques) où le drapeau basque — en lieu et place du drapeau français — côtoie l'inscription Arrossako herrico etchea, qui signifie « la maison du pays d'Arrossa ». À gauche de la mairie se... 

Crédits : A. Pinet

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Saint-Martin-d'Arrossa, pays basque

Saint-Martin-d'Arrossa, pays basque
Crédits : A. Pinet

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'Institut de géographie d'Aix-Marseille

Classification

Autres références

«  BASQUE PAYS  » est également traité dans :

BASQUES

  • Écrit par 
  • Jean HARITSCHELHAR, 
  • Pierre LAFITTE, 
  • Pierre LETAMENDIA, 
  • Maitane OSTOLAZA
  • , Universalis
  •  • 13 373 mots
  •  • 5 médias

La spécificité des Basques, à travers les siècles et encore de nos jours, se fonde sur leur culture. Cette dernière s'appuie, au premier chef, sur la langue basque, ou euskara, qui actuellement est parlée au plus par le quart de la population, mais on en retrouve les traces dans la topographie, la toponymie, les patronymes, voire les noms de maisons. D'autres traits de cette culture se retrouvent […] Lire la suite

BILBAO

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT
  •  • 528 mots
  •  • 1 média

Capitale de la province de Biscaye (Vizcaya) au Pays basque, Bilbao est l'un des ports les plus importants d'Espagne. Le fait portuaire est essentiel pour comprendre la constitution de ce complexe industriel et urbain. Le port et la ville se sont fixés au fond de la ria du Nervión, longue (12 km) et étroite, en grande partie remblayée, au point de remontée maximal de la marée et à la sortie d'une […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Pays basque et Navarre »  : […] Les quatre provinces basques espagnoles (Àlava, Biscaye, Guipúzcoa et Navarre) forment deux régions autonomes distinctes depuis la Constitution de 1978. La Navarre fut un État souverain jusqu'au début du xvi e  siècle, elle en garda certaines prérogatives (droit civil, monnaie, douanes) jusqu'au milieu du xix e  siècle. Toutes les provinces basques bénéficiaient, depuis le xii e  siècle, d'un cer […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La droite décomplexée »  : […] Fort de ses succès en matière économique et sociale, dans une conjoncture favorable et face à une gauche en manque de leader et de projet, le P.P. remporte haut la main les élections législatives de mars 2000 en obtenant la majorité absolue avec 44,6 p. 100 des voix. Libéré de ses alliés nationalistes, José María Aznar n'a plus à chercher le consensus avec les autres forces politiques. Son style d […] Lire la suite

IBÉRIQUE PÉNINSULE

  • Écrit par 
  • Michel DURAND-DELGA
  •  • 4 155 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Chaîne pyrénéo-cantabrique »  : […] La chaîne pyrénéo-cantabrique ne sera abordée ici que sommairement. La zone axiale, à matériel ancien, forme la ligne de faîte ; en Pays basque, elle se pulvérise en massifs isolés. De ce fait, l'accident limitant au sud la zone axiale n'est bien défini qu'en Aragon et en Catalogne : décollement vers le sud de la couverture de la zone axiale, cisaillements du socle (Gavarnie, zone des Nogueras). […] Lire la suite

PYRÉNÉES

  • Écrit par 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Raymond MIROUSE, 
  • Georges VIERS
  •  • 6 908 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question des transports »  : […] Si vingt-sept points de passage routiers sont ouverts entre France et Espagne, plus des deux tiers du trafic passent aux deux extrémités de la chaîne, avec une légère prééminence pour le franchissement au Pays basque (36,5 p. 100 entre Irun et Hendaye, contre 30,6 p. 100 côté méditerranéen entre Le Perthus et La Jonquera, en 2004). Cette concentration ne cesse d'ailleurs de se renforcer : entre 1 […] Lire la suite

Les derniers événements

3-4 mai 2018 Espagne. Dissolution de l'ETA.

basque Euskadi ta Askatasuna (ETA) – « Pays basque et liberté » –, considérée comme terroriste en Espagne et en France notamment, annonce sa dissolution. Fondée en juillet 1959, elle avait annoncé « l’arrêt définitif de son activité armée » en octobre 2011. Elle appelle à poursuivre la lutte pour un Pays basque indépendant par « d’autres voies ». Huit […] Lire la suite

8 avril 2017 France. Opération unilatérale de désarmement de l'ETA.

Pays basque français, l’arsenal de l’organisation séparatiste basque ETA. Le gouvernement nie toute implication dans ce processus. Une première tentative de restitution d’armes, en décembre 2016, avait conduit à l’arrestation et la mise en examen de cinq personnes. Le même jour, des milliers de personnes assistent, à Bayonne, en présence du pasteur […] Lire la suite

25-28 septembre 2016 Espagne. Revers du PSOE lors d'élections régionales.

Pays basque, le PSOE, en fort recul, est également précédé par Podemos qui fait son entrée au Parlement régional – le Parti nationaliste basque et la coalition indépendantiste de la gauche Euskal Herria Bildu arrivent en tête. Le 28, dix-sept des trente-cinq membres de l’organe de direction du PSOE présentent leur démission de façon à forcer le départ […] Lire la suite

21 octobre 2012 Espagne. Victoire des nationalistes aux élections régionales au Pays basque

Pays basque. Quoique en léger recul, le Parti nationaliste basque (centre droit) demeure la première formation, avec 34,6 p. 100 des suffrages et 27 sièges sur 75. Euskal Herria Bildu, la coalition indépendantiste de gauche issue de l'ancienne Batasuna, vitrine politique de l'E.T.A., progresse fortement, en obtenant 25 p. 100 des voix et 21 élus. Ces […] Lire la suite

20 novembre 2011 Espagne. Victoire du Parti populaire aux élections législatives

Pays basque, les indépendantistes radicaux d'Amaiur, héritiers de Batasuna, l'emportent en nombre de voix, obtenant 7 députés, face au Parti nationaliste basque qui a 5 élus. Le taux de participation est de 71,7 p. 100. Le 20 décembre, le Congrès des députés investira Mariano Rajoy à la présidence du gouvernement.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland COURTOT, « BASQUE PAYS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-basque/