ESPAGNE (Le territoire et les hommes)De l'unité politique à la guerre civile

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est deux façons de suivre le déroulement de l'histoire de l'Espagne depuis le xvie siècle : de l'extérieur ou de l'intérieur. Si l'on se place à l'extérieur, ce pays apparaît mêlé étroitement à la grande politique européenne jusqu'au début du xixe siècle, puis réduit à l'état de petite puissance et se cantonnant le plus souvent dans la neutralité.

Au xvie siècle, l'Espagne, à la suite de la constitution de l'empire de Charles Quint, devient soudain la puissance prépondérante en Europe. Maîtresse d'un domaine colonial qui lui fournit en abondance l'or et l'argent, elle dépense ces richesses sur les champs de bataille. Paladins du catholicisme, l'empereur et son fils Philippe II s'efforcent d'arrêter les progrès du protestantisme en Allemagne, puis aux Pays-Bas et en France, tout en faisant face au danger turc en Méditerranée. Au début du xviie siècle, l'Espagne fait encore grande figure, mais sa faiblesse interne et la politique française poursuivie avec continuité par Richelieu, Mazarin et Louis XIV, l'obligent à céder de nombreux territoires. Et quand s'éteint la dynastie habsbourgeoise, la guerre de Succession d'Espagne entraîne la perte des possessions d'Italie et des Pays-Bas. Le règne des Bourbons marque un redressement du pays qui participe aux mouvements de réforme européens. Il obtient quelques succès militaires et diplomatiques et, malgré l'hostilité de l'Angleterre, conserve son empire colonial.

Entraînée dans les guerres de la Révolution, l'Espagne se met à la remorque de Napoléon. Un sursaut d'énergie lui fait rejeter un roi intrus et elle étonne l'Europe en mettant en échec les armées impériales. Mais, au xixe siècle, elle perd la plupart de ses colonies d'Amérique et use ses forces dans une succession assez incohérente de révolutions, de coups d'État et de guerres civiles.

Écrasée par les États-Unis en 1898, elle doit abandonner Cuba, Puerto Rico et les Philippines. En retard sur le plan économique et scientifique, elle passe alors, malgré la floraison des talents littéraires et artistiques, pour une puissance de second ordre. La chute de la monarchie en 1931 paraît dans la logique des choses, mais on ne prête guère attention aux tribulations de la IIe République. Brusquement, en 1936, la guerre civile éclate, avec son cortège d'héroïsme et d'horreurs. Alors Européens et Américains se passionnent pour cette lutte à la fois religieuse, idéologique et sociale, et viennent en aide à l'un ou l'autre camp. Volontaires et matériel étrangers affluent, prolongeant le conflit, sorte de répétition générale de la Seconde Guerre mondiale.

Guerre hispano-américaine à Cuba, 1898

Photographie : Guerre hispano-américaine à Cuba, 1898

Un camp espagnol à Cuba, pendant la guerre hispano-américaine, en 1898. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Si l'Espagne est sensible aux grands courants d'idées qui traversent l'Europe, elle n'en garde pas moins une personnalité assez mystérieuse. Selon Sánchez Albornoz, elle constitue « une énigme historique ». C'est pourquoi une vue extérieure est insuffisante ; il faut aussi regarder de l'intérieur. Les Espagnols, évidemment, n'y ont pas manqué. Tel événement, tel personnage ignoré au-dehors a sa place dans les manuels d'histoire. On a discuté à perte de vue sur les causes de la « décadence », sur la nécessité d'européaniser l'Espagne ou de défendre ses traditions. Des savants étrangers ont également cherché à éclaircir tous ces problèmes. Servie par la conservation d'incomparables archives, la science historique a réalisé de notables progrès. Aux études traditionnelles sur la politique et la religion sont venues s'adjoindre des recherches sur la démographie, l'économie, la société, les idées et les sentiments. Ainsi, quelques caractères originaux de l'histoire nationale ont pu être mis en relief.

Nous référant une seconde fois à Sánchez Albornoz, nous considérons tout d'abord que la Reconquête est la clef de l'histoire d'Espagne. Les musulmans ayant été refoulés peu à peu vers le sud, il en est résulté des différences profondes entre le Nord et le Midi en ce qui concerne le régime de la propriété, les conditions de travail, la mentalité. D'autre part, le catholicisme a gardé un esprit foncièrement militant, d'où l'expulsion des minorités juive et morisque, l'âpreté du conflit entre les « deux Espagnes », l'acharnement de la lutte en 1936-1939, considérée dans le camp victorieux comme une croisade. Mais il faut indiquer aussi quelques autres thèmes fondamentaux. Ainsi l'opposition entre l'effort de centralisation, entrepris par la Castille surtout depuis Philippe V, et les résistances régionales, très vigoureuses en Catalogne et dans les provinces basques. Sous l'Ancien Régime, le sentiment de l'honneur apparaît comme le fondement de la société, avec, en contrepartie, un certain dédain pour l'activité économique. Mais des recherches récentes donnent à penser que les extraordinaires ravages causés par les épidémies au xviie siècle furent la cause principale de la décadence. Au xixe siècle, jusqu'en 1874, les militaires interviennent constamment dans la vie politique. Ensuite s'établit un régime parlementaire assez artificiel, mais qui assura la tranquillité. Ce siècle, longtemps mal étudié et mal jugé, a à son actif des progrès économiques non négligeables. Enfin, une des caractéristiques essentielles de la société espagnole à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle fut le développement exceptionnel de l'anarchisme, accueilli avec plus de faveur que le socialisme par les populations de la bordure méditerranéenne. Il explique pour une bonne part la défaite des républicains en 1939.

Le Siècle d'or

Le xvie siècle a été pour l'Espagne le « Grand Siècle ». On attribue souvent aux Rois Catholiques la réalisation d'une véritable unification de l'Espagne. En fait, si le royaume de Grenade a été incorporé à la Castille, les deux couronnes d'Aragon et de Castille sont restées distinctes et leurs possessions séparées par une ligne de douanes. Seule a été réalisée une union dynastique, qui a permis une politique extérieure commune. La Navarre, conquise en 1512, a gardé elle aussi son autonomie. Deux institutions seulement ont étendu leur juridiction sur l'ensemble du territoire, le Conseil d'État, qui s'occupait surtout des affaires étrangères, et le Conseil de l'Inquisition.

Persistance de la diversité régio [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Médias de l’article

Guerre hispano-américaine à Cuba, 1898

Guerre hispano-américaine à Cuba, 1898
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Joseph Bonaparte

Joseph Bonaparte
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Juan Prim

Juan Prim
Crédits : Hulton Archive/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

La semaine sanglante à Barcelone

La semaine sanglante à Barcelone
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

Classification

Autres références

«  ESPAGNE  » est également traité dans :

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

À l'extrémité sud-ouest de l'Europe, l'Espagne (46,9 millions d'habitants en 2010) n'est séparée de l'Afrique que par un bras de mer étroit. Cette particularité a joué un rôle majeur dans son histoire. Disposant, comme la France, à la fois d'une façade méditerranéenne et d'une façade atlantique, l'Espagne a participé à l'histoire de la Méditer […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Des Wisigoths aux Rois catholiques

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX
  •  • 6 379 mots
  •  • 7 médias

Un fait domine l'histoire de l'Espagne médiévale : l'invasion musulmane de 711, qui en dévie le cours et entraîne de multiples conséquences d'ordre politique, social, religieux et moral. La mainmise de l'Islam sur le royaume hispano-gothique créé deux siècles plus tôt étouffe les germes de « féodalisation » qui s'y manifestaient. La Reconquista, tout en donnant naissance à plusieurs royaumes, cont […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - L'ère franquiste

  • Écrit par 
  • Guy HERMET
  •  • 7 215 mots
  •  • 3 médias

L'Espagne apparaît comme le prototype des nations européennes longtemps vouées à une sorte de fatalité autoritaire, et le régime franquiste comme le symbole de l'autoritarisme moderne en Europe. Pourtant, si la guerre d'Espagne a suscité des études nombreuses et approfondies, et si elle a pris une sorte de valeur universelle, la dictature issue de ce confl […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Depuis les années 1970, l'Espagne a enregistré presque simultanément les trois « révolutions » – industrielle, socioculturelle puis démocratique – que la plupart des pays voisins ont affrontées de façon successive et sur près d'un siècle. De surcroît, il lui a fallu se réinventer un destin national et un État accepté de tous ses habitants. C'est dire que les dé […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Nacima BARON, 
  • Sabine LE BAYON
  •  • 8 410 mots
  •  • 9 médias

Alors que l'elle apparaissait encore en 1975 très en retard par rapport aux autres pays européens, marquée par les séquelles de la guerre civile (1936-1939) et les années d'autarcie qui ont suivi, l'Espagne depuis lors a connu une évolution impressionnante : elle s'est démocratisée, elle est devenue un membre qui compte au sein de l'Europe communautaire et plus tard de la zone […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La langue

  • Écrit par 
  • Bernard POTTIER
  •  • 5 481 mots
  •  • 1 média

L'année 1492 est fondamentale pour la destinée de la langue espagnole. Avant cette date, la Péninsule connaissait une période de fort dialectalisme, et la littérature, très estimable, était cependant relativement peu abondante. À la fin du xve et au début du xvie siècle, le castillan (espagnol) arrive à m […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 806 mots
  •  • 4 médias

Le caractère essentiel de la littérature espagnole, comme de toute la culture et de tout le génie de l'Espagne, comme du tempérament des Espagnols, est la singularité. De cette singularité les Espagnols ont conscience et ils lui donnent, d'emblée, une raison géographique : ils se sentent situés au bout de l'Europe. Un de leurs aphorismes favoris est que l'Europe commence aux Pyrénées.À cette raiso […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 038 mots
  •  • 11 médias

L'histoire de l'art espagnol ignore la continuité. Son développement par ruptures doit être mis en relation avec le déterminisme géographique qui oppose la massivité continentale de la Meseta à la diversité des zones périphériques. Les Castilles paraissent faites pour unifier et pour commander. Les régions du pourtour ont toujours été attirées par les dissidences. Selon le rythme de l'histoire, l' […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 663 mots
  •  • 4 médias

Selon que l'on considère la traduction musicale des caractères communs à l'ensemble des peuples ibériques ou l'évolution d'une tradition savante, on pourra parler de musique espagnole ou de musique d'Espagne.La première, présente dans les folklores de la Péninsule depuis les origines de la nationalité, a souvent info […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri LAPEYRE, « ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-de-l-unite-politique-a-la-guerre-civile/