BASQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Société et politique

Les nationalismes basques

En 1988, le nationalisme basque domine la Communauté autonome d'Euskadi avec 69 p. 100 des suffrages exprimés aux élections locales et 65 p. 100 aux élections législatives espagnoles. Il obtient autour de 24 p. 100 en Navarre et n'a jamais dépassé 6 p. 100 des suffrages exprimés en Pays basque français. Ces proportions montrent bien que le vote nationaliste ne correspond pas à la distribution des bascophones et que le critère fondamental semble être le niveau d'intégration de chacun des sous-ensembles basques au sein de l'État nation auquel il appartient. Ce niveau d'intégration, conditionné par l'histoire, est très élevé pour le Pays basque français, élevé en Navarre, faible en Euskadi. Ces différences apparaissent dans les résultats des partis nationaux français et espagnols par rapport aux formations basques.

C'est en Espagne que naît en 1895 le nationalisme basque. Il a été précédé par un processus de différenciation politique entre le système politique basque et le système politique espagnol dû aux guerres carlistes. Ces dernières n'ont pas été un phénomène proprement basque, mais leur issue a eu une grande influence sur les relations entre l'État espagnol et les quatre provinces basques péninsulaires.

Carlisme et nationalisme en Pays basque

Les guerres carlistes opposent, dans toute l'Espagne, les partisans d'une monarchie traditionnelle, les carlistes, à la branche régnante des Bourbons qui acceptait la monarchie constitutionnelle. Le conflit débute en 1833 à la mort du roi Ferdinand VII qui ne laisse comme descendance qu'une fille mineure, ce qui amène la régence de sa mère Marie-Christine. Cette succession est contestée par don Carlos, frère de Ferdinand VII, qui soutient que la loi salique doit s'imposer en Espagne. Sa thèse n'ayant pas été acceptée par Ferdinand VII qui prévoit la succession au profit de sa fille, don Carlos essaya de prendre le pouvoir par les armes. Deux guerres carlistes eurent lieu en Espagne de 1833 à 1839 et de 1872 à 1876. Dans les deux cas, les carlistes furent battus par les libéraux, et le conflit purement dynastique fut éclipsé par la lutte entre libéralisme et traditionalisme.

Le Pays basque fut, durant les deux guerres, majoritairement favorable aux carlistes, qui y trouvèrent leurs meilleurs soutiens et leurs troupes les plus nombreuses et les plus combatives. Lors des premières élections espagnoles au suffrage universel, en 1869, les carlistes obtinrent 15 des 17 sièges dévolus aux quatre provinces basques.

Quelle est la raison de cet attrait des Basques pour le carlisme qui fit de cette région, jusqu'en 1936 et même au-delà, son premier bastion dans la Péninsule ? Il nous semble que la première raison est l'attachement des Basques au catholicisme et la mobilisation du clergé basque nombreux et populaire. Les libéraux étaient présentés comme des athées, et la devise des carlistes « Dieu, patrie et roi » mettait au premier plan la fidélité à l'Église et au Saint-Siège. Défenseurs d'une monarchie traditionnelle, les carlistes promettent aussi de maintenir les fueros, ou libertés locales traditionnelles : absence de service militaire, privilèges fiscaux, régime douanier particulier. Cependant, ces fueros ne sont pas menacés au début des guerres carlistes et leur défense n'est pas une des causes du soulèvement. Ce sera par contre une des raisons de la seconde guerre carliste. Enfin, la géographie doit avoir joué un rôle non négligeable. La frontière française permet l'approvisionnement en armes et la sympathie de beaucoup de Basques français pour le carlisme facilite les mouvements des deux côtés des Pyrénées.

À la suite de chaque conflit, le Pays basque sera puni et verra ses fueros réduits puis définitivement supprimés. La loi du 25 octobre 1839 supprime une partie des libertés traditionnelles et, au lendemain de la seconde guerre carliste, la loi du 26 juillet 1876 abolit définitivement les fueros.

Carlistes et libéraux basques font campagne pour le rétablissement des fueros dont certaines dispositions sont d'ailleurs maintenues par les « accords économiques » (conciertos economicos) qui octroient des privilèges fiscaux au Pays basque à partir de 1878. Un parti libéral « fuériste » se développera en Pays basque où les carlistes ga [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Provinces basques

Provinces basques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Langue basque : locuteurs

Langue basque : locuteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ciboure, pays basque

Ciboure, pays basque
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Attentat contre Carrero Blanco, Madrid, 1973

Attentat contre Carrero Blanco, Madrid, 1973
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de langue et littérature basques à l'université de Bordeaux-III, directeur de l'U.A. C.N.R.S 04 1055 (études linguistiques et littéraires basques)
  • : membre de l'Académie de la langue basque
  • : maître de conférences de science politique à l'Institut d'études politiques de Bordeaux
  • : doctorat en histoire et civilisation, Institut universitaire européen (Florence, Italie), maître de conférences à l'université de Paris IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  BASQUES  » est également traité dans :

BAROJA PÍO (1872-1956)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 498 mots

Plus de cent volumes en un demi-siècle d'effort créateur : l'Espagne contemporaine n'a connu chez aucun autre romancier plus grande fécondité que chez cet écrivain basque de vocation tardive, doué pour toutes les variétés narratives, pour tous les registres. Réaliste, romantique, historique ou psychologique ? On épuiserait les catégories de la critique littéraire à vouloir définir son œuvre ; on n […] Lire la suite

CHASSE À LA BALEINE

  • Écrit par 
  • Jean-Benoît CHARRASSIN, 
  • Vincent RIDOUX
  •  • 8 019 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Basques et les baleines franches »  : […] Les Basques sont les premiers chasseurs de baleines réguliers en Atlantique nord. Ils exploitèrent, à partir du xi e  siècle – et peut-être avant –, la baleine franche ( right whale en anglais), encore appelée la baleine des Basques. Cette activité se déroulait au large des côtes de Biarritz, Hendaye, Anglet et Saint-Jean-de-Luz puis, plus tard, à partir du Pays basque espagnol. Les chasseurs cib […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Espagne humide »  : […] Cette partie de l'Espagne s'étend de la Galice aux provinces basques et ne représente qu'un dixième du territoire espagnol. C'est le domaine d'un climat océanique aux pluies abondantes et bien réparties dans l'année (plus de 1 000 mm et 150 jours de pluie par an en moyenne). Les arbres à feuilles caduques dominent. Chênes rouvre et tauzin formaient autrefois d'épaisses forêts qui, à la suite des […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Persistance de la diversité régionale »  : […] Par sa superficie et le chiffre de sa population, le royaume de Castille était de beaucoup le plus important. Il était assez homogène. Les trois provinces basques (Álava, Biscaye, Guipúzcoa) se différenciaient par leurs privilèges fiscaux et leur situation en dehors de la ligne de douanes. Le reste du territoire se divisait en dix-huit provinces, correspondant aux villes représentées aux Cortes. […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les zones d'ombre : l'armée, le terrorisme, l'Europe »  : […] Cela suffit-il ? Huit généraux ont été assassinés entre 1978 et 1982, et certains militaires espagnols conservent l'habitude des complots antidémocratiques, même s'ils ne débouchent que sur l'aventure putschiste menée par le lieutenant-colonel Tejero le 23 février 1981. Cependant, l'environnement international de l'Espagne n'est plus celui – propice aux dictatures fascistes – des années 1930. Il n […] Lire la suite

OTEIZA JORGE (1908-2003)

  • Écrit par 
  • Valérie VERGEZ
  •  • 759 mots

La vie et l'œuvre du sculpteur Jorge Oteiza sont un modèle d'engagement artistique. Né le 21 octobre 1908 à Orio, au Pays basque espagnol, Jorge Oteiza Embil (mort le 9 avril 2003 à Saint-Sébastien) commence à sculpter en autodidacte à la fin des années 1920. Ses premières œuvres s'apparentent à celles de Constantin Brancusi et de Jacob Epstein par leur aspect primitif ; cependant, le sculpteur […] Lire la suite

PAMPELUNE

  • Écrit par 
  • Charles LESELBAUM
  •  • 430 mots
  •  • 1 média

Capitale de la communauté autonome de Navarre avec 195 769 habitants en 2006, Pampelune aurait été fondée par Pompée sous le nom de Pompaelo. Occupée par les Maures en 738, elle est reprise par les Basques au terme de leur avancée éclair en 750. On estime que le royaume de Navarre se créa un siècle plus tard avec García I er , portant le titre de comte de Navarre. Ce petit royaume chrétien va alo […] Lire la suite

TERRORISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHALIAND, 
  • Pierre DABEZIES, 
  • Sylvia PREUSS-LAUSSINOTTE, 
  • Jean SERVIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Mouvements minoritaires sans guérilla »  : […] Les mouvements de minorité luttant pour des droits en Europe occidentale connaissent des destins différents. Le mouvement irlandais (I.R.A., Irish Republican Army) a, pour l'essentiel, réussi à l'emporter. La situation des catholiques d'Ulster, de moins en moins minoritaires du point de vue démographique, est très différente de ce qu'elle fut en 1968, au début des actions armées. Le mouvement bas […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-25 mars 2020 Espagne. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 9, Madrid impose la fermeture des crèches et des établissements scolaires et universitaires à Madrid, principal foyer de l’épidémie, ainsi que dans deux villes basques. Le 14, l’Espagne, deuxième pays européen le plus touché par l’épidémie de Covid-19 derrière l’Italie et devant la France, décrète l’état d’alerte. Un confinement total est imposé. […] Lire la suite

5-15 février 2019 Espagne. Dissolution du Parlement.

Le PSOE a besoin des voix de Podemos (gauche radicale), mais aussi de celles des nationalistes basques et des indépendantistes catalans pour rassembler une majorité au Parlement. Son initiative est vivement critiquée par le Parti populaire (PP, conservateur) et Ciudadanos (« Citoyens », centre). Le 10, des dizaines de milliers de personnes manifestent à Madrid à l’appel du PP et de Ciudadanos, soutenus par Vox (extrême droite), pour réclamer la démission de Pedro Sánchez et l’organisation d’élections. […] Lire la suite

8 avril 2017 France. Opération unilatérale de désarmement de l'ETA.

Le même jour, des milliers de personnes assistent, à Bayonne, en présence du pasteur irlandais Harold Good qui a contribué au désarmement de l’IRA, à la lecture d’un « manifeste » qui appelle notamment au rapprochement des prisonniers basques de leur famille, ainsi qu’à la libération de détenus âgés ou malades. Le gouvernement espagnol, qui était opposé à ce désarmement unilatéral, somme l’ETA d’« annoncer sa disparition définitive, demander pardon à ses victimes et disparaître », sans attendre « aucun traitement de faveur ». […] Lire la suite

23-29 octobre 2016 Espagne. Investiture du gouvernement de Mariano Rajoy.

Les élus du PP, de Ciudadanos (centre droit) et de la Coalition canarienne votent pour, les élus de Podemos (gauche radicale), des partis indépendantistes catalans et basques, et certains dissidents socialistes votent contre. […] Lire la suite

20 décembre 2015 Espagne. Éclatement du bipartisme à la faveur des élections législatives.

Deux partis nationalistes basques se partagent 8 sièges et une formation nationaliste canarienne en obtient 1. Le taux de participation est de 73,2 p. 100. Les jours suivants, les négociations entre les principaux partis ne permettent pas de dégager une alliance majoritaire en vue de former un gouvernement.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean HARITSCHELHAR, Pierre LAFITTE, Pierre LETAMENDIA, Maitane OSTOLAZA, « BASQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/basques/