BASILE DE CÉSARÉE saint (330-379)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le fondateur de monastères

Vers 356, Basile revient à Césarée de Cappadoce et y commence une carrière de rhéteur qu'il interrompt presque aussitôt pour mener une vie consacrée à Dieu. Il reçoit le baptême, puis entreprend un long voyage à travers l'Égypte, la Palestine, la Syrie et la Mésopotamie, afin de rencontrer les plus célèbres ascètes, qu'il a l'intention d'imiter. À son retour, il distribue sa fortune et se retire dans la solitude. Les disciples arrivent vite et il fonde en quelques années plusieurs monastères.

Avec Grégoire de Nazianze, venu passer quelque temps auprès de lui, mais beaucoup trop indépendant pour se fixer, Basile compose la Philocalie, anthologie des œuvres d'Origène, où déjà la personnalité des auteurs se manifeste, puis une collection de quatre-vingts instructions, les Règles morales. Plus tard, alors qu'il ne réside plus dans ses monastères, mais les visite régulièrement, Basile répond aux questions qu'on lui pose ; on en fait des recueils, Règles détaillées et Règles brèves, dont l'influence est immense aussi bien en Orient, où elles sont à la base de toutes les codifications postérieures, qu'en Occident, où elles seront utilisées par Cassien et la Règle de saint Benoît, qui renvoie à « notre Père saint Basile ». La vie monastique, telle que la veut Basile, comprend tous les éléments qui deviendront traditionnels : prière liturgique, pratique de la confession des péchés, réception fréquente de l'Eucharistie, lecture de la Bible, travail manuel, œuvres de bienfaisance : écoles, hôpitaux et hôtelleries.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  BASILE DE CÉSARÉE saint (330-379)  » est également traité dans :

ARIANISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 2 432 mots

Dans le chapitre « La nouvelle orthodoxie »  : […] Cependant  des  théologiens  orientaux, groupés autour de Basile de Césarée et de Mélèce d'Antioche, cherchaient à définir la foi trinitaire en tenant compte des controverses passées, et à surmonter l'incompréhension et la méfiance réciproques entre les Occidentaux et les théologiens de l'Orient chrétien. Il fallait faire admettre que le mystère de la Trinité pouvait s'expliquer pour des Grecs da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arianisme/#i_4026

DAMASE Ier saint (304 env.-384) pape (366-384)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 559 mots

Pape d'origine espagnole, Damase est né vers 304 à Rome, et mort le 11 décembre 384 dans cette même ville. Il occupe une charge de diacre sous le règne de son prédécesseur, le pape Libère (352-366), et accompagne celui-ci en exil lorsque l'empereur Constance II le déporte de Rome pour son refus de l'arianisme, doctrine qui niait la consubstantialité du Christ. Damase retournera cependant à Rome […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/damase-ier/#i_4026

GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 874 mots

Dans le chapitre « L'évêque »  : […] Grégoire de Nysse, issu d'un milieu familial qui était déjà entièrement chrétien, subit fortement l'influence de ses deux aînés : sa sœur Macrine, convertie depuis longtemps à l'idéal de la vie monastique, qui fut, dit-il, son « institutrice » et dont il fut lui-même le biographe ; son frère Basile, évêque de Césarée, avec lequel les rapports ne seront pas toujours faciles. Grégoire connut pourta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-de-nysse/#i_4026

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « BASILE DE CÉSARÉE saint (330-379) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/basile-de-cesaree/