BASILE DE CÉSARÉE saint (330-379)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évêque et le théologien

L'administration exemplaire de ses monastères attire sur Basile l'attention de l'évêque de Césarée, Eusèbe, qui, vers 364, lui fait accepter le sacerdoce. Basile lui succède en 370. Son épiscopat ne dure qu'un peu plus de huit ans, puisqu'il meurt le 1er janvier 379, mais son activité est prodigieuse. En même temps qu'il fonde des hôpitaux et des hospices, il se lance dans la lutte contre l'hérésie arienne, alors soutenue par l'empereur Valens.

Pour défendre la foi catholique, Basile composa des traités dogmatiques, surtout le Traité du Saint-Esprit. Théologien, il n'est pas un auteur facile. On est alors au plus vif des controverses sur la Trinité.

Il prend bien soin d'éviter les expressions brutales ou équivoques. Cette prudence a incité certains critiques à prétendre que Basile avait été, au fond, un semi-arien, c'est-à-dire qu'il aurait vu dans la Trinité une similitude et non une unité de substance. Cette opinion repose sur une analyse trop rigide de ses écrits, elle ne tient compte ni des idées de ceux auxquels Basile s'adresse, ni du point de vue cher aux Pères grecs, qui, dans la Trinité, préfèrent insister davantage sur la distinction des personnes que sur l'unité de substance.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  BASILE DE CÉSARÉE saint (330-379)  » est également traité dans :

ARIANISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 2 432 mots

Dans le chapitre « La nouvelle orthodoxie »  : […] Cependant  des  théologiens  orientaux, groupés autour de Basile de Césarée et de Mélèce d'Antioche, cherchaient à définir la foi trinitaire en tenant compte des controverses passées, et à surmonter l'incompréhension et la méfiance réciproques entre les Occidentaux et les théologiens de l'Orient chrétien. Il fallait faire admettre que le mystère de la Trinité pouvait s'expliquer pour des Grecs da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arianisme/#i_4026

DAMASE Ier saint (304 env.-384) pape (366-384)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 559 mots

Pape d'origine espagnole, Damase est né vers 304 à Rome, et mort le 11 décembre 384 dans cette même ville. Il occupe une charge de diacre sous le règne de son prédécesseur, le pape Libère (352-366), et accompagne celui-ci en exil lorsque l'empereur Constance II le déporte de Rome pour son refus de l'arianisme, doctrine qui niait la consubstantialité du Christ. Damase retournera cependant à Rome […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/damase-ier/#i_4026

GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 874 mots

Dans le chapitre « L'évêque »  : […] Grégoire de Nysse, issu d'un milieu familial qui était déjà entièrement chrétien, subit fortement l'influence de ses deux aînés : sa sœur Macrine, convertie depuis longtemps à l'idéal de la vie monastique, qui fut, dit-il, son « institutrice » et dont il fut lui-même le biographe ; son frère Basile, évêque de Césarée, avec lequel les rapports ne seront pas toujours faciles. Grégoire connut pourta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-de-nysse/#i_4026

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « BASILE DE CÉSARÉE saint (330-379) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/basile-de-cesaree/