BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Barthélemy d'Eyck, originaire du Limbourg, s'est probablement formé dans cette contrée avant de devenir en France le peintre du roi René d'Anjou. Très proche de son maître, il l'accompagne en Provence et y travaille comme peintre et enlumineur. Il exécute assez jeune une partie de l'illustration d'un livre d'heures en collaboration avec Enguerrand Quarton. Ses œuvres majeures sont le triptyque de l'Annonciation d'Aix commandé par un des fournisseurs du roi René, puis l'illustration de trois manuscrits dont un, Le Cœur d'Amour épris fut rédigé par René d'Anjou lui-même. Ses qualités de paysagiste, de narrateur plein de fantaisie, son attention à la lumière provençale font de lui un des peintres les plus originaux et les plus attachants de son époque.

Les origines de Barthélemy d'Eyck

De longues recherches ont rendu presque certaine l'identification du maître du roi René avec Barthélemy d'Eyck, identification pressentie dès 1910 par P. Durrieu.

Originaire de Maeseyck, sa mère Ydria Exters a été mariée en premières noces avec un homme nommé d'Eyck, père de Barthélemy. Nous n'en savons pas plus. Mais nous la retrouvons en Provence avec son second mari Peter van Bijland, peintre et brodeur dont le nom francisé en Pierre du Billant ou Dubillant apparaît souvent dans les documents. Barthélemy est-il né à Maeseyck ? Son œuvre révèle en effet une connaissance approfondie de l'art de son homonyme Jan van Eyck, du maître de Flémalle et des enlumineurs des Pays-Bas du Sud. A-t-il travaillé d'abord pour la cour de Bourgogne ? Quoi qu'il en soit, René d'Anjou (1409-1480) le découvre de bonne heure. Charles Sterling constatait des traces de son influence sur les enlumineurs napolitains et pensait qu'il aurait pu avoir accompagné le roi à Naples où il séjourna de 1438 à 1442. Panofsky appelait Barthélemy « le frère jumeau de Konrad Witz » et relevait « leu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire d'histoire de l'art, universités de Montréal et de Tours

Classification


Autres références

«  BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)  » est également traité dans :

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et de vie. Ambrogio Lorenzetti dans l'église inférieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_94792

QUARTON ENGUERRAND (av. 1419-env. 1466)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 2 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une formation flamande ? »  : […] Enguerrand Quarton est né avant 1419, peut-être autour de 1410, dans le diocèse de Laon. Il a sans doute fait son apprentissage à Laon vers 1431-1433. Mais, puisqu'il connaît la peinture des Pays-Bas du Sud, le Maître de Flémalle (R. Campin ?), Jan van Eyck et Roger van der Weyden, peut-être a-t-il eu la possibilité de se former dans cette région. Dans ce cas, il n'aurait pas quitté tout de suite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enguerrand-quarton/#i_94792

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude SCHAEFER, « BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barthelemy-d-eyck/