BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Barthélemy et le roi René d'Anjou

On a longtemps cru que quelques enluminures ajoutées à un livre d'heures de René d'Anjou (British Library, Londres, ms. Egerton, 1070) ont été peintes par Barthélemy lors de la captivité du roi à Dijon en 1435-1436, mais les armoiries ornant ce livre font penser, si l'on suit les conclusions de M. de Mérindol, à une date plus tardive vers l'année 1445 au plus tôt. L'enluminure macabre représentant le roi René mort, mi-squelette mi-cadavre (fo 53 vo), a été certainement peinte en Provence. Elle est caractéristique de la mentalité du roi : étrange coquetterie prémonitoire d'un homme qui découvre dans un « miroir de la mort » un avenir fort sombre. Aimant surtout les romans de chevalerie, le roi René en utilisait les trames pour écrire ses propres compositions. Dans ses narrations, il évoque la nature en observateur attentif aux moindres variations de lumière. Comme s'il écrivait un bon script pour un film, il devait se représenter l'illustration de ses propos et donc les concevoir en fonction de cette illustration, prévoyant l'association, voire la symbiose de l'auteur et de l'enlumineur. Cela explique la légende répandue en 1482 par le père de Raphaël Giovanni Santi et reprise en 1524 par P. Summonte , légende qui faisait du roi René un peintre de talent : « de soa mano pinse bene et a questo studio fu sumamente dedito pero secundo la disciplina di Flandre » ([le roi René] peignait très bien et dans cet art il suivait surtout la discipline des peintres flamands). Or la qualité des enluminures, que nous évoquons ici et que certains historiens de l'art voudraient attribuer à René d'Anjou, dépasse largement le niveau d'un peintre amateur, même excellent. Le roi René aurait pu faire des croquis ou des dessins pour orienter son enlumineur comme l'ont fait d'autres personnages de son temps : Jean Robertet, poète à ses heures, illustre ses recueils par des dessins. Mais on admire l'aptitude du roi à choisir ou à trouver un enlumineur sensible aux inflexions de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire d'histoire de l'art, universités de Montréal et de Tours

Classification


Autres références

«  BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)  » est également traité dans :

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et de vie. Ambrogio Lorenzetti dans l'église inférieur […] Lire la suite

QUARTON ENGUERRAND (av. 1419-env. 1466)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 2 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une formation flamande ? »  : […] Enguerrand Quarton est né avant 1419, peut-être autour de 1410, dans le diocèse de Laon. Il a sans doute fait son apprentissage à Laon vers 1431-1433. Mais, puisqu'il connaît la peinture des Pays-Bas du Sud, le Maître de Flémalle (R. Campin ?), Jan van Eyck et Roger van der Weyden, peut-être a-t-il eu la possibilité de se former dans cette région. Dans ce cas, il n'aurait pas quitté tout de suite […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude SCHAEFER, « BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barthelemy-d-eyck/