STERLING CHARLES (1901-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 5 septembre 1901 à Varsovie (Pologne), Charles Sterling obtient tout d'abord une licence en droit, formation commune à beaucoup d'historiens d'art de sa génération. Il s'intéresse très tôt à la peinture, développant peu à peu ses intuitions de connaisseur. On rapporte qu'il identifia très jeune un dessin ancien appartenant à l'historien d'art Louis Grodecki. Ignorant les barrières linguistiques — Charles Sterling parlait le français, l'anglais, l'allemand et le russe —, il explore plusieurs pays afin de trouver l'université qui lui dispensera le meilleur enseignement, la meilleure formation en histoire de l'art. Il choisit la France où l'École du Louvre lui paraît être une institution garantissant un contact direct avec les œuvres d'art ; il perçoit surtout la valeur de l'enseignement d'Henri Focillon qui restera toujours pour lui l'exemple à suivre. Dès 1930, il est nommé chargé de mission au musée du Louvre. Jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale, il se consacre à l'étude de l'art français du xviiie siècle, période de l'histoire de l'art jusqu'alors négligée par les historiens. L'exposition Les Peintres de la réalité en France au XVIIe siècle s'ouvre à l'Orangerie en 1934, accompagnée d'un catalogue dont Charles Sterling rédigea l'introduction. Paul Jamot, alors directeur du musée du Louvre et qui avait reconnu immédiatement les mérites de son jeune conservateur, en signa la Préface. Cette exposition révéla au public un aspect méconnu, presque inconnu, de la peinture de cette époque ; elle marqua surtout le départ d'études postérieures sur les peintres caravagistes, les frères Le Nain, et sur Jean Jouvenet.

L'exposition de 1937, Chefs-d'œuvre de l'art français, après French Art 1200-1900 présentée à la Royal Academy of Arts à Londres en 1932, fut pour Charles Sterling l'occasion d'attirer l'attention du public sur un autre chapitre de l'histoire de la peinture française, les xive et xve siècles, qui n'avait fait l'objet d'aucune synthèse depuis l'exposition consacrée aux Primitifs français au Louvre et à la Bibliothèque nationale en 1904. Très rapidement, il rédigea un ouvrage dans lequel il fait apparaître, par un jeu de comparaisons très étendues, la physionomie de l'art de chaque région ; il met en évidence d'une façon scientifique l'apport de chacune des régions à l'art français. Élaborée il y a plus de cinquante ans, cette classification fait toujours autorité. En 1941, Charles Sterling compléta ses recherches par la publication, sous le pseudonyme de Charles Jacques, d'un livre admirablement illustré. Cet ouvrage, intitulé Les Peintres du Moyen Âge, répertorie tous les tableaux connus du xive et du xve siècle, y compris ceux qui avaient été abusivement attribués à la peinture française.

En 1942, privé de ses fonctions par le gouvernement de Vichy, Charles Sterling s'installe à New York et travaille comme Senior Research Fellow au Metropolitan Museum. Il établit le catalogue des peintures françaises du musée, puis élargit rapidement son champ d'action. Après un court passage à Columbia University, il fut nommé professeur titulaire à l'Institute of Fine Arts de l'université de New York, où il enseigna jusqu'en 1972, formant de nombreux chercheurs. En 1945, il avait retrouvé son poste de conservateur au musée du Louvre, poste qu'il conserva jusqu'en 1968.

Charles Sterling avait une fabuleuse mémoire visuelle. Ses connaissances très étendues lui permettaient en outre de traiter chaque sujet dans son ensemble. Ainsi a-t-il pu écrire, en 1959, La Nature morte de l'Antiquité au XXe siècle, livre fondamental, plusieurs fois réédité (nouv. éd. révisée en 1985 aux Éditions Macula). Nombre de ses articles ont ouvert des perspectives nouvelles. Parmi les plus importants, mentionnons ceux qui ont mené à l'identification du maître de Moulins, alias Jean Hey, les études sur la peinture en Savoie, ou l'article « Jan van Eyck avant 1432 ».

Cependant, le couronnement de son œuvre n'est pas un ouvrage de synthèse. Il se proposa de réunir, dans deux volumes grand-folio, l'ensemble de ses connaissances sur la peinture médiévale à Paris. Comme dans un catalogue d'exposition, chaque œuvre est traitée isolément dans de très longues notices. Charles Sterling craignait en effet le vieillissement rapide des synthès [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire d'histoire de l'art, universités de Montréal et de Tours

Classification

Autres références

«  STERLING CHARLES (1901-1991)  » est également traité dans :

BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 2 717 mots

Dans le chapitre « Les origines de Barthélemy d'Eyck »  : […] De longues recherches ont rendu presque certaine l'identification du maître du roi René avec Barthélemy d'Eyck, identification pressentie dès 1910 par P. Durrieu. Originaire de Maeseyck, sa mère Ydria Exters a été mariée en premières noces avec un homme nommé d'Eyck, père de Barthélemy. Nous n'en savons pas plus. Mais nous la retrouvons en Provence avec son second mari Peter van Bijland, peintre e […] Lire la suite

QUARTON ENGUERRAND (av. 1419-env. 1466)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 2 815 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une formation flamande ? »  : […] Enguerrand Quarton est né avant 1419, peut-être autour de 1410, dans le diocèse de Laon. Il a sans doute fait son apprentissage à Laon vers 1431-1433. Mais, puisqu'il connaît la peinture des Pays-Bas du Sud, le Maître de Flémalle (R. Campin ?), Jan van Eyck et Roger van der Weyden, peut-être a-t-il eu la possibilité de se former dans cette région. Dans ce cas, il n'aurait pas quitté tout de suite […] Lire la suite

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

Dans le chapitre « Style et attributionnisme »  : […] Style dérive du latin stilus , qui désigne d'abord le poinçon servant à écrire sur des tablettes de cire, puis l'acte d'écrire lui-même et ses différents genres. Passé en français au cours du xiv e  siècle, il en vient à signifier la manière de s'exprimer, la rhétorique qui fait la singularité d'un poète et que partage, consciemment ou inconsciemment, l'artiste. C'est cette notion du style qu'adop […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude SCHAEFER, « STERLING CHARLES - (1901-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-sterling/