STERLING CHARLES (1901-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 5 septembre 1901 à Varsovie (Pologne), Charles Sterling obtient tout d'abord une licence en droit, formation commune à beaucoup d'historiens d'art de sa génération. Il s'intéresse très tôt à la peinture, développant peu à peu ses intuitions de connaisseur. On rapporte qu'il identifia très jeune un dessin ancien appartenant à l'historien d'art Louis Grodecki. Ignorant les barrières linguistiques — Charles Sterling parlait le français, l'anglais, l'allemand et le russe —, il explore plusieurs pays afin de trouver l'université qui lui dispensera le meilleur enseignement, la meilleure formation en histoire de l'art. Il choisit la France où l'École du Louvre lui paraît être une institution garantissant un contact direct avec les œuvres d'art ; il perçoit surtout la valeur de l'enseignement d'Henri Focillon qui restera toujours pour lui l'exemple à suivre. Dès 1930, il est nommé chargé de mission au musée du Louvre. Jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale, il se consacre à l'étude de l'art français du xviiie siècle, période de l'histoire de l'art jusqu'alors négligée par les historiens. L'exposition Les Peintres de la réalité en France au XVIIe siècle s'ouvre à l'Orangerie en 1934, accompagnée d'un catalogue dont Charles Sterling rédigea l'introduction. Paul Jamot, alors directeur du musée du Louvre et qui avait reconnu immédiatement les mérites de son jeune conservateur, en signa la Préface. Cette exposition révéla au public un aspect méconnu, presque inconnu, de la peinture de cette époque ; elle marqua surtout le départ d'études postérieures sur les peintres caravagistes, les frères Le Nain, et sur Jean Jouvenet.

L'exposition de 1937, Chefs-d'œuvre de l'art français, après French Art 1200-1900 présentée à la Royal Academy of Arts à Londres en 1932, fut pour Charles Sterling l'occasion d'attirer l'attention du public sur un autre chapitre de l'histoire de la peinture française, les xive et xve siècles, qui n'avait fait l'objet d'aucune synthèse depuis l'exposition consacrée aux Primitifs français au Louvre et à la Bibliothèque nationale en 1904. Très rapidement, il rédigea un ouvrage dans lequel il fa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire d'histoire de l'art, universités de Montréal et de Tours

Classification


Autres références

«  STERLING CHARLES (1901-1991)  » est également traité dans :

BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 2 717 mots

Dans le chapitre « Les origines de Barthélemy d'Eyck »  : […] De la même époque date un document redécouvert grâce à la ténacité de Charles Sterling : le 19 février 1444, Barthélemy d'Eyck et Enguerrand Quarton sont mentionnés comme témoins dans un acte notarié à Aix. Un autre peintre, Bordier, est mentionné, qui achetait de l'étain servant à la fabrication des couleurs imitant l'or ou l'argent, mais aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barthelemy-d-eyck/#i_95253

QUARTON ENGUERRAND (av. 1419-env. 1466)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 2 815 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une formation flamande ? »  : […] Charles Sterling a établi un rapprochement pertinent entre la tête d'une statue de la Vierge datant de 1300 environ (conservée naguère au palais de justice de Laon ; sa localisation actuelle est inconnue) et l'art de Quarton. Les procédés de Quarton évoquent aussi le travail des tailleurs de pierre : d'abord le volume arrêté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enguerrand-quarton/#i_95253

Pour citer l’article

Claude SCHAEFER, « STERLING CHARLES - (1901-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-sterling/