BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le Cœur d'Amour épris »

Apogée de l'art de Barthélemy, l'illustration du roman du roi René, Le Cœur d'Amour épris (O.N.B., Vienne, Cod. 2597) est unanimement considérée comme un des chefs-d'œuvre de l'enluminure française. Le roi y raconte, en vers et en prose, la conquête de « Douce Merci » par le galant chevalier Cœur accompagné par son écuyer Désir. Mais ce renouvellement du roman de chevalerie par excellence, le Saint-Graal, n'est pour lui qu'un prétexte pour mettre en scène ses propres sentiments, voire ses rêves. Sur la première illustration, une main invisible, celle de Cœur, tire le rideau de l'alcôve : « Amour hors du corps mon cœur mist / Et à Désir il le soumist. » On pense aux mises en scène du théâtre médiéval. L'enlumineur a réussi le pari d'illustrer littéralement ce propos dans un intérieur et dans une ambiance nocturne. Source de la lumière, une chandelle cachée à droite sous un escabeau fait office de projecteur comme il est d'usage dans la technique des représentations des Mystères. Mais, comme O. Pächt l'a admirablement montré, l'ombre n'est qu'une mutation de l'intensité des couleurs. « Le blanc devient un gris, le rouge une nuance de violet. Ce sont des couleurs sombres, mais ce sont des couleurs. » Cœur nous explique : « Moitié dormant ou rêverie – ou que fut vision ou songe – / avis m'estoit et sans mensonge / qu'Amour hors du corps mon cœur mist / et à Désir le soumist. » La lumière devient l'intermédiaire qui transforme les allégories en réalités. Le cœur, rouge vif, point d'orgue coloriste, passera dans les mains tendues de Désir. Les nombreuses flammèches qui se détachent sur son pourpoint blanc symbolisent l'intensité de sa passion. Amour, aux ailes discrètes bleu-vert, porte un costume oriental. L'ourlet de sa tunique est orné de lettres cunéiformes (René d'Anjou possédait différents abécédaires de lettres étrangères). L'intérieur avec ses tapis, le lit de camp, les emblèmes du roi aux murs (le bâton écoté, l'arbre sec), toutes ces allusions augmentent le contraste entre le réel et le climat surréaliste « songe-mensonge ».

Cœur et Dés [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire d'histoire de l'art, universités de Montréal et de Tours

Classification

Autres références

«  BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)  » est également traité dans :

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et de vie. Ambrogio Lorenzetti dans l'église inférieur […] Lire la suite

QUARTON ENGUERRAND (av. 1419-env. 1466)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 2 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une formation flamande ? »  : […] Enguerrand Quarton est né avant 1419, peut-être autour de 1410, dans le diocèse de Laon. Il a sans doute fait son apprentissage à Laon vers 1431-1433. Mais, puisqu'il connaît la peinture des Pays-Bas du Sud, le Maître de Flémalle (R. Campin ?), Jan van Eyck et Roger van der Weyden, peut-être a-t-il eu la possibilité de se former dans cette région. Dans ce cas, il n'aurait pas quitté tout de suite […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude SCHAEFER, « BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/barthelemy-d-eyck/