BARRIÈRE D'ESPÈCE, épidémiologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Toute maladie infectieuse résulte d'une contamination microbienne de l'organisme affecté par cette maladie. Ce dogme épidémiologique n'a jamais été mis en défaut depuis les recherches dont Robert Koch et Louis Pasteur ont été les protagonistes.

La méthodologie scientifique qu'ils ont utilisée comportait obligatoirement une étude de pathologie expérimentale : comment régissaient les « cobayes » ? S'ils restaient indemnes, c'est qu'ils étaient protégés par une immunité naturelle faisant barrière à l'infection.

Lorsque l'encéphalopathie spongiforme bovine (E.S.B.), dite maladie de la vache folle, apparut en 1985 au Royaume-Uni, l'importance de cette épizootie inquiéta les scientifiques : il s'agissait d'une maladie nouvelle pour laquelle on ne savait pas si la barrière d'espèce entre l'homme et cet agent bovin pouvait être aussi efficace que dans le cas de la tremblante du mouton pour laquelle la barrière exercée par l'espèce humaine vis-à-vis de l'agent pathogène n'avait, semblait-il, jamais été mise en défaut.

Dès 1990, avec la constatation que l'agent bovin franchissait facilement les barrières d'espèces dans les conditions naturelles comme dans les conditions expérimentales, il devenait important de vérifier si la barrière d'espèce était efficace pour l'homme en recherchant des modèles animaux spécifiques (primate, souris transgénique portant le gène prion humain...). L'urgence d'une telle recherche devint évidente après l'annonce officielle, le 20 mars 1996, qu'une nouvelle forme variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nvM.C.J.), observée alors chez dix personnes britanniques, pouvait être due à une contamination alimentaire par l'agent de l'E.S.B., présomption démontrée l'année suivante.

Le premier facteur important dans la barrière d'espèce dans le cas des E.S.S.T. consiste dans la sélection de souches infectieuses dans la nouvelle espèce hôte. Elles peuvent être différentes des souches présentes dans l'espèce d'origine, ce qui explique l'absence de réversibilité du pouvoir pathogène d'une souche adaptée à un nouvel hôte vis-à-vis de l'espèce d'origine.

Lorsqu'un agent est transmis d'une espèce donnée à une nouvelle espèce, le temps d'incubation sera très long lors du premier passage. Cela a été démontré chez la souris avec l'agent de l'E.S.B. Ainsi, ce n'est qu'après plusieurs passages sur souris que l'adaptation se traduira par 100 p. 100 de mortalité avec un temps d'incubation beaucoup plus court et constant. Le rôle d'une espèce « relais » a pu être démontré dans le cas de la maladie du dépérissement chronique (M.D.C.) qui frappe le cerf mulet. L'adaptation de la souche M.D.C. au hamster ne peut se faire que par le passage par une autre espèce comme le furet. Cette transmission via le furet sera d'autant plus efficace (c'est-à-dire avec une durée d'incubation plus courte et peu de survivants parmi les hamsters inoculés) que la souche M.D.C. aura été adaptée au furet par plusieurs passages.

Le second facteur important dans la barrière d'espèce est la compatibilité de la PrP (protéine prion) du donneur avec celle de la nouvelle espèce hôte. Ce sont des expériences de transgenèse qui ont montré l'importance de la PrP dans la barrière d'espèce. On peut en effet franchir la barrière d'espèce en faisant exprimer par l'animal inoculé un gène PrP étranger. Ainsi, des souris transgéniques exprimant le gène PrP hamster peuvent devenir sensibles à un agent PrPres de hamster alors que la souris normale est résistante à cet agent, comme l'a montré Prusiner. En fait, ces souris transgéniques ont accumulé de la PrPres de hamster et non de souris car leurs cerveaux ne seront pathogènes que pour le hamster et non pour une souris normale. Si la souris transgénique n'exprime que la PrP du hamster, elle n'est plus infectable par des agents d'origine murine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'École nationale vétérinaire d'Alfort (pathologie médicale du bétail et des animaux de basse-cour)

Classification

Autres références

«  BARRIÈRE D'ESPÈCE, épidémiologie  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK, 
  • Christos LYNTERIS
  •  • 3 954 mots
  •  • 4 médias

Depuis les années 2010, les anthropologues s’intéressent aux dispositifs visant à contrôler la transmission de maladies infectieuses des animaux aux humains, maladies regroupées sous le terme de « zoonoses ». Les crises sanitaires liées à la maladie dite « de la vache folle » (1996), aux grippes aviaires et porcines (1997, 2005, 2009), aux pneumopathies à coronavirus transmis par les civettes (20 […] Lire la suite

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 589 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Propriétés des ATNC »  : […] Les modèles animaux, chez les rongeurs, ont permis l'étude des propriétés biologiques et de la nature des ATNC. Ainsi, la taille des ATNC a pu être estimée à 15 à 40 nm. Leur spectre d'inactivation physico-chimique est très particulier : leur résistance à la chaleur est exceptionnelle (par exemple, vingt-quatre heures d'exposition à une température de 100  0 C n'inactivent pas totalement une dose […] Lire la suite

MALADIE DE LA VACHE FOLLE

  • Écrit par 
  • Jeanne BRUGÈRE-PICOUX
  •  • 146 mots

Apparue en 1985 en Grande-Bretagne, l'encéphalopathie spongiforme bovine (E.S.B.), encore dénommée « maladie de la vache folle », a très vite suscité de grandes inquiétudes car, dès 1986, plusieurs centaines de cas avaient été décelés. Contrairement au cas d'autres encéphalopathies spongiformes transmissibles subaiguës (E.S.S.T.) également dues à un « agent transmissible non conventionnel » bapti […] Lire la suite

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 8 022 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Franchissement de la barrière d’espèce »  : […] En ce qui concerne le franchissement de la barrière d’espèce conduisant à l’émergence d’une maladie, l’équation de départ est simple, en apparence : l’agent pathogène prolifère chez une espèce animale, mais ne le peut pas chez l’homme ; puis un ou plusieurs événements font qu’il en acquiert la capacité et devient pathogène pour l’espèce humaine. Le sida est à ce titre un cas exemplaire. Vers la f […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jeanne BRUGÈRE-PICOUX, « BARRIÈRE D'ESPÈCE, épidémiologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/barriere-d-espece-epidemiologie/