BARRIÈRE D'ESPÈCE, épidémiologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Toute maladie infectieuse résulte d'une contamination microbienne de l'organisme affecté par cette maladie. Ce dogme épidémiologique n'a jamais été mis en défaut depuis les recherches dont Robert Koch et Louis Pasteur ont été les protagonistes.

La méthodologie scientifique qu'ils ont utilisée comportait obligatoirement une étude de pathologie expérimentale : comment régissaient les « cobayes » ? S'ils restaient indemnes, c'est qu'ils étaient protégés par une immunité naturelle faisant barrière à l'infection.

Lorsque l'encéphalopathie spongiforme bovine (E.S.B.), dite maladie de la vache folle, apparut en 1985 au Royaume-Uni, l'importance de cette épizootie inquiéta les scientifiques : il s'agissait d'une maladie nouvelle pour laquelle on ne savait pas si la barrière d'espèce entre l'homme et cet agent bovin pouvait être aussi efficace que dans le cas de la tremblante du mouton pour laquelle la barrière exercée par l'espèce humaine vis-à-vis de l'agent pathogène n'avait, semblait-il, jamais été mise en défaut.

Dès 1990, avec la constatation que l'agent bovin franchissait facilement les barrières d'espèces dans les conditions naturelles comme dans les conditions expérimentales, il devenait important de vérifier si la barrière d'espèce était efficace pour l'homme en recherchant des modèles animaux spécifiques (primate, souris transgénique portant le gène prion humain...). L'urgence d'une telle recherche devint évidente après l'annonce officielle, le 20 mars 1996, qu'une nouvelle forme variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nvM.C.J.), observée alors chez dix personnes britanniques, pouvait être due à une contamination alimentaire par l'agent de l'E.S.B., présomption démontrée l'année suivante.

Le premier facteur important dans la barrière d'espèce dans le cas des E.S.S.T. consiste dans la sélection de souches infectieuses dans la nouvelle espèce hôte. Elles peuvent être différentes des souches présentes dans l'espèce d'origine, ce qui explique l'absence de réversibilité du pouv [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'École nationale vétérinaire d'Alfort (pathologie médicale du bétail et des animaux de basse-cour)

Classification


Autres références

«  BARRIÈRE D'ESPÈCE, épidémiologie  » est également traité dans :

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Propriétés des ATNC »  : […] Les modèles animaux, chez les rongeurs, ont permis l'étude des propriétés biologiques et de la nature des ATNC. Ainsi, la taille des ATNC a pu être estimée à 15 à 40 nm. Leur spectre d'inactivation physico-chimique est très particulier : leur résistance à la chaleur est exceptionnelle (par exemple, vingt-quatre heures d'exposition à une température de 100  0 C n'inactivent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encephalopathies-spongiformes/#i_23705

ÉPIDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 16 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Émergence d'agents infectieux »  : […] L'efficacité de la réponse apportée dépend de la précocité de l'identification d'un foyer d'infection potentiellement épidémique. Au-delà de la surveillance des maladies connues, cela explique l'intérêt que l'on porte aux maladies nouvelles. Une pandémie s'enracine en effet toujours dans une maladie infectieuse restreinte à son début à un petit groupe de sujets géographiquement localisés. Il peut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidemies/#i_23705

MALADIE DE LA VACHE FOLLE

  • Écrit par 
  • Jeanne BRUGÈRE-PICOUX
  •  • 146 mots

Apparue en 1985 en Grande-Bretagne, l'encéphalopathie spongiforme bovine (E.S.B.), encore dénommée « maladie de la vache folle », a très vite suscité de grandes inquiétudes car, dès 1986, plusieurs centaines de cas avaient été décelés. Contrairement au cas d'autres encéphalopathies spongiformes transmissibles subaiguës (E.S.S.T.) également dues à un « agent transmissible non conventionnel » bapti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-de-la-vache-folle/#i_23705

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 10 465 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le rôle du franchissement de la barrière d’espèces dans l’émergence de maladies infectieuses »  : […] Le sida est, on l’a dit, le cas exemplaire d’une maladie émergente. Vers la fin des années 1970, on note aux États-Unis (en Californie et dans l’État de New York) que des hommes homosexuels souffrent d’asthénie, de perte de poids, d’un cancer cutané rare ( sarcome de Kaposi) et finalement d’infections opportunistes comme les pneumocystoses (pneumonies provoquées par le champignon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infectieuses-emergentes/#i_23705

Pour citer l’article

Jeanne BRUGÈRE-PICOUX, « BARRIÈRE D'ESPÈCE, épidémiologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barriere-d-espece-epidemiologie/