NEWMAN BARNETT (1905-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ambition

Le but élevé que Newman formula pour son art tient sans doute dans la réponse qu'il donnait à ceux qui doutaient de son sens et de sa portée effective : le « comprendre correctement, affirmait-il encore peu avant sa mort à New York en 1970, signifierait la fin de toute forme de capitalisme d'État et de totalitarisme ». Certes, entre les deux guerres, une possible réforme du monde par l'art avait déjà motivé les expérimentations issues de De Stijl et du Bauhaus, traversé les velléités révolutionnaires du surréalisme et exalté la prétention à modeler la vie par l'art des esthétiques régionalistes ou totalitaires. Une telle histoire ne pouvait conduire qu'à un constat radical, que Newman formula clairement en 1939 : « La peinture est finie, nous devrions tous l'abandonner. » Ce qu'il fit jusqu'en 1944-1945, détruisant ses toiles au fur et à mesure qu'il les réalisait. L'œuvre de Newman s'ouvre ainsi sur une absence d'œuvre déterminante. Et lorsque l'artiste recommence à peindre, au milieu des années 1940, sa décision repose encore, paradoxalement, sur la conviction que « la peinture [est] morte ». Cela ne signifie pas qu'il tenait le tableau de chevalet pour une forme obsolète dont il fallait se débarrasser. Ce qu'il affirmait, après 1945, c'est que la crise de la peinture reposait précisément sur l'expression de son impossibilité et que cet art ne pouvait se réduire au seul pouvoir de faire une image. Un pouvoir, estimait Newman, que les « artistes » surréalistes, malgré le contenu de leur art, n'entendaient que comme la simple possibilité de produire une image de plus, tandis que, pour leur part, Mondrian et ses épigones en manipulaient la force pour élaborer un modèle esthétique dogmatique privé de substance.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Brown, Rhode Island (États-Unis)

Classification


Autres références

«  NEWMAN BARNETT (1905-1970)  » est également traité dans :

ÉCRITS (B. Newman) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 088 mots

Plus de vingt ans après leur parution aux États-Unis en 1990, les Écrits du peintre Barnett Newman sont enfin publiés en France en 2011. Les éditions Macula et son directeur, Jean Clay, ont souhaité, bien au-delà des seuls écrits, rendre un hommage exhaustif à l'une des personnalités les plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrits-b-newman/#i_32543

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes et le sens »  : […] Lorsque Kant oppose la « beauté adhérente », déterminée par la perfection de ce que doit être l'objet dans lequel elle se manifeste, à la « beauté libre », sans concept, il prend pour exemple de cette dernière non seulement les fleurs, le colibri, l'oiseau de paradis, les crustacés marins, les rinceaux ou les papiers peints, mais encore la « musique sans texte ». L'art abstrait tout entier ne ris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_32543

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'affirmation d'une identité artistique américaine »  : […] Le « triomphe de l'art américain », pour reprendre le titre du classique d'Irving Sandler, est dû à la mise en place chez les critiques, les artistes, les institutionnels et les marchands d'une stratégie commune visant à souligner la dimension vernaculaire de leur création. Tandis que dans la plupart des pays européens, exception faite des régimes totalitaires, l'idée d'un art patriotique entraîne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_32543

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture sans limites »  : […] Refusant le formalisme de l'abstraction géométrique et son fondement conceptuel, les artistes empruntent aux surréalistes la notion d'automatisme psychique qui accorde une priorité absolue au mode de conception. Par ailleurs, de nouveaux matériaux et de nouvelles pratiques font leur apparition et ouvrent des perspectives sans fin d'improvisation et d'expérimentation. Pollock utilise de la peintur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-new-york/#i_32543

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art minimal et ses suites »  : […] Toujours aux États-Unis, quelques figures singulières inventent, avec une poignée d’œuvres marquantes, des formes radicalement nouvelles. Ainsi Barnett Newman (1905-1970), qui réalise uniquement six sculptures, affirme avec la pure verticalité de Here  II (1965) la sculpture comme une expérience et un art du lieu. David Smith (1906-1965), de son côté, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_32543

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé VANEL, « NEWMAN BARNETT - (1905-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barnett-newman/