BANTOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Systèmes magico-religieux

Magie et sorcellerie

Une racine bantoue commune (-dog) désigne le sorcier malfaisant ou son action nocive, socialement condamnée, qu'elle s'exerce inconsciemment ou consciemment, par envie ou par haine. Partout dans le monde bantou, un homme se dresse pour enrayer ces maléfices : le terme qui le désigne remonte à une autre racine bantoue commune : n-ganga. L'activité du nkanga (Mongo) ou du nganga (Kongo, Luba) est socialement approuvée et encouragée. C'est lui qui restaure l'intégrité de l'homme et de la société, menacée par la puissance occulte des sorciers ou des esprits courroucés. Dans la pratique, il arrive, certes, que l'on soupçonne le magicien – qui est aussi parfois devin et médecin – de pratiquer la sorcellerie. Il n'en demeure pas moins que les deux champs conceptuels sont distincts. À cet égard, la zone du pouvoir est frappée d'ambivalence. Chez les Kongo, par exemple, l'oncle maternel ou le père a le droit de sanctionner une faute grave commise par le neveu utérin ou le fils par une malédiction (nloko) dont l'efficacité est de même nature que celle de la sorcellerie (kindoki). Il s'agit là d'une sorcellerie légitime, exercée pour la défense de l'ordre social.

Plus troublante est l'assimilation du pouvoir sacré du roi kuba à la sorcellerie criminelle. Après l'intronisation, qui l'arrache à l'ordre familial et lui confère d'importants pouvoirs sur la nature, le souverain est considéré purement et simplement comme un dangereux sorcier maléfique.

La magie s'exerce souvent par le truchement d'objets « fétiches », réservoirs de forces défensives ou agressives. C'est ainsi que le bwanga des Luba agit per se, ex officio, à condition que son propriétaire respecte un certain nombre d'interdits. Les ingrédients (bijimba) qui confèrent au charme son efficacité particulière composent deux séries, l'une métaphorique, l'autre métonymique. La première comporte des signes prélevés sur le monde animal, végétal ou minéral ; ils forment un discours imagé indiquant la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages



Médias de l’article

Femmes herero en costume traditionnel

Femmes herero en costume traditionnel
Crédits : Frans Lemmens/ Corbis Unreleased/ Getty Images

photographie

Afrique : royaumes des Grands Lacs au milieu du XIXe siècle

Afrique : royaumes des Grands Lacs au milieu du XIXe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Musiciens et danseurs, Maniema

Musiciens et danseurs, Maniema
Crédits : A K Turner/ Getty Images

photographie

Fétiche à clous

Fétiche à clous
Crédits : ni Schneebeli, Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

  • : professeur ordinaire à l'Université libre de Bruxelles, directeur du Centre d'anthropologie culturelle de l'Institut de sociologie, Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  BANTOU  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Langues africaines, langues importées »  : […] Sur le plan linguistique, l'Afrique ressemble à un extraordinaire patchwork. Elle allie un nombre considérable de langues vernaculaires à une exceptionnelle ethnodiversité. Cette diversité pourrait s'expliquer par l'absence, dans une partie du continent, de grands organismes politiques fédérateurs : c'est le cas dans les milieux forestiers dont les populations atomisées ignoraient l'organisation […] Lire la suite

AFRIQUE AUSTRALE

  • Écrit par 
  • Jeanne VIVET
  •  • 6 088 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Peuplement européen et ségrégation en Afrique australe »  : […] La région est aujourd'hui considérée comme un des berceaux de l’humanité depuis les découvertes de restes d’Australopithèques de plus de 3 millions d’années ; son peuplement résulte également de flux migratoires multiples et anciens, depuis la longue descente, entamée trois mille ans avant notre ère, des peuples bantous vers le sud du continent. Ceux-ci délogent, grâce à leur maîtrise de la métal […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les langues Bénoué-Congo »  : […] Ce groupe de langues est l'une des grandes originalités de Greenberg puisqu'il rassemble non seulement des langues qui se situent entre le Sanaga et la Bénoué (kambari, birom, jukum) et à l'est du delta du Niger (éfik, ibibio, tiv), mais aussi le vaste ensemble géographique bantou . Toutefois, cette classification de Greenberg est mise en cause par divers linguistes, notamment par K. Williamson et […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 825 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les civilisations bantoues équatoriales »  : […] L'Afrique centrale et australe est le domaine des envahisseurs bantous. Sur l'équateur, au Gabon et au Congo-Brazzaville, s'étend la grande forêt chaude, sombre et humide où l'on trouve des groupes semi-nomades de structure segmentaire, tels que les Fang, les Kota, les Tsogo... Les Fang, divisés en clans quasi autonomes, ont une statuaire homogène, caractérisée par un aspect monumental très classi […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 141 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Arts de l'Afrique centrale »  : […] Les peuples iconophiles de l'Afrique équatoriale possèdent tous un même héritage, dont les expressions les plus anciennes, toujours conservées, se sont transformées et adaptées selon le contexte géographique, historique et humain. Les recherches actuelles confirment que le noyau bantou originel se situe dans la moyenne Benue, au Nigeria, 3000 ans avant J.-C. L'afflux des populations, à la suite d […] Lire la suite

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 031 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Des bantoustans aux États noirs »  : […] Tandis que la séparation verticale des races concerne toutes les communautés, la politique des bantoustans ne vise que la communauté africaine, la grande majorité des non-Blancs. Mais, en trente ans, cette politique a subi des inflexions nombreuses et, à certains égards, elle demeure fluide. La création des bantoustans a été un pari qui apparaît perdu en cette fin du xx e  siècle. Au départ, elle […] Lire la suite

BAKOTA ou KOTA

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 407 mots

Population bantoue, du groupe nord-ouest, les Bakota (ou Kota, singulier Mukota) constituent une des populations forestières du Gabon, comme les Fang, leurs voisins, avec lesquels ils partagent de nombreux traits. Au nombre d'environ 44 000, ils sont dispersés dans l'est du Gabon et au Congo, de l'Ogooué-Ivindo au Niari. Venus du Nord, ils ont migré par les interfluves il y a quelques siècles. On […] Lire la suite

BURUNDI

  • Écrit par 
  • Christian THIBON
  •  • 8 322 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'histoire précoloniale, ou une société traditionnelle entre inconnu et certitude »  : […] L'époque précoloniale est mal connue. En dehors d'une histoire politique dynastique des trois derniers siècles, reconstituée sommairement grâce aux traditions orales, et à l'exception du xix e  siècle, qui correspond aux deux longs règnes de Ntare Rugamba et de Mwezi Gisabo, dont les conquêtes périphériques dessinent les limites territoriales du Burundi actuel, on reste dans les hypothèses. Celles […] Lire la suite

CAFRES GUERRES

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 341 mots

Jusqu'à la seconde moitié du xviii e siècle, Boers et Bantous n'ont guère de contacts, en Afrique australe, en dehors d'un commerce limité à l'ivoire et au bétail. Séparés par un no man's land de près de deux cents kilomètres entre les rivières Gamtoos et Great Fish, ils n'entrent en conflit que vers 1770. Désireux à la fois d'échapper à la tutelle de la Compagnie hollandaise des Indes orientales […] Lire la suite

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 061 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Diversité physique et humaine »  : […] Du fait de son étirement en latitude (du 2 e au 13 e  parallèle nord), le Cameroun présente une configuration climatique zonale caractérisée par un fort gradient pluviométrique : moins de 500 millimètres à l'extrême nord, concentrés sur trois mois (juillet, août et septembre), et plus de 1 500 millimètres au sud, répartis sur toute l'année avec des maxima au printemps et à l'automne. Au sud-ouest […] Lire la suite

CHAGGA

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 738 mots

Population bantoue, les Chagga (Wachagga ou Dschagga) ont suscité l'intérêt des premiers voyageurs par le pittoresque de leur localisation sur les hautes pentes du Kilimandjaro ; l'originalité de leur système d'irrigation a attiré l'attention des historiographes marxistes : Wittfogel en fait les représentants africains du mode de production asiatique. Au nombre d'environ 1,5 million de personnes a […] Lire la suite

CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

  • Écrit par 
  • Jules GÉRARD-LIBOIS, 
  • Henri NICOLAÏ, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Benoît VERHAEGEN, 
  • Crawford YOUNG
  • , Universalis
  •  • 24 758 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La diversité humaine »  : […] La diversité humaine est grande, bien qu'on ne trouve pas ici les contrastes marqués qui existent dans certains États d'Afrique occidentale ou orientale. Linguistiquement, par exemple, deux grands ensembles dominent le pays. Le groupe bantou, tout d'abord, qui occupe l'essentiel du territoire. Ensuite, un groupe de langues soudanaises (avec de nombreuses enclaves bantoues), qui se rencontre dans […] Lire la suite

FLEUVE CONGO. ARTS D'AFRIQUE CENTRALE (exposition)

  • Écrit par 
  • Michèle COQUET
  •  • 1 062 mots

Au sommet des marches conduisant à l'exposition Fleuve Congo. Arts d'Afrique centrale au musée du quai Branly à Paris (22 juin - 3 octobre 2010), le visiteur est accueilli par de grandes cartes. L'une, à dominante verte, figure la vaste aire géographique formée par les bassins des fleuves Ogooué et Congo. Sa couleur évoque la nature du couvert végétal présent dans cette zone de l'Afrique centrale […] Lire la suite

GABON

  • Écrit par 
  • Nicolas METEGUE N'NAH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 6 678 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Durant l'Antiquité : arrivée et installation des Bantous »  : […] Les traces d'une industrie métallurgique très ancienne découvertes au Gabon − notamment dans le massif de l'Otoumbi −, sont certainement dues aux premiers peuples de langues bantoues dont l'installation, dans ce pays, remonte sans doute au viii e  siècle avant J.-C., peut-être même plus tôt. Dès l'origine, les rapports entre Bantous et Pygmées furent très cordiaux, permettant de fructueux échange […] Lire la suite

HERERO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 470 mots
  •  • 2 médias

Peuple de langue bantoue, originaire d'Afrique centrale et vivant dans le centre et le nord-ouest de la Namibie, l'ethnie herero compte, au début du xxi e siècle, 130 000 personnes environ. Malgré la pénétration missionnaire, les Herero restent largement fidèles à leur religion traditionnelle. Ayant d'abord subsisté essentiellement grâce aux élevages bovin, caprin et ovin, ils s'adonnent aussi a […] Lire la suite

HUTU

  • Écrit par 
  • Dominique DARBON
  •  • 894 mots
  •  • 3 médias

La population hutu est principalement concentrée au Rwanda et au Burundi, où elle constitue le groupe humain le plus important , mais elle est présente aussi dans les pays voisins, Zaïre, Tanzanie et Ouganda, qui servent notamment de zones de refuge lors de chaque conflit opposant tant au Rwanda qu'au Burundi des factions politiques qui utilisent l'identification ethnique comme une arme de mobili […] Lire la suite

INTERDIT

  • Écrit par 
  • Claude RABANT, 
  • Pierre SMITH
  •  • 6 123 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les bases culturelles et mentales de l'interdit »  : […] Si le péché ou la faute morale se définissent d'abord par rapport à l'opposition du bien et du mal, la violation des tabous est marquée négativement par le fait qu'elle est censée provoquer le malheur ici-bas et dans cette vie, c'est-à-dire un malheur essentiellement biologique. À cet égard, les interdits s'apparentent aux présages funestes. Par exemple, le fait de renverser du sel ou de briser un […] Lire la suite

KALAHARI

  • Écrit par 
  • Richard F. LOGAN, 
  • GEORGE BERTRAND SILBERBAUER
  •  • 3 524 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Peuples de langue bantoue »  : […] Les peuples de langue bantoue (Tswana, Kgalagadi et Herero) sont arrivés relativement tard dans le désert du Kalahari. À la fin du xviii e  siècle, les Tswana quittèrent l'ouest du bassin du Limpopo pour se diriger vers le nord et l'est du Kalahari. Les Kgalagadi migrèrent quant à eux vers le nord et l'ouest, atteignant ainsi le sud et l'ouest du Kalahari. Les Herero, menacés d'extermination par […] Lire la suite

KENYA

  • Écrit par 
  • Bernard CALAS, 
  • Denis Constant MARTIN, 
  • Marie-Christine MARTIN, 
  • Hervé MAUPEU
  •  • 12 133 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'histoire précoloniale »  : […] Les fouilles pratiquées en Afrique de l'Est ont permis de recueillir, sous forme d'ossements ou de pierres taillées, des témoins anciens d'une occupation humaine ou pré-humaine. Au Kenya, deux zones sont particulièrement riches de ce point de vue : le pourtour du lac Victoria (où furent découverts des restes d'un Proconsul Africanus datant du Miocène inférieur, soit environ 20 millions d'années a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Luc de HEUSCH, « BANTOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bantou/