BANTOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Systèmes politiques et familiaux

Les royaumes

Dans la plupart des cas évoqués, le monarque est un personnage sacré, responsable de la fécondité, de la fertilité et de l'équilibre des rythmes cosmiques. Son pouvoir se construit souvent en un lieu symbolique qui échappe à la règle d'exogamie qui gouverne la parenté. C'est ainsi que, lors de son intronisation, le roi kuba rompt tout lien avec les clans de son père et de sa mère. Il s'unit rituellement à une sœur et épouse incestueusement une petite nièce dans son propre clan matrilinéaire. Le roi du Bunyoro régnait avec une reine-mère et une reine-sœur. La seconde était son épouse principale et le clan de la première fournissait au roi deux épouses-mères qui le protégeaient magiquement.

Mais la réalité du pouvoir et son poids relatif différaient profondément d'un système à un autre. Si le roi du Rwanda faisait figure de despote, à la fin du xixe siècle, les Kuba entendent contrôler soigneusement le pouvoir de leur souverain, quelque sacré qu'il soit. Tous les hommes libres avides de prestige peuvent participer à l'exercice du pouvoir en acquérant auprès du souverain tel ou tel des innombrables titres constitutifs d'une administration pléthorique. Le roi ne règne pas seul. Il est entouré de plusieurs conseils et les décisions se prennent toujours à l'unanimité après de longues discussions.

Au royaume luba, l'autorité sacrée (bulopwe) du souverain était transmise à des chefs subalternes choisis parmi les notables de la cour. Les prêtres responsables de la fertilité de la terre dans les communautés villageoises furent intégrés dans le système politique selon deux modalités historiques : ou bien ils se virent conférer le statut de chef de village, ou bien le représentant local du pouvoir central « épousait » symboliquement le prêtre de la terre.

Les royaumes de la région des Grands Lacs se caractérisaient par des stratifications sociales et des systèmes politiques fort différents. Au Bunyoro, les chefs de district étaient les vassaux directs du souverain. Ils possédaient à ce titre la terre, qui appartenait jadis aux clans, et y prélevaient le tribut royal. Fermement contrôlé par le roi, le système politique résista à toute tentative de féodalisation. Bien que les grands chefs eussent joui d'une grande autonomie, gérant un peu leur province comme un vaste domaine privé, ils n'avaient pas le pouvoir de se constituer leur propre clientèle vassalique : c'est le roi qui nommait les chefs de rang inférieur. En outre, tout homme avait théoriquement un accès direct au roi, qui se prévalait d'une idéologie de la générosité : il était « celui qui soulage la détresse » ou encore « celui vers qui le peuple accourt dans le besoin ». Au Buganda, en revanche, les clans patrilinéaires avaient conservé leur chef, leur domaine foncier propre, et le système politique y est régi par un subtil équilibre entre cet ordre clanique et le pouvoir central.

Ces systèmes politiques divers reposaient sur des régimes économiques eux-mêmes fort différents. La possession et l'accumulation du bétail maintenaient les privilèges de l'aristocratie tutsi au Rwanda ; la maîtrise de la terre et des hommes qui y vivent était la toile de fond de la stratégie politique au Bunyoro. Dans les deux cas, le roi était lié aux gouvernants locaux par un système de clientèle. En revanche, chez les Kuba, le pouvoir royal favorisa une véritable économie de marché qui permit aux hommes ambitieux de s'enrichir et de briguer des fonctions politiques non héréditaires, toujours liées au prestige personnel du possesseur d'un titre.

Sociétés acéphales lignagères ou claniques

En marge de ces formations centralisées, le système lignager segmentaire est l'armature de l'organisation dans les sociétés bantoues, qui ont opté pour la filiation patrilinéaire. Le modèle le plus achevé d'une telle organisation est fourni par les Boa de la forêt zaïroise, où les lignages minimaux s'emboîtent dans des unités plus vastes (lignages mineurs) qui à leur tour composent les subdivisions des lignages majeurs, eux-mêmes réunis en sous-clans. On retrouve une telle organisation chez les Tetela du Kasaï, à la lisière méridionale de la grande forêt. Les ancêtres fondateurs des lignages maximaux, situés à une profondeur généalogique de plus de dix générations, sont censés être les fils de l'ancêtre fondateur d'une sous-tribu, unité politique indépendante reconnaissant l'autorité (plus ou moi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Femmes herero en costume traditionnel

Femmes herero en costume traditionnel
Crédits : Frans Lemmens/ Corbis Unreleased/ Getty Images

photographie

Afrique : royaumes des Grands Lacs au milieu du XIXe siècle

Afrique : royaumes des Grands Lacs au milieu du XIXe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Musiciens et danseurs, Maniema

Musiciens et danseurs, Maniema
Crédits : A K Turner/ Getty Images

photographie

Fétiche à clous

Fétiche à clous
Crédits : ni Schneebeli, Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur ordinaire à l'Université libre de Bruxelles, directeur du Centre d'anthropologie culturelle de l'Institut de sociologie, Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  BANTOU  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Langues africaines, langues importées »  : […] Sur le plan linguistique, l'Afrique ressemble à un extraordinaire patchwork. Elle allie un nombre considérable de langues vernaculaires à une exceptionnelle ethnodiversité. Cette diversité pourrait s'expliquer par l'absence, dans une partie du continent, de grands organismes politiques fédérateurs : c'est le cas dans les milieux forestiers dont les populations atomisées ignoraient l'organisation […] Lire la suite

AFRIQUE AUSTRALE

  • Écrit par 
  • Jeanne VIVET
  •  • 6 091 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Peuplement européen et ségrégation en Afrique australe »  : […] La région est aujourd'hui considérée comme un des berceaux de l’humanité depuis les découvertes de restes d’Australopithèques de plus de 3 millions d’années ; son peuplement résulte également de flux migratoires multiples et anciens, depuis la longue descente, entamée trois mille ans avant notre ère, des peuples bantous vers le sud du continent. Ceux-ci délogent, grâce à leur maîtrise de la métal […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 270 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les langues Bénoué-Congo »  : […] Ce groupe de langues est l'une des grandes originalités de Greenberg puisqu'il rassemble non seulement des langues qui se situent entre le Sanaga et la Bénoué (kambari, birom, jukum) et à l'est du delta du Niger (éfik, ibibio, tiv), mais aussi le vaste ensemble géographique bantou . Toutefois, cette classification de Greenberg est mise en cause par divers linguistes, notamment par K. Williamson et […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 828 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les civilisations bantoues équatoriales »  : […] L'Afrique centrale et australe est le domaine des envahisseurs bantous. Sur l'équateur, au Gabon et au Congo-Brazzaville, s'étend la grande forêt chaude, sombre et humide où l'on trouve des groupes semi-nomades de structure segmentaire, tels que les Fang, les Kota, les Tsogo... Les Fang, divisés en clans quasi autonomes, ont une statuaire homogène, caractérisée par un aspect monumental très classi […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Arts de l'Afrique centrale »  : […] Les peuples iconophiles de l'Afrique équatoriale possèdent tous un même héritage, dont les expressions les plus anciennes, toujours conservées, se sont transformées et adaptées selon le contexte géographique, historique et humain. Les recherches actuelles confirment que le noyau bantou originel se situe dans la moyenne Benue, au Nigeria, 3000 ans avant J.-C. L'afflux des populations, à la suite d […] Lire la suite

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 034 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des bantoustans aux États noirs »  : […] Tandis que la séparation verticale des races concerne toutes les communautés, la politique des bantoustans ne vise que la communauté africaine, la grande majorité des non-Blancs. Mais, en trente ans, cette politique a subi des inflexions nombreuses et, à certains égards, elle demeure fluide. La création des bantoustans a été un pari qui apparaît perdu en cette fin du xx e  siècle. Au départ, elle […] Lire la suite

BAKOTA ou KOTA

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 407 mots

Population bantoue, du groupe nord-ouest, les Bakota (ou Kota, singulier Mukota) constituent une des populations forestières du Gabon, comme les Fang, leurs voisins, avec lesquels ils partagent de nombreux traits. Au nombre d'environ 44 000, ils sont dispersés dans l'est du Gabon et au Congo, de l'Ogooué-Ivindo au Niari. Venus du Nord, ils ont migré par les interfluves il y a quelques siècles. On […] Lire la suite

BURUNDI

  • Écrit par 
  • Christian THIBON
  •  • 8 326 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'histoire précoloniale, ou une société traditionnelle entre inconnu et certitude »  : […] L'époque précoloniale est mal connue. En dehors d'une histoire politique dynastique des trois derniers siècles, reconstituée sommairement grâce aux traditions orales, et à l'exception du xix e  siècle, qui correspond aux deux longs règnes de Ntare Rugamba et de Mwezi Gisabo, dont les conquêtes périphériques dessinent les limites territoriales du Burundi actuel, on reste dans les hypothèses. Celles […] Lire la suite

CAFRES GUERRES

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 341 mots

Jusqu'à la seconde moitié du xviii e siècle, Boers et Bantous n'ont guère de contacts, en Afrique australe, en dehors d'un commerce limité à l'ivoire et au bétail. Séparés par un no man's land de près de deux cents kilomètres entre les rivières Gamtoos et Great Fish, ils n'entrent en conflit que vers 1770. Désireux à la fois d'échapper à la tutelle de la Compagnie hollandaise des Indes orientales […] Lire la suite

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 064 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Diversité physique et humaine »  : […] Du fait de son étirement en latitude (du 2 e au 13 e  parallèle nord), le Cameroun présente une configuration climatique zonale caractérisée par un fort gradient pluviométrique : moins de 500 millimètres à l'extrême nord, concentrés sur trois mois (juillet, août et septembre), et plus de 1 500 millimètres au sud, répartis sur toute l'année avec des maxima au printemps et à l'automne. Au sud-ouest […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Luc de HEUSCH, « BANTOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bantou/