BANTOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'appellation « bantous » désigne les locuteurs d'un vaste groupe linguistique qui couvre la plus grande partie de l'Afrique centrale et australe. Il est composé d'environ quatre cent cinquante langues apparentées que M. Guthrie a regroupées en seize zones homogènes. J. Greenberg leur assigne à toutes la même origine lointaine (les confins du Nigeria et du Cameroun) et rattache le groupe bantou à quelques langues parlées sur le golfe de Guinée ; il constitue avec celles-ci la famille Bénoué-Congo, qui fait elle-même partie de l'ensemble Niger-Congo.

Cette unité linguistique permet de croire que les Bantous se sont répandus en un temps relativement court (trois ou quatre millénaires) sur l'espace qu'ils occupent aujourd'hui. Ces agriculteurs furent très rapidement en possession des techniques du fer. L'archéologie atteste, en effet, l'existence d'une civilisation de métallurgistes très ancienne dans toute la zone immédiatement au nord de la forêt, du Nigeria jusqu'à la région des Grands Lacs (Ier millénaire av. J.-C.). Dans les savanes au sud de la forêt, le premier âge du fer apparaît au début de l'ère chrétienne. Rien ne permet naturellement d'attribuer a priori ces vestiges à des peuples parlant une langue bantoue ; cette attribution est simplement probable. Très peu d'éléments archéologiques permettent de dater l'expansion vers l'est et le sud des populations originelles (entre 2000 et 1000 av. J.-C., selon les estimations des linguistes). L'hypothèse la plus probable est que des populations pratiquant l'agriculture sur brûlis se sont répandues dans les zones actuelles d'occupation bantoue, soit en longeant le littoral atlantique, soit en suivant le réseau hydrographique du fleuve Zaïre (Congo) qui les amena au sud de la grande forêt. La première phase migratoire est probablement antérieure à la diffusion de la métallurgie.

La diversité des types physiques est considérable et l'on renoncera à l'idée d’un type bantou. Les travaux de J. Hiernaux semblent confirmer cependant l'hypothèse linguistique sur l'origine du groupe.

Aires culturelles

À l'unité linguistique du groupe bantou répond une grande diversité culturelle. Il serait vain de rechercher les traces d'une organisation sociale ou d'un système de pensée unique. Il n'existe pas de « philosophie » bantoue commune. Divers ethnologues se sont préoccupés de regrouper les très nombreuses civilisations bantoues en un certain nombre d'aires géographiques. H. Baumann a cru pouvoir découper l'Afrique en vingt-six cercles culturels, les peuples de langue bantoue relevant de dix d'entre eux. Ces ensembles distincts seraient eux-mêmes le résultat du mélange d'éléments fort divers arbitrairement assignés à l'une ou l'autre civilisation fondamentale, que l'on ne rencontre plus que rarement à l'état pur. C'est ainsi que le monde bantou relèverait notamment des deux composantes de la civilisation agraire ouest-africaine (la civilisation de la forêt au nord, celle du « matriarcat » au sud) ; une civilisation supérieure (d'origine rhodésienne) aurait transmis à un certain nombre de ces peuples la royauté sacrée. L'Est africain, enfin, serait fortement marqué par la civilisation des Chamites éleveurs de bétail. Cette reconstruction purement conjecturale souffre de deux défauts majeurs : elle se fonde sur des assemblages arbitraires de traits cultuels hétérogènes, d'une part ; elle fait correspondre les divers niveaux de civilisation à des « races » particulières, d'autre part.

Femmes herero en costume traditionnel

Photographie : Femmes herero en costume traditionnel

Les Herero (Bantou), farouches résistants à la colonisation allemande du Sud-Ouest africain, au début du XXe siècle, ont été quasi anéantis. Ici, des femmes en costume traditionnel, composé de robes amples de style victorien, vont rendre hommage à leurs chefs morts sur le champ de... 

Crédits : Frans Lemmens/ Corbis Unreleased/ Getty Images

Afficher

G. P. Murdock divise, quant à lui, le monde bantou en seize « provinces culturelles ». Certaines de ces unités ne comportent qu'une seule ethnie ou groupe linguistique présentant une forte individualité. C'est ainsi que les Mongo sont distingués des Bantous équatoriaux, bien qu'ils vivent dans le même habitat (la grande forêt) ; les Luba (qui forment une poche patrilinéaire à l'intérieur de la ceinture matrilinéaire homogène que constituent les Bantous centraux), les Shona, les Thonga, les Nguni, les Sotho formeraient des unités séparées. Les autres populations sont regroupées au sein d'une aire géographique. Ce découpage plus ou moins arbitraire a le mérite de ne pas se fonder sur des conjectures historiques. Mais l'on s'étonnera de certains rapprochements. Chaque peuple possédant sa propre originalité culturelle, à la limite seules les cartes linguistiques sont pertinentes.

Adoptant des critères essentiellement écologiques, J.-J. Maquet, enfin, se borne à quelques regroupements massifs. Il réunit sous l'étiquette « civilisation des clairières des Bantous équatoriaux » les petites communautés humaines repliées sur elles-mêmes qui vivent dans la zone pluvieuse équatoriale et cultivent les ignames, le taro, le bananier – auxquels se sont ajoutés, à partir du xviie siècle, les plantes d'origine américaine (le maïs, le manioc, les arachides, les patates douces). Il oppose à ce premier ensemble la civilisation des greniers des Bantous centraux, plus ouverte aux échanges, car elle occupe l'espace de savane plus ou moins boisée que l'on trouve immédiatement au sud de la grande forêt. Ici, l'agriculture dominante est celle des céréales (millet, éleusine, sorgho) et des légumineuses ; une partie de la récolte est conservée dans des greniers. Le pouvoir politique s'appuie sur le contrôle de ce surplus et l'on voit se développer chefferies et royaumes. Enfin, les Bantous orientaux, souvent pasteurs et guerriers, appartiennent à ce que J.-J. Maquet appelle « la civilisation de la lance ». Le prestige des hommes y repose très souvent sur la possession du bétail et sur les vertus militaires associées à la défense et à l'accroissement du cheptel. Ces caractéristiques s'atténuent chez un certain nombre d'agriculteurs bantous méridionaux, où l'élevage ne joue qu'un rôle secondaire.

Tous les auteurs s'accordent à reconnaître l'existence d'une civilisation forestière dans la zone équatoriale. Les chasseurs-récolteurs pygmées en sont les plus anciens habitants et les Bantous qui ont taillé des clairières échangent avec eux des produits agricoles contre du gibier. Mais les Bantous eux-mêmes consacrent une part non négligeable de leur temps à la chasse et à la pêche. Les riverains des grandes rivières étaient spécialisés dans cette dernière activité. C'est par échange qu'ils obtenaient des agriculteurs des produits végétaux. Ils pratiquaient parfois le commerce à longue distance au moyen de leurs pirogues. J. Vansina, en 1985, a proposé un modèle historique général pour expliquer le peuplement de l'espace forestier. L'importance d'un important réseau fluvial y favorise la disper [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Femmes herero en costume traditionnel

Femmes herero en costume traditionnel
Crédits : Frans Lemmens/ Corbis Unreleased/ Getty Images

photographie

Afrique : royaumes des Grands Lacs au milieu du XIXe siècle

Afrique : royaumes des Grands Lacs au milieu du XIXe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Musiciens et danseurs, Maniema

Musiciens et danseurs, Maniema
Crédits : A K Turner/ Getty Images

photographie

Fétiche à clous

Fétiche à clous
Crédits : ni Schneebeli, Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur ordinaire à l'Université libre de Bruxelles, directeur du Centre d'anthropologie culturelle de l'Institut de sociologie, Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  BANTOU  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Langues africaines, langues importées »  : […] Sur le plan linguistique, l'Afrique ressemble à un extraordinaire patchwork. Elle allie un nombre considérable de langues vernaculaires à une exceptionnelle ethnodiversité. Cette diversité pourrait s'expliquer par l'absence, dans une partie du continent, de grands organismes politiques fédérateurs : c'est le cas dans les milieux forestiers dont les populations atomisées ignoraient l'organisation […] Lire la suite

AFRIQUE AUSTRALE

  • Écrit par 
  • Jeanne VIVET
  •  • 6 091 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Peuplement européen et ségrégation en Afrique australe »  : […] La région est aujourd'hui considérée comme un des berceaux de l’humanité depuis les découvertes de restes d’Australopithèques de plus de 3 millions d’années ; son peuplement résulte également de flux migratoires multiples et anciens, depuis la longue descente, entamée trois mille ans avant notre ère, des peuples bantous vers le sud du continent. Ceux-ci délogent, grâce à leur maîtrise de la métal […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 270 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les langues Bénoué-Congo »  : […] Ce groupe de langues est l'une des grandes originalités de Greenberg puisqu'il rassemble non seulement des langues qui se situent entre le Sanaga et la Bénoué (kambari, birom, jukum) et à l'est du delta du Niger (éfik, ibibio, tiv), mais aussi le vaste ensemble géographique bantou . Toutefois, cette classification de Greenberg est mise en cause par divers linguistes, notamment par K. Williamson et […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 828 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les civilisations bantoues équatoriales »  : […] L'Afrique centrale et australe est le domaine des envahisseurs bantous. Sur l'équateur, au Gabon et au Congo-Brazzaville, s'étend la grande forêt chaude, sombre et humide où l'on trouve des groupes semi-nomades de structure segmentaire, tels que les Fang, les Kota, les Tsogo... Les Fang, divisés en clans quasi autonomes, ont une statuaire homogène, caractérisée par un aspect monumental très classi […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Arts de l'Afrique centrale »  : […] Les peuples iconophiles de l'Afrique équatoriale possèdent tous un même héritage, dont les expressions les plus anciennes, toujours conservées, se sont transformées et adaptées selon le contexte géographique, historique et humain. Les recherches actuelles confirment que le noyau bantou originel se situe dans la moyenne Benue, au Nigeria, 3000 ans avant J.-C. L'afflux des populations, à la suite d […] Lire la suite

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 034 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des bantoustans aux États noirs »  : […] Tandis que la séparation verticale des races concerne toutes les communautés, la politique des bantoustans ne vise que la communauté africaine, la grande majorité des non-Blancs. Mais, en trente ans, cette politique a subi des inflexions nombreuses et, à certains égards, elle demeure fluide. La création des bantoustans a été un pari qui apparaît perdu en cette fin du xx e  siècle. Au départ, elle […] Lire la suite

BAKOTA ou KOTA

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 407 mots

Population bantoue, du groupe nord-ouest, les Bakota (ou Kota, singulier Mukota) constituent une des populations forestières du Gabon, comme les Fang, leurs voisins, avec lesquels ils partagent de nombreux traits. Au nombre d'environ 44 000, ils sont dispersés dans l'est du Gabon et au Congo, de l'Ogooué-Ivindo au Niari. Venus du Nord, ils ont migré par les interfluves il y a quelques siècles. On […] Lire la suite

BURUNDI

  • Écrit par 
  • Christian THIBON
  •  • 8 326 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'histoire précoloniale, ou une société traditionnelle entre inconnu et certitude »  : […] L'époque précoloniale est mal connue. En dehors d'une histoire politique dynastique des trois derniers siècles, reconstituée sommairement grâce aux traditions orales, et à l'exception du xix e  siècle, qui correspond aux deux longs règnes de Ntare Rugamba et de Mwezi Gisabo, dont les conquêtes périphériques dessinent les limites territoriales du Burundi actuel, on reste dans les hypothèses. Celles […] Lire la suite

CAFRES GUERRES

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 341 mots

Jusqu'à la seconde moitié du xviii e siècle, Boers et Bantous n'ont guère de contacts, en Afrique australe, en dehors d'un commerce limité à l'ivoire et au bétail. Séparés par un no man's land de près de deux cents kilomètres entre les rivières Gamtoos et Great Fish, ils n'entrent en conflit que vers 1770. Désireux à la fois d'échapper à la tutelle de la Compagnie hollandaise des Indes orientales […] Lire la suite

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 064 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Diversité physique et humaine »  : […] Du fait de son étirement en latitude (du 2 e au 13 e  parallèle nord), le Cameroun présente une configuration climatique zonale caractérisée par un fort gradient pluviométrique : moins de 500 millimètres à l'extrême nord, concentrés sur trois mois (juillet, août et septembre), et plus de 1 500 millimètres au sud, répartis sur toute l'année avec des maxima au printemps et à l'automne. Au sud-ouest […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Luc de HEUSCH, « BANTOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bantou/