BAHREÏN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évolutions politiques

Une expérience parlementaire écourtée

La découverte du pétrole en 1932 marque le début de la transformation de l'économie mais aussi des pratiques politiques. C'est au sein de l'industrie pétrolière que se développent les premiers mouvements de contestation organisés. En liaison avec la notabilité marchande sunnite et chiite, les ouvriers de la Bahrain Petroleum Company se mobilisent à la fois pour améliorer leurs conditions de travail et pour obtenir la création d'une Assemblée élue. Entre 1938 et 1965, le Bahreïn connaît une série de soulèvements à tendance nationaliste arabe et marxiste. De 1954 à 1956, un Comité d'union nationale coordonne la protestation, demandant des réformes politiques mais aussi le départ des Britanniques. Ses leaders seront arrêtés et exilés.

Les demandes de participation populaires seront satisfaites au lendemain de l'indépendance. Une Assemblée constituante est élue au suffrage masculin en 1972. Elle élabore une Constitution (1973) inspirée de celle de Koweït, dans laquelle le Parlement dispose notamment d'un droit de veto sur les projets de loi émanant du gouvernement, quant à lui nommé par l'émir. Le Bloc progressiste, qui rassemble les militants nationalistes arabes et marxistes de confession sunnite et chiite, constitue la force dominante du Parlement. Mais il doit compter avec le poids des islamistes chiites. Rassemblés sous le nom de Bloc religieux, ceux-ci appartiennent en réalité à une cellule clandestine du parti al-Da'wa al-Islamiya (l'Appel à l'islam). Né en Irak dans la seconde moitié des années 1950, al-Da'wa s'est diffusé au Bahreïn par l'intermédiaire d'étudiants bahreïniens des séminaires chiites de la ville de Najaf. Située au sud de l'Irak, cette ville était alors le principal centre de formation du clergé chiite.

En août 1975, l'opposition du Parlement à un projet de loi du gouvernement sur la sécurité de l'État restreignant les libertés publiques amène l'émir Issa bin Salman Al Khalifa (au pouvoir depuis 1961) à dissoudre le Parlement. La période qui suit est marquée par la montée en puissance des islamistes chiites, qui bénéficient à la fois de la répression qui s'abat sur les mouvements de gauche et du contexte régional, marqué par la mobilisation du clergé chiite d'Irak contre le régime irakien et par la révolution iranienne qui porte Rouhollah Khomeyni au pouvoir, en 1979. En 1981, le régime des Al Khalifa déjoue une tentative de coup d'État fomentée par le Front islamique de libération du Bahreïn. Tout comme al-Da'wa, ce mouvement est issu des réseaux transnationaux du clergé irakien ; il bénéficie en outre d'importants appuis parmi les factions radicales du régime iranien et devient le principal agent de l'exportation de la révolution islamique au Bahreïn. La tentative de coup d'État marque le début de l'épuration des forces de sécurité de ses éléments chiites, notamment au profit de mercenaires étrangers, arabes mais aussi pakistanais.

Cheikh Issa bin Salman Al Khalifa, 1969

Photographie : 
			Cheikh Issa bin Salman Al Khalifa, 1969

L'émir de Bahreïn Cheikh Issa bin Salman Al Khalifa, à la tête de son pays de 1961 à 1999.  

Crédits : Central Press/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

Afficher

Dans un contexte politique qui reste tendu, le pouvoir refusant d'accéder à la demande de rétablissement de la vie parlementaire, les années 1990 voient la situation économique se dégrader fortement. La chute des prix du pétrole, couplée à un accroissement démographique soutenu, limite la capacité de redistribution du régime. Le chômage de masse frappe les jeunes arrivant sur le marché du travail, que l'État n'a plus, comme auparavant, la possibilité d'absorber dans le secteur public, déjà pléthorique. Les manifestations de chômeurs mécontents se multiplient, encadrées par des militants islamistes chiites. Parmi eux, le cheikh Ali Salman, qui deviendra le chef de file de l'opposition dans les années 2000. En 1994, son arrestation marque le départ d'un soulèvement qui durera quatre ans, jusqu'à la mort de l'émir et l'accession au trône de son fils, en mars 1999.

Une démocratisation sous contrôle

Le nouvel émir, Hamad bin Issa Al Khalifa, adopte une autre approche de la contestation. Il annonce un grand programme de réformes politiques qui comprend notamment le rétablissement du Parlement. Le 14 février 2001, il soumet au suffrage populaire masculin un texte, baptisé Charte d'action nationale, dans lequel il propose de transformer l'émirat en monarchie constitutionnelle, octroyant au passage le droit de vote aux femmes. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Bahreïn : carte physique

Bahreïn : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bahreïn : drapeau

Bahreïn : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau


			Cheikh Issa bin Salman Al Khalifa, 1969

Cheikh Issa bin Salman Al Khalifa, 1969
Crédits : Central Press/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

photographie

Bahreïn : économie

Bahreïn : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAHREÏN  » est également traité dans :

BAHREÏN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 454 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Renaissance de l'activisme régional saoudien à l'heure des « printemps arabes » »  : […] La volonté saoudienne de contenir les effets du « printemps arabe » est non seulement interne mais aussi régionale, les deux dimensions se renforçant l'une l'autre : l'acuité des défis mène le pouvoir saoudien habituellement coutumier des jeux régionaux feutrés (clientélisation par versement de subventions, contacts discrets) à se montrer plus activiste. Le 14 mars 2011, le pouvoir saoudien envoi […] Lire la suite

C.C.G. (Conseil de coopération du Golfe)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 292 mots
  •  • 1 média

Créé le 26 mai 1981, à l'initiative de Riyad, pour contrer les débordements possibles de la révolution islamique iranienne et limiter les retombées de la guerre Irak-Iran sur les monarchies pétrolières du golfe Persique, le C.C.G. regroupe les Émirats arabes unis, le Koweït, Bahreïn, l'Arabie Saoudite, Oman et le Qatar, avec leurs 35 millions d'habitants en 2006. La structure de cette organisatio […] Lire la suite

MANAMA, Bahreïn

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 447 mots
  •  • 1 média

Capitale et plus grande ville de l'émirat de Bahreïn, Manama (en arabe Al-Manâmah) s'étend sur la pointe nord-est de l'île de Bahreïn, dans le golfe Arabo-Persique. Avec 143 035 habitants en 2001 (aire urbaine : 345 000 hab.), elle abritait près de 20 p. 100 de la population nationale. Mentionnée pour la première fois vers 1345 dans des chroniques islamiques, Manama tombe aux mains des Portugais […] Lire la suite

PRINTEMPS ARABE ou RÉVOLUTIONS ARABES

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 8 179 mots

Dans le chapitre « Désamorcer la contestation par des concessions  »  : […] Ces stratégies de concessions permettent d'affaiblir le mouvement de mobilisation, quand les régimes parviennent à éviter l'affrontement direct et à gérer la contestation en jouant sur certaines de ses causes profondes. D'un côté, des États, comme dans le Golfe, disposent de forts excédents budgétaires et se caractérisent par une étroitesse de la population autochtone liée au régime par des réseau […] Lire la suite

PRINTEMPS ARABE, en bref

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 336 mots

Né en Tunisie à la fin de 2010, un mouvement inédit de contestation s'est rapidement propagé durant le printemps de 2011 à d'autres pays du Maghreb et du Moyen-Orient. Durant ce « printemps arabe », les populations protestent à la fois contre la pauvreté et le chômage et contre la tyrannie et la corruption de gouvernements autoritaires installés au pouvoir depuis des décennies. En Tunisie, la « ré […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19-26 juillet 2021 Israël. Révélations sur l'usage par plusieurs États d'un logiciel israélien d'espionnage de téléphones.

Outre ces derniers, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, Dubaï, les Émirats arabes unis, l’Inde, le Mexique et le Togo, sont visés par ces révélations. Le 22, le Parlement israélien met en place une commission d’enquête sur l’affaire Pegasus. De son côté, le Maroc annonce le dépôt d’une plainte pour diffamation contre Forbidden Stories et Amnesty International devant le tribunal correctionnel de Paris. […] Lire la suite

4 janvier 2021 Qatar – Arabie Saoudite. Fin du blocus du Qatar par ses voisins.

En juin 2017, l’Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn, suivis par l’Égypte, avaient coupé leurs relations avec le Qatar qu’ils accusaient de soutenir l’Iran et les Frères musulmans. Ce revirement est le fruit d’une médiation entreprise par le Koweït et les États-Unis.  […] Lire la suite

10-22 décembre 2020 États-Unis – Maroc – Israël. Établissement de relations diplomatiques entre le Maroc et Israël.

Le Maroc est le quatrième pays arabe, après les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan, à normaliser ses relations avec Israël en 2020. Le 22, un avion de la compagnie israélienne El Al se pose pour la première fois sur l’aéroport de Rabat, avec à son bord des délégations israélienne et américaine. Celles-ci signent des accords de coopération avec les autorités marocaines. […] Lire la suite

22 novembre 2020 Israël – Arabie Saoudite. Visite secrète du Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou en Arabie Saoudite.

Israël a effectué des rapprochements diplomatiques avec les Émirats arabes unis en août, avec Bahreïn en septembre et avec le Soudan en octobre. […] Lire la suite

23 octobre 2020 Soudan – Israël – États-Unis. Annonce d'un rapprochement entre le Soudan et Israël.

Les Émirats arabes unis et Bahreïn ont annoncé leur reconnaissance d’Israël en août et septembre. En janvier 2021, Washington accordera à Khartoum un prêt de 1 milliard de dollars (800 millions d’euros).  […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BOURGEY, Laurence LOUËR, « BAHREÏN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bahrein/