BAYAR CELÂL (1883-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Troisième président de la République turque (1950- 1960), Celâl (Djélâl) Bayar a joué un rôle dans la politique de son pays à trois reprises : entre 1908 et 1922, dans les organismes du comité Union et Progrès, puis dans la résistance à l'occupation grecque ; entre 1924 et 1938, dans les milieux dirigeants de la Turquie nouvelle ; enfin, entre 1946 et 1960, comme fondateur du Parti démocrate et comme président de la République.

Né à Umurbey, près de Bursa, dans une famille originaire de Bulgarie émigrée en 1877, Celâl Bayar, après des études primaires et secondaires, est entré à la Banque agricole de Bursa, puis à la Deutsche Bank.

Inscrit à la section locale du comité Union et Progrès en 1908, il en devient le secrétaire, puis, muté à Izmir (Smyrne), y occupe le même poste de responsabilité jusqu'à la dissolution du comité Union et Progrès à la fin de 1918. Inscrit alors au Parti de la rénovation, nouvellement fondé, et à l'Association pour la défense des droits ottomans, à la suite de l'occupation d'Izmir par les Grecs (15 mai 1919), il entre dans un groupe de résistance et est élu député de Manisa au dernier Parlement ottoman, où il intervient en faveur de la lutte nationale. Passé du côté des nationalistes au printemps de 1920, il représente la région de Bursa à la première Grande Assemblée nationale. Ministre par intérim de l'Économie, il devient titulaire du poste en février 1921, participe comme conseiller à la première délégation turque envoyée à la conférence de Lausanne, est élu député d'Izmir à la deuxième Grande Assemblée nationale et est nommé ministre du Commerce, du Développement et de l'Habitat dans le cabinet constitué par Ismet Pacha (Inönü) en mars 1924.

Jouissant d'une solide réputation d'économiste et de spécialiste des problèmes financiers, à la demande de Mustafa Kemal il abandonne ses fonctions de ministre pour se consacrer à la mise en place d'un système bancaire turc nouveau : c'est ainsi qu'il crée la Banque d'affaires (Is Bankasi) dont il sera le directeur général de 1924 à 1932, banque officielle à laquelle participent des capitaux privés ; favorable à ce type d'économie mixte, il se heurte au ministre de l'Économie, Mustafa Seref, partisan d'une économie étatique. En 1932, il redevient ministre de l'Économie et le reste jusqu'en octobre 1937. Durant cette période, il met sur pied le premier plan quinquennal industriel, organise l'Institut de développement agricole et l'Office des produits de la terre, fonde la Sümerbank et l'Etibank, destinées à faciliter le développement des industries d'extraction et de production industrielle.

À la démission d'Ismet Inönü en octobre 1937, c'est à Celâl Bayar qu'Atatürk fait appel pour lui succéder ; démissionnaire à la mort d'Atatürk (10 novembre 1938), il constitue le nouveau cabinet à la demande d'Inönü, élu président de la République ; mais l'entente entre les deux hommes, qui n'a jamais été très grande, ne dure pas : Celâl Bayar se démet au bout de deux mois et demi ; il est ensuite élu député d'Izmir (1939-1943 et 1943-1946). À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, la Turquie change de régime politique : au monopartisme succède le pluripartisme. Quatre députés, Celâl Bayar, Adnan Menderes, Refik Koraltan et Fuad Köprülü, qui avaient exprimé auparavant leur désaccord avec le Parti républicain du peuple, fondent en janvier 1946 le Parti démocrate, qui se veut libéral en matière économique et ouvert en matière de religion. Aux élections de 1946, celui-ci obtient 61 députés et lance une campagne de propagande qui touche les milieux paysans et les milieux religieux ; aux élections de mai 1950, il obtient un éclatant succès avec 393 députés. Le 22 mai 1950, Celâl Bayar est élu président de la République et Adnan Menderes président du Conseil. La politique libérale est immédiatement mise en application : des avantages multiples sont accordés aux agriculteurs, les sociétés étrangères sont invitées à investir en Turquie, les règles strictes de la laïcité officielle sont adoucies, au point qu'une réaction religieuse se fait jour, contre laquelle le gouvernement doit sévir. En matière de politique étrangère, les nouveaux dirigeants sont favorables à une plus large intégration d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification

Autres références

«  BAYAR CELÂL (1883-1986)  » est également traité dans :

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 638 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De l'État kémaliste à la démocratie bourgeoise »  : […] Le Parti démocrate restera au pouvoir pendant exactement dix ans. Dirigé par le tandem formé du président de la République Celâl Bayar (ancien Premier ministre d'Atatürk) et du Premier ministre Adnan Menderes (grand propriétaire terrien de la région d'Izmir), le pouvoir démocrate constitue un tournant dans l'histoire politique turque. C'est pendant les années cinquante que la Turquie amorce la de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « BAYAR CELÂL - (1883-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/celal-bayar/