ATATÜRK MUSTAFA KEMAL (1881-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mustafa Kemal Atatürk

Mustafa Kemal Atatürk
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis

photographie

Expédition des Dardanelles

Expédition des Dardanelles
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Le général Mustafa Kemal Atatürk, en 1922

Le général Mustafa Kemal Atatürk, en 1922
Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Construction de la Turquie nouvelle

Désormais, Mustafa Kemal se consacre à sa gigantesque tâche : l'édification de la Turquie nouvelle. Pendant quinze ans, jusqu'à sa mort, il n'a d'autre but que libérer la Turquie et ses habitants de leurs entraves séculaires et les amener à un niveau avancé de civilisation matérielle, sociale et intellectuelle. Il faut, pour cela, rompre nettement avec le passé, heurter les traditions, choquer même les esprits, bouleverser les conceptions : autant de problèmes, de difficultés que, seul, il peut surmonter, d'abord par la force de son caractère, la puissance de sa personnalité, ensuite par le soutien quasi unanime de la population à son libérateur. Il faut aussi perpétuer et canaliser l'enthousiasme né de la guerre d'Indépendance, c'est-à-dire réaliser l'unité de la nation non seulement autour de son président, mais autour des idées mises en œuvre par celui-ci et répandues dans le pays par un parti unique, le Parti républicain du peuple, dont les six principes sont les suivants : républicanisme, nationalisme, populisme, étatisme, laïcisme et révolutionnarisme. Ce système de parti unique interdit l'existence de toute opposition légale ; de fait, hormis la brève apparition d'un Parti républicain progressiste en 1924-1925 et d'un Parti républicain libéral en 1930 (expériences sans lendemain autorisées par Mustafa Kemal), le P.R.P. est demeuré au centre de l'activité politique du pays, surtout lorsque, après le congrès de 1935, le ministre de l'Intérieur fut en même temps le secrétaire général du P.R.P. et que, dans les provinces, les gouverneurs en furent les présidents locaux.

Des oppositions, il n'en a pas manqué, en particulier dans les premiers temps de la République turque. Ce sont d'abord les lois sur l'abolition du califat, la suppression des tribunaux religieux et des écoles religieuses, lois promulguées en 1924, qui ont provoqué les réactions des éléments conservateurs et traditionalistes. Mais Mustafa Kemal estime que les sultans ottomans ont failli à leur tâche et que, d'autre part, la religion telle qu'elle est pratiquée et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification


Autres références

«  ATATÜRK MUSTAFA KEMAL (1881-1938)  » est également traité dans :

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 738 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le génocide »  : […] Laissant une forte autonomie à ses minorités, l'Empire ottoman se raidit de plus en plus au fur et à mesure de son déclin politique et économique. Désormais, les réformes appliquées aux minorités chrétiennes seront le fruit de la pression des grandes puissances. Cet état de fait étant vécu comme une humiliation par les musulmans de l'Empire, les minorités vont être en butte à nombre d'exactions, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armenie/#i_31059

BAYAR CELÂL (1883-1986)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 1 117 mots

Troisième président de la République turque (1950- 1960), Celâl (Djélâl) Bayar a joué un rôle dans la politique de son pays à trois reprises : entre 1908 et 1922, dans les organismes du comité Union et Progrès, puis dans la résistance à l'occupation grecque ; entre 1924 et 1938, dans les milieux dirigeants de la Turquie nouvelle ; enfin, entre 1946 et 1960, comme fondateur du Parti démocrate et co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celal-bayar/#i_31059

INÖNÜ ISMET PACHA dit ISMET (1884-1973)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 996 mots
  •  • 1 média

Compagnon d'armes de Mustafa Kemal, Ismet Inönü fut l'un des grands bâtisseurs de la Turquie moderne. Né à Smyrne, fils d'un employé du ministère de la Justice qui voulait faire de lui un juriste, Inönü préfère entrer à l'école d'artillerie d'Istanbul et en sort diplômé en 1906. D'abord affecté à Edirne, il est rapidement promu membre de l'état-major de la IV e  armée. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inonu-ismet-pacha-dit-ismet/#i_31059

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 428 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « En Turquie »  : […] Du temps d' Atatürk et d'Ismet Inǒnü, le pouvoir politique s'est totalement identifié au Parti républicain du peuple, dont l'un des six principes était le laïcisme. Ce principe, appliqué avec rigueur jusqu'en 1946, a paru connaître quelque écho dans une partie de la population, essentiellement celle des grands centres urbains ; mais l'effort de modernisation et d'instruction entrepris n'a pu atte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_31059

ORIENT QUESTION D'

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 6 468 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De l'Empire à la République (1914-1923) »  : […] Les combats en Europe orientale et balkanique n'ont aucune conséquence pour les Turcs qui se sont victorieusement défendus sur les Dardanelles (1915-1916) ; il en a été de même en Anatolie orientale où l'avance russe a été annihilée par la révolution de 1917. Dans cette région, les antagonismes entre Turcs et Arméniens aboutissent à des massacres réciproques dont les Arméniens paieront le prix pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/question-d-orient/#i_31059

OTTOMAN EMPIRE

  • Écrit par 
  • François GEORGEON, 
  • Robert MANTRAN
  •  • 9 911 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La disparition de l’Empire et la fondation de la République (1918-1923)  »  : […] L'armistice de Moudros (30 oct. 1918) consacre la défaite turque et entraîne l' occupation des pourtours de l'Anatolie par les Alliés. Dans la capitale contrôlée par ceux-ci, le sultan Mehmed VI, qui a succédé à Mehmed V en 1918, est hostile au C.U.P. et aux Jeunes-Turcs et soutient les libéraux du parti de l’Entente libérale. Prêt à la négociation avec les Alliés pour sauver ce qui reste du pays […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-ottoman/#i_31059

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 326 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  Les évolutions décalées de l'entre-deux-guerres »  : […] Les années 1920 infléchissent le destin du Moyen-Orient dans des sens divergents selon que l'on considère les États arabes, pour la plupart soumis à la tutelle étrangère, ou les pays non arabes (Turquie, Iran, Afghanistan) qui parviennent à imposer leur indépendance et choisissent la voie d'une modernisation autoritaire. La renaissance turque est sans doute la plus vigoureuse. Elle se nourrit d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proche-et-moyen-orient-contemporain/#i_31059

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 595 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La laïcité face à l'Islam politique »  : […] Le principe de la laïcité est le fondement de la République turque. Mustafa Kemal Atatürk supprima le califat en 1924, et fit introduire, en 1937, le principe de la séparation de l'État et de la religion dans la Constitution. Les deux Constitutions suivantes, celles de 1961 et 1982, ont réaffirmé ce principe. La laïcité turque se distingue de la laïcité française par le fait que l'État continue à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_31059

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « ATATÜRK MUSTAFA KEMAL (1881-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ataturk/