ASIE CENTRALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art préislamique

Les arts de l'Asie centrale de l'Antiquité et du Haut Moyen Âge sont une révélation récente. Il y a encore une trentaine d'années on en connaissait surtout le reflet, lointain dans l'espace et assez transformé, que donnent les oasis du Turkestan chinois. La cuvette qui forme l'Asie centrale proprement dite était vue plutôt comme un boulevard des grands empires, un nœud de pistes caravanières, qui aurait véhiculé les influences successives de la Grèce, de la steppe, de l'Inde bouddhique et de l'Iran sassanide ; le complexe bouddhique de Bāmiyān, au cœur des montagnes de l'Hindukush, apparaissait dans la diversité de ses styles comme le symbole même de cet éclectisme.

Les fouilles menées depuis lors par les archéologues soviétiques dans les républiques d'Asie centrale et par les archéologues français et soviétiques dans le nord de l'Afghanistan ont démontré que ces apports, dont il n'est pas question de nier la puissance, avaient été intégrés par un art local créateur qui, loin de se réduire à leur accumulation successive, avait su préserver son caractère propre. Celui-ci est pour une part lié aux contraintes du pays, notamment à la rareté de la pierre de taille dans les zones de peuplement – différence capitale avec l'Inde et même avec l'Iran. L'architecture monumentale s'exprime donc essentiellement dans la brique crue ; le décor fait appel à la statuaire modelée polychrome, au stuc, à la peinture murale, techniques héritées de la présence grecque mais que l'art de l'Asie centrale portera, surtout pour la peinture murale, à un haut degré de raffinement.

Du point de vue des commanditaires et des thèmes d'inspiration, une évolution se dessine entre la période « impériale » des premiers siècles et la période des principautés du Haut Moyen Âge préislamique. Les monarques gréco-bactriens, parthes, puis kouchans patronnent un art de glorification du pouvoir auquel, à partir du iie siècle de notre ère, vient s'ajouter celui du bouddhisme conquérant. La période suivante est illustrée par le décor des résidences du patriciat urbain et de la noblesse rurale, qui, dans l'admirable art sogdien, s'ouvre à l'inspiration épique et populaire ; en même temps, l'art bouddhique connaît une profonde mutation et s'éloigne de ses origines hellénistiques.

Les royaumes hellénisés (IIIe-IIe s. avant notre ère)

En Asie centrale comme au Proche-Orient, l'héritage d'Alexandre avait été recueilli par les Séleucides. Vers 250 avant notre ère, deux monarchies firent sécession : en Parthyène-Margiane celle des Parthes, noyau de l'empire du même nom ; à l'est celle des Grecs de Bactriane, destinée à s'étendre en direction de l'Inde. Les rois parthes, bien qu'issus du milieu iranien de la steppe, se proclamèrent « philhellènes », et les effigies monétaires des Gréco-Bactriens comptent parmi les chefs-d'œuvre du portrait grec. Ces manifestations au sommet traduisaient-elles un réel enracinement de la culture grecque dans ces terres lointaines ? On a longtemps pu en douter en attribuant plutôt au rayonnement commercial de la Méditerranée romaine l'évident hellénisme de l'art bouddhique ultérieur. Le débat a été clos par l'archéologie et surtout par les fouilles de Nisa et d'Aï Khanoum, respectivement première capitale des Parthes et grande cité gréco-bactrienne sur les bords de l'Oxus (peut-être elle aussi capitale impériale dans la dernière phase de son existence, vers 170-145, sous le règne d'Eucratide, conquérant de l'Inde).

Restitution de la "salle carrée" du palais de Nisa

Dessin : Restitution de la "salle carrée" du palais de Nisa

Nisa : « salle carrée » du palais, aspect final avec décor de colonnes plaquées et statues royales dans des niches (Ier-IIe siècles après J.-C.). Restitution d'après G. Pugachenkova. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Asie centrale : principaux sites

Dessin : Asie centrale : principaux sites

Principaux sites de la période grecque à la conquête islamique. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ces sites ont révélé la présence sur place d'artistes – sculpteurs, bronziers, ivoiriers, mosaïstes – capables de créer des œuvres, certes sans grand génie, mais fidèles à la pure tradition grecque dans leur répertoire et leur exécution. Aux prises avec de grosses commandes officielles, le sculpteur a souvent dû se faire modeleur, combinant largement les techniques du stuc et de l'argile crue que l'Orient grec avait utilisées séparément. Ces modelages étaient peints, et l'époque voit aussi l'introduction en Asie centrale de la fresque murale figurée qui devait devenir la forme par excellence du décor monumental : le temple de Dilberdjin, près de Bactres, a fourni une composition représentant les Dioscures selon les canons grecs, nus, les chairs peintes en brun-rouge se détachant sur un fond clair. À côté de ces styles importés, la tradition indigène se maintient dans des figurines adipeuses de dées [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Sites archéologiques, Asie centrale

Sites archéologiques, Asie centrale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Plan de Dashly 3

Plan de Dashly 3
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Restitution de la "salle carrée" du palais de Nisa

Restitution de la "salle carrée" du palais de Nisa
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Asie centrale : principaux sites

Asie centrale : principaux sites
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de l'équipe archéologie de l'Asie centrale : peuplement, milieux et techniques
  • : attaché de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  ASIE CENTRALE  » est également traité dans :

ACHGABAT, anc. ACHKHABAD

  • Écrit par 
  • Julien THOREZ
  •  • 489 mots
  •  • 1 média

Achgabat (ex-Achkhabad, de l'arabe achk , « amour », et du persan abad , « ville, lieu prospère ») est la capitale du Turkménistan , république d'Asie centrale ayant accédé à l'indépendance en 1991. Localisée sur le piémont septentrional du Kopet Dag et bordée au nord par le désert du Kara-Koum, la ville est située en périphérie du territoire national, à proximité de la frontière iranienne. Sa fo […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dépourvu d'accès à la mer, l'Afghanistan est entouré au nord par le Turkménistan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan ; à l'ouest par l'Iran ; au sud et à l'est par le Pakistan ; au nord-est, le corridor de Wakhan est limitrophe du Xinjiang chinois. L'Afghanistan est plus grand que la France (652 000 km 2 ) mais sa population, estimée entre 25 et 30 millions d'habitants au milieu des années 2000, est […] Lire la suite

ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 6 443 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La conquête de l'Iran oriental »  : […] Néanmoins, sûr de l'appui d'amis fidèles, dont Hephæstion, promu « Chiliarque » (dignité aulique perse qui faisait de lui le second personnage de l'empire), Alexandre s'engagea dans les satrapies orientales et dans une mutation lente, mais profonde, des traditions politiques et militaires de sa nation. Malgré les investigations des explorateurs ( xix e  s.) et des archéologues ( xx e  s.), beaucou […] Lire la suite

AMOU-DARIA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 1 052 mots

L'Amou-Daria draine la plus étendue des cuvettes hydrologiques de l'Asie moyenne ex-soviétique ; son bassin d'alimentation proprement dit s'étend en territoire fortement montagneux sur 227 800 kilomètres carrés, ce qui vaut au fleuve de rouler annuellement à son entrée dans la plaine 79 kilomètres cubes d'eau : le module est alors de 2 500 mètres cubes par seconde et le débit spécifique s'élève à […] Lire la suite

ARAL MER D'

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  • , Universalis
  •  • 2 362 mots
  •  • 1 média

Partagé par la frontière entre le Kazakhstan au nord et l'Ouzbékistan au sud, la mer d'Aral occupe, au milieu de déserts sableux, une partie basse de la dépression touranienne ou aralo-caspienne ; elle a communiqué avec la mer Caspienne jusqu'à une époque géologique récente (quelques millions d'années [Ma]) par le cours de l'Ouzboï. Depuis les années 1960, la mer d'Aral s'assèche : les eaux de l […] Lire la suite

LES ARTS DE L'ASIE CENTRALE (dir. P. Chuvin)

  • Écrit par 
  • Jürgen PAUL
  •  • 1 002 mots

L'Asie centrale, carrefour des civilisations, creuset des peuples et des religions au centre du continent eurasiatique, se trouve en réalité à la périphérie de nombreuses cultures : iranienne, indienne, chinoise, turco-mongole et aujourd'hui russo-soviétique. Elle est en quelque sorte le moyeu d'un engrenage d'échanges. Les publications qui lui sont consacrées se sont multipliées depuis l'écroulem […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Asie centrale »  : […] L'Asie centrale est formée par un ensemble homogène de plissements calédoniens et hercyniens appartenant à la grande ceinture qui enveloppe le bouclier sibérien et ses annexes. Elle est bordée au sud par les chaînes alpines du Pamir et de l'Himalaya (cf. carte structurale de l'Asie). Le soubassement précambrien affleure ici et là sous forme de nuclei (Tarim, Dzoungarie, Tibet) autour desquels se […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

L'Asie est le plus vaste des continents : 44 millions de kilomètres carrés. Elle s'étend sur 75 degrés de latitude et, en tenant compte des îles, sur 92 degrés (de la Severnaïa Zemlia, ou Terre du Nord, 81 0 de latitude nord, à l'île Roti, 11 0 de latitude sud) ; elle couvre 164 degrés de longitude du cap Baba en Asie Mineure au cap Dejnev en Sibérie. L'Asie est entourée au nord par l'océan Arct […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des toponymes d'origine occidentale »  : […] Au xix e  siècle, ethnologues, anthropologues, amateurs d'art ou d'exotisme élaborent un Extrême-Orient que l'École française éponyme (E.F.E.O., École française d'Extrême-Orient) définit, dès 1901, comme comprenant « Inde, Indo-Chine, Chine, Japon, Insulinde ». L'utilisation de ce nouveau toponyme, dont l'espace correspond à ce que Friedrich Hegel (1770-1831) appelait « Outre-Asie », est étroitem […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Asie centrale »  : […] Ce qu'on appelle communément l'Asie centrale est en fait l'Asie occidentale continentale, l'Asie intérieure. Entre les mondes méditerranéen, arabe, indien et russe, entre la vallée de l'Indus, la Mésopotamie, le golfe Persique et les steppes russo-sibériennes s'étendent de hautes terres, éloignées de toute mer, marquées par les civilisations musulmanes turques et iraniennes. Dans les onze États d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 juin 2017 Inde – Pakistan. Adhésion à l'Organisation de coopération de Shanghai.

Fondée en 1996, l’OCS est une structure consacrée aux questions de sécurité qui regroupe la Russie, la Chine et les républiques d’Asie centrale – Kazakhstan, Tadjikistan, Kirghizstan et Ouzbékistan. […] Lire la suite

3-25 avril 2017 Russie. Attentat terroriste à Saint-Pétersbourg.

Cet attentat illustre la menace que les mouvements islamistes radicaux d’Asie centrale font peser sur la Russie. Le 25, l’attentat est revendiqué par le Bataillon de l’imam Chamil qui déclare avoir agi sur instruction d’Al-Qaida et avoir voulu venger les violences que les Russes font subir aux musulmans en Syrie, en Libye et dans la République russe de Tchétchénie. […] Lire la suite

11 janvier 2017 Belgique. Début des travaux de la commission d'enquête parlementaire sur le « Kazakhgate ».

Deux de ces trois hommes originaires d’Asie centrale avaient par ailleurs acquis la nationalité belge dans des conditions douteuses. L’entourage de la présidence française de l’époque est soupçonné d’avoir influencé le processus législatif belge relatif à la transaction pénale en vue de favoriser la conclusion d’un contrat franco-kazakh portant sur l’achat d’hélicoptères par Astana. […] Lire la suite

8-9 avril 2015 France. Cyberattaque de la chaîne T.V.5 Monde.

CyberCaliphate avait déjà détourné, en janvier, le compte Twitter du centre de commandement américain au Moyen-Orient et en Asie centrale, puis, en février, celui de l’hebdomadaire américain Newsweek. Le lien entre CyberCaliphate et l’E.I. n’est toutefois pas établi. La diffusion de la chaîne reprend le 9.  […] Lire la suite

9-15 novembre 2012 États-Unis. Démission du directeur de la C.I.A. David Petraeus

Cette dernière avait ses entrées à la base aérienne de MacDill, à Tampa, siège du commandement en chef des forces américaines au Moyen-Orient et en Asie centrale. Le 15, le général David Petraeus est auditionné dans le cadre de l'enquête menée par le F.B.I. sur l'attaque du consulat américain de Benghazi (Libye), en septembre, où la C.I.A. possédait une antenne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri-Paul FRANCFORT, Frantz GRENET, « ASIE CENTRALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-centrale/