HOGARTH WILLIAM (1697-1764)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jules César, opéra de Haendel

Jules César, opéra de Haendel
Crédits : Hulton Getty

photographie

Arrêtée par un magistrat

Arrêtée par un magistrat
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Récompense de la cruauté

La Récompense de la cruauté
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Marche sur Finchley, W. Hogarth

La Marche sur Finchley, W. Hogarth
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Graveur de formation, William Hogarth se voulut avant tout un peintre dont l'ambition était d'égaler, voire de surpasser les modèles italiens et français, qui paraissaient inaccessibles, dans sa jeunesse, aux yeux de la plupart des artistes britanniques, une opinion partagée par un large public. Sa célébrité, depuis deux siècles, s'est pourtant essentiellement fondée sur ses estampes, dont la force ne s'est pas atténuée avec le temps, et qui sont devenues emblématiques de l'Angleterre du xviiie siècle au même titre que, plus tard, celles de Gillray, de Rowlandson ou de Cruikshank. Mais Hogarth a aussi pleinement réussi, par ses œuvres comme par son action militante, à faire naître ou renaître outre-Manche une école de peinture autochtone, dont il est l'un des plus éminents et caractéristiques représentants. Ne fut-il pas, d'ailleurs, un Anglais typique jusqu'à la caricature, nationaliste, francophobe, attaché aux libertés publiques et au système politique de monarchie parlementaire dont se dote alors son pays, participant pleinement à l'essor économique, aux mutations sociales et aux débats intellectuels de l'Angleterre géorgienne ? Mais si ses œuvres constituent souvent de précieux documents historiques, son art ne se restreint pas à la seule illustration de son époque.

L'homme de Londres

Hogarth passa pratiquement toute sa vie dans la capitale britannique, où il était né en 1697 et où il mourut en 1764. Ses œuvres, où il a parfois directement intégré des scènes traditionnelles de la vie londonienne, reflètent par bien des aspects l'attachement qu'il porta toujours à cette ville vivante et multiforme qui sert de cadre, aisément reconnaissable, à nombre de ses compositions. Devenue l'une des principales métropoles économiques de l'Europe, Londres était également le centre de la vie artistique anglaise. La carrière de Hogarth s'en trouva sans aucun doute facilitée. Il y trouva d'abord ses maîtres, les meilleurs qu'il pût alors fréquenter en Grande-Bretagne, et s'intégra rapidement [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  HOGARTH WILLIAM (1697-1764)  » est également traité dans :

L'ANALYSE DE LA BEAUTÉ, William Hogarth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 072 mots
  •  • 1 média

William Hogarth (1697-1764) écrivit et publia L'Analyse de la Beauté, destinée à fixer les idées vagues qu'on a du goût..., en 1753, alors qu'il était devenu, après une carrière de graveur et de peintre commencée trente ans plus tôt, l'un des artistes les plus en vue de Grande-Bretagne, un artiste dont la célébrité, par l'intermédiaire de l'estampe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-analyse-de-la-beaute/#i_11034

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des « connaisseurs » (1714-1830) »  : […] L'accession de la dynastie des Hanovre en 1714 marque le début d'une ère de stabilité politique et de prospérité économique, où la Grande-Bretagne devient une grande puissance européenne. Les élites sociales, désormais, ne fondent plus leur autorité seulement sur la possession de la terre et sur le pouvoir politique, mais aussi, de plus en plus, su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/#i_11034

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 555 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « connaisseur » »  : […] À quel moment l'attribution perd-elle son rôle d'auxiliaire pour devenir l'instrument par excellence de l'historien de l'art ? Au xvii e  siècle déjà, époque qui vit la fondation des grandes galeries princières, le problème du « connaisseur » est abordé en France par A. Félibien des Avaux (1619-1695) et par R. de Piles (1635-1709), en Italie par F. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-l-attribution/#i_11034

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 333 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « En Angleterre »  : […] Il faudra attendre Hogarth (1697-1764) pour que la synthèse de l'esprit satirique et de la caricature se réalise définitivement . Caricaturiste des mœurs, il attaqua avec virulence les abus de son temps. Harlot's Progress , Rake's Progress , Beer Street , Ginger Lane sont ses œuvres les plus connues. Dans son Analyse du beau (1753), il affirm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caricature/#i_11034

CONNAISSEURS

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 2 037 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Amateurs et connaisseurs »  : […] Au xvii e  siècle, l'histoire de l'art élabore ses structures. Les ouvrages des historiens suscitent l'intérêt des gens épris de culture et celui des grands amateurs. Sans employer le terme, Carel van Mander dans son Livre de peinture (1604) évoque les connaisseurs, dont les avis font autorité et s'appliquent principalement à l'attribution des œuv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaisseurs/#i_11034

GAINSBOROUGH THOMAS (1727-1788)

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 2 934 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les étapes du succès »  : […] Comme Constable, Gainsborough est originaire du Suffolk, où il naquit en 1727 dans la famille d'un drapier de Sudbury. Il manifesta des dons précoces de dessinateur, et sa famille accepta de l'envoyer à Londres vers 1740, où il devint l'assistant du graveur français Gravelot, qui diffusa en Angleterre le style rococo. Le jeune homme se mit à peind […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-gainsborough/#i_11034

PEINTURE DE GENRE

  • Écrit par 
  • Anne le PAS de SÉCHEVAL
  •  • 3 538 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La peinture de genre à l'époque de la hiérarchie des genres (XVIIe et XVIIIe siècles) »  : […] Au xvii e  siècle, la peinture de genre rencontre un succès croissant, parallèlement à l'estampe, qui accueille largement les thèmes « bas » (J. Callot, J. Bellange, A. Bosse...). Après les expériences caravagesques, les peintres italiens, absorbés par la grande peinture narrative, abandonnent aux artistes nordiques ce champ pictural encore à peine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-de-genre/#i_11034

THORNHILL sir JAMES (1675-1734)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 284 mots

Peintre anglais, né en 1675 à Melcombe Regis (Dorset), mort le 13 mai 1734 à Thornhill House, près de Stalbridge (Dorset). Premier grand peintre d'histoire britannique, Sir James Thornhill s'inscrit dans la tradition du baroque italien, comme peintre d'histoire et peintre décorateur des rois George I er et George II. Nommé maître de la Painters […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thornhill-sir-james/#i_11034

Voir aussi

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « HOGARTH WILLIAM - (1697-1764) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-hogarth/