ABSTRAIT ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les formes et le sens

Lorsque Kant oppose la « beauté adhérente », déterminée par la perfection de ce que doit être l'objet dans lequel elle se manifeste, à la « beauté libre », sans concept, il prend pour exemple de cette dernière non seulement les fleurs, le colibri, l'oiseau de paradis, les crustacés marins, les rinceaux ou les papiers peints, mais encore la « musique sans texte ». L'art abstrait tout entier ne risque-t-il pas de sombrer lui aussi dans la vanité d'une satisfaction esthétique privée de tout plaisir intellectuel ; À tort ou à raison, peu importe ici, la pensée occidentale distingue la forme et le contenu et elle valorise le sens. Aussi les premiers peintres abstraits, et notamment Kandinsky, Mondrian, Malévitch, ont-ils tous insisté sur l'importance du sens de leurs œuvres.

Église à Murnau, W. Kandinsky

Photographie : Église à Murnau, W. Kandinsky

Wassily Kandinsky (1866-1944), Église à Murnau, 1910. Städtischegalerie im Lenbachhaus, Munich, Allemagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Conscient d'un danger potentiel d'appauvrissement de son art, Kandinsky publie en 1912 un ouvrage au titre à cet égard significatif : Du spirituel dans l'art, et dans la peinture en particulier veut éveiller la capacité à « vivre le Spirituel dans les choses matérielles et abstraites ». Afin d'éloigner le spectre d'une dégradation de la peinture en simple objet ornemental, l'artiste projette de fixer dans la forme un contenu spirituel et émotionnel. La couleur joue ici un rôle décisif. Kandinsky l'étudie en détail, et il consacre un chapitre à son action : « En règle générale, la couleur est donc un moyen d'exercer une influence directe sur l'âme. La couleur est la touche. L'œil est le marteau. L'âme est le piano aux cordes nombreuses. L'artiste est la main qui, par l'usage convenable de telle ou telle touche, met l'âme humaine en vibration. Il est donc clair que l'harmonie des couleurs doit reposer uniquement sur le principe de l'entrée en contact efficace avec l'âme humaine. Cette base sera définie comme le principe de la nécessité intérieure. »

L'intérêt de Mondrian pour la spiritualité et l'ésotérisme le conduit à adhérer, en 1909, à la Société de théosophie d'Amsterdam. Le néo-plasticisme, dédié en 1920 « aux hommes futurs », tire les conclusions du combat entre l'objectif et le subjectif, l'universel et l'individuel : à l'harmonie de la nature, Mondrian oppose l'harmonie d'un art qui ne doit rien à l'exercice de la mimésis. Fondé sur un équilibre dynamique, le tableau néo-plasticiste recourt exclusivement à l'opposition de la verticale – principe masculin – et de l'horizontale – principe féminin. Outre les lignes noires sur fond blanc, parfois le gris, Mondrian n'emploie que les couleurs fondamentales, le jaune, le rouge et le bleu, car elles diffèrent de celles de la nature, qui utilise le spectre tout entier, avec toutes ses nuances. Mondrian entretient des relations avec les artistes des groupes Cercle et Carré et Abstraction-Création, mais, bien qu'il bénéficie d'expositions importantes, il demeure isolé en France, où il travaille. Ce trait biographique n'est pas lié aux contingences du temps. Dans une lettre écrite au début des années 1910, l'artiste précisait : « Je pense que l'être humain ordinaire recherche la beauté dans la vie matérielle mais selon moi l'artiste ne devrait pas le faire. Il ne devrait rien attendre du monde matériel : il doit être seul et lutter seul. Sa création doit se situer à un niveau immatériel : celui de l'intellect. S'il se contente d'obéir à cette force créatrice et, à cette fin, de rester aussi libre que possible, il en fait assez. Et c'est ainsi qu'il apportera sa contribution à l'humanité. »

Composition avec jaune, rouge, noir, bleu et gris, P. Mondrian

Photographie : Composition avec jaune, rouge, noir, bleu et gris, P. Mondrian

Piet Mondrian, Composition avec jaune, rouge, noir, bleu et gris. 1920. Huile sur toile. 51,5 cm x 60 cm. Stedelijk Museum, Amsterdam, Pays-Bas. 

Crédits : Stedelijk Museum, Amsterdam, Pays-Bas. © Holzman Trust

Afficher

Malévitch stigmatise la « voie figurative » et prône une « philosophie de la création picturale qui parvient au sans-objet ou à l'absolu ». En 1919, il présente à Moscou une série d'œuvres blanches, dont le fameux Carré blanc sur fond blanc (1918). Dans le catalogue de l'exposition, il s'enthousiasme :« J'ai troué l'abat-jour des limitations colorées, je suis sorti dans le blanc, voguez à ma suite, camarades aviateurs, dans l'abîme, j'ai établi les sémaphores du suprématisme. J'ai vaincu la doublure du ciel coloré après l'avoir arrachée, j'ai mis les couleurs dans le sac ainsi formé et j'y ai fait un nœud. Voguez ; L'abîme blanc, l'infini sont devant vous. » Ces accents mystiques prennent leur dimension religieuse dans un essai publié en 1922, Dieu n'est pas détrôné. L'art. L'Église. La fabrique, dans lequel on peut lire : « L'homme a divisé sa vie en trois voies : spirituelle (religieuse), scientifique (la fabrique) et l'art. Que désignent ces voies ; Elles désignent la perfection, c'est par elles que se meut l'homme, qu'il meut son moi comme principe parfait allant vers la représentativité finale, c'est-à-dire vers l'absolu ; trois voies par lesquelles se meut l'homme vers Dieu. » De là à considérer le Carré noir (1915) comme une icône apophatique – « révélation négative de ce qui est, manifestation de ce qui n'apparaît pas » (J.-C. Marcadé) –, il n'y a qu'un pas, franchi par plusieurs commentateurs. L'arrière-plan du suprématisme serait alors la théologie négative dont les mystères se révèlent « dans la Ténèbre plus que lumineuse du silence », une Ténèbre qui brille de la plus éclatante lumière « tout en demeurant elle-même parfaitement intangible et parfaitement invisible », et dont Denys l'Aréopagite précise qu'elle « emplit de splendeurs plus belles que la beauté les intelligences qui savent fermer les yeux ».

L'invisibilité qui hante l'art abstrait dès lors qu'il manifeste des ambitions spirituelles ou religieuses provoque des réticences ou des rejets. Ainsi, l'artiste américain Frank Stella disait apprécier les peintures de Kandinsky, Mondrian et Malévitch, mais éprouver des difficultés à accepter leurs arguments en faveur de l'abstraction, « étayages théoriques marqués de théosophie et d'antimatérialisme ». Stella est représentatif d'une revendication de littéralité qui souhaite éradiquer toute manifestation de type symboliste. Au cours d'un entretien avec Bruce Glaser, il explique : « J'ai toujours été en désaccord avec les gens qui veulent conserver les valeurs traditionnelles de la peinture : ces valeurs humanistes qu'ils découvrent toujours sur la toile. Si vous les poussez dans leurs retranchements, ils finissent tous par déclarer qu'il y a quelque chose, en dehors de la peinture, là, sur la toile. Ma peinture est fondée sur le fait que seulement ce qui peut être vu là est là. C'est réellement un objet. »

L'optical art, le minimal art, comme bien d'autres mouvements issus de l'abstraction, ont tenté de s'en tenir strictement au visible. Force est de constater, cependant, un réel penchant des artistes abstraits pour l'expression, terme aux acceptions multiples. L'une d'elles renvoie à l'expression de soi. Traditionnel depuis le xixe siècle, l'enregistrement des états d'âme de l'artiste a souvent servi d'alibi aux divers expressionnismes. D'aut [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Église à Murnau, W. Kandinsky

Église à Murnau, W. Kandinsky
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Composition avec jaune, rouge, noir, bleu et gris, P. Mondrian

Composition avec jaune, rouge, noir, bleu et gris, P. Mondrian
Crédits : Stedelijk Museum, Amsterdam, Pays-Bas. © Holzman Trust

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ABSTRAIT ART  » est également traité dans :

AUX ORIGINES DE L'ABSTRACTION. 1800-1914 (exposition)

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 1 094 mots

En France, une exposition sur l'abstraction se faisait attendre. Elle a enfin eu lieu, du 5 novembre 2003 au 22 février 2004, au musée d'Orsay, dont le président, Serge Lemoine, associé à Pascal Rousseau, maître de conférences à l'université de Tours, proposait aux visiteurs de remonter « aux origines de l'abstraction […] Lire la suite

ABSTRACTION LYRIQUE, peinture

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 195 mots

Expression d'origine discutée, l'abstraction lyrique apparut en France vers 1947 et sert à désigner toutes les formes d'abstraction qui ne relèvent pas de l'abstraction dite géométrique. C'est ainsi qu'on l'a appliquée à l' action painting de Pollock, de même qu'aux premiers travaux de peinture gestuelle de Mathieu, lui-même tributaire de l'œuvre de Wols. Par la suite, le terme s'est étendu à l'e […] Lire la suite

ABSTRAITS DE HANOVRE

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 2 600 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diversité des conceptions de l'art abstrait »  : […] L'absence de programme s'explique sans doute parce que, à la fondation du groupe, les artistes n'en étaient pas à leurs premiers essais, mais en pleine possession de leurs moyens, plastiques et théoriques. À l'exception de Jahns, tous se connaissaient depuis plusieurs années et partageaient certaines valeurs, si bien que 1927 ne produisit pas de véritable rupture dans leur évolution personnelle. A […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Débats sur l'abstraction : Henry Moore, Barbara Hepworth »  : […] C'est à Henry Moore, Barbara Hepworth et Ben Nicholson qu'il revient d'avoir été les pionniers de la sculpture abstraite en Angleterre, dans les années 1930, sous la houlette du théoricien et critique Herbert Read. Henry Moore (1898-1986) et Barbara Hepworth (1903-1975), qui se sont connus à l'École des beaux-arts de Leeds en 1920, travaillent d'abord chacun dans un style personnel en proposant […] Lire la suite

ARP HANS (1887-1966)

  • Écrit par 
  • Anne BOÉDEC
  •  • 1 967 mots

Poète, peintre et sculpteur, Hans Arp fut successivement dadaïste, surréaliste, abstrait. Mais la diversité n'est pas la dissipation, ni l'adhésion la servitude : par le caractère naturel et spontané de sa veine créatrice, Arp s'est gardé de l'emprise des mouvements auxquels il a participé. Originaire de Strasbourg, région où se mêlent deux cultures, fils d'un père allemand et d'une mère alsacienn […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 282 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'objet de civilisation contemporain. Delaunay »  : […] L'art moderne, une fois encore, fera comprendre de quoi il s'agit exactement. Lorsque, dans les premières années du xx e  siècle, le public et la critique reprochent aux peintres cubistes de « déformer » et que M. Jules-Louis Breton va même jusqu'à alerter le Parlement, les cubistes rétorquent que tous leurs efforts visent, au contraire, à « former » ; ils livrent un « gigantesque combat avec l'o […] Lire la suite

ART SACRÉ

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 5 348 mots

Dans le chapitre « Le tournant de 1945 et la « querelle de l'art sacré » »  : […] Le père dominicain Marie-Alain Couturier (1877-1954), ancien collaborateur des Ateliers d'art sacré, était une personnalité très écoutée en matière d'art religieux dans les années 1930, d'autant plus qu'il publiait régulièrement ses réflexions dans de nombreux ouvrages et articles, en particulier pour la revue L'Art sacré . Sur le vitrail, par exemple, dont il rappelait le rôle : « la lumière du j […] Lire la suite

BARANOFF-ROSSINÉ VLADIMIR (1888-1944)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 779 mots

Figure importante de l’histoire de l’art du xx e  siècle, Vladimir Baranoff-Rossiné est né à Kherson en 1888, dans une famille juive ukrainienne. Musicien, peintre et sculpteur, l’artiste est également connu pour ses inventions synesthésiques consacrées à l’union du son, de la forme et de la couleur. Après des études de peinture à Odessa, il suit les cours de l’Académie des beaux-arts de Saint-Pé […] Lire la suite

BARRÉ MARTIN (1924-1993)

  • Écrit par 
  • Ann HINDRY
  • , Universalis
  •  • 1 232 mots

Peintre abstrait ayant réduit le geste de l'artiste à une forme minimale, Martin Barré fait partie de cette génération de peintres, qui, dans les années 1950, ont orienté toutes leurs recherches vers l'abstraction. Si, par sa rigueur et sa radicalité, on l'a parfois placé dans la lignée de Mondrian ou de Malevitch, il n'a cependant jamais adhéré aux mouvements du néo-plasticisme et du suprématis […] Lire la suite

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 457 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La pensée diffusée »  : […] Dès sa création, le Bauhaus provoqua de nombreuses réactions : une affiche placardée sur les murs de Weimar, « la ville de Goethe », demandait aux habitants de participer, le 22 janvier 1919, à une manifestation pour la défense de la Hochschule für bildende Kunst, « menacée de ruine par la prédominance exclusive d'une certaine tendance ». D'un autre côté, l'initiative de Gropius exerça un attrait […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Denys RIOUT, « ABSTRAIT ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/