RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire a offert de Richelieu des interprétations successives, comme il ne peut manquer d'arriver à une figure exceptionnelle. L'impopularité générale du cardinal en ses dernières années (« il n'était pas aimé du peuple, disait au xviiie siècle l'historien de Louis XIII, le père Griffet, et j'ai connu des vieillards qui se souvenaient encore des feux de joie [...] dans les provinces, [...] à la nouvelle de sa mort ») a rendu, selon Guy Joly, sa mémoire odieuse à la postérité. D'où les légendes autour de l'homme rouge. Plus tard, on a prêté un programme précis (les frontières naturelles) à un fondateur de la grandeur française, à un politique réaliste dont les attaches religieuses et monarchiques n'ont paru que secondes.

Triple Portrait de Richelieu, P. de Champaigne

Photographie : Triple Portrait de Richelieu, P. de Champaigne

Philippe de Champaigne (1602-1674), Triple Portrait de Richelieu, huile sur toile, 1642. National Gallery, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Mais il faut le replacer dans son époque. Homme du xviie siècle, et du xviie siècle français, il croit que le pouvoir monarchique issu de Dieu est la condition essentielle de la puissance du pays, sous réserve que le roi sache se faire obéir à l'intérieur et redouter au-dehors : c'est la raison d'État. Comme l'a dit Georges Pagès (Monarchie d'Ancien Régime), Richelieu fut un très grand homme d'État ; il ne fut pas un administrateur, ni un réformateur par système. Opinion que rejoint celle de Carl J. Burckhardt sur « le grand pragmatique guettant chaque occasion ». Le but est constant : l'indépendance et le prestige de la France. Comment fut-il atteint ? Une meilleure connaissance de la réalité française de son temps (structure sociale, mentalités, conditions économiques) et de la réalité européenne permet de mieux apprécier les difficultés renaissantes, les contradictions de l'entreprise et les résultats obtenus. Ceux qu'a pu connaître Richelieu lui-même et ceux qui n'ont été atteints qu'après lui, tant en politique étrangère (traités de Westphalie) qu'en politique intérieure (absolutisme royal effectif), parce que les dix-huit ans de son ministériat avaient marqué une étape sans retour.

La conquête du pouvoir

Celui qui devait être le cardinal duc de Richelieu, Armand Jean du Plessis, naquit à Paris, troisième fils d'un grand prévôt de France et de la fille d'un avocat. Milieu familial où s'équilibraient la noblesse ancienne et le sang bourgeois, où les relations influentes compensaient la précarité de la fortune. Armand Jean perdit de bonne heure son père, mais, grâce à un oncle maternel, Amador de La Porte, commandeur de l'ordre de Malte, il put faire ses études au collège de Navarre et à l'académie Pluvinel. Il aurait choisi la carrière des armes sans une circonstance de famille qui l'orienta vers l'Église. Son frère Alphonse abandonnait l'évêché de Luçon pour devenir moine. Afin de conserver à la famille les revenus de cet évêché « crotté » qui comptait tout de même dans le patrimoine, Armand Jean fit des études de théologie. Puis il entreprit le voyage de Rome pour obtenir du pape Paul V les dispenses d'âge. Il fut consacré évêque en 1607. À vingt-deux ans, il possédait déjà l'expérience de milieux de cour aussi différents que ceux de Paris et de Rome, des gouvernements et de leurs intrigues. On commettrait une grande erreur en interprétant ces débuts et le déroulement de sa carrière par le cynisme. C'est un jeune ambitieux, intelligent et courageux qui s'intègre aux conditions mentales et sociales de son temps. Mais il est croyant, résolu à être un bon évêque, et il a déjà la plus haute idée de la monarchie française.

Son habileté consistait à se mettre en lumière dans des circonstances importantes. Il se distingua aux états généraux de 1614, comme député de son ordre ; il présenta le cahier général du clergé et, dans sa harangue, il exposa que les rois avaient intérêt à appeler dans leur Conseil des ecclésiastiques, « à cause des vertus de capacité et de prudence auxquelles les obligeait leur profession, outre que le célibat les dépouillait plus que les autres d'intérêt particulier ». Il fut nommé aumônier de la reine mère, Marie de Médicis, qui, malgré la majorité du roi, exerçait le pouvoir. Dans un temps où la clientèle décidait de tout, il devint un des fidèles de cette princesse, à la fois puissante et incapable. Grâce à elle, il entra au Conseil en 1616, mais il en sortit avec elle, disgraciés tous deux lorsque le roi eut fait abattre Concini et rétabli son autorité personnelle. En travaillant à la réconciliation du jeune roi et de la reine mère, après les deux guerres de la Mère et du Fils, il prépara son retour au Conseil. Pourvu du chapeau de cardinal, il devint principal ministre en 1624 et le demeura jusqu'à sa mort. Ainsi s'établit en France une forme particulière de gouvernement, l'association d'un roi réputé maître absolu et d'un fidèle qui agit en son nom et d'accord avec lui : le ministériat. Richelieu avait d'abord gagné l'amitié ardente du jeune roi, puis son entière confiance. Louis XIII était persuadé que son devoir d'État et son salut personnel exigeaient un gouvernement juste. Il estimait en Richelieu l'homme qui le servait le mieux ; il ne consentit jamais à s'en séparer, même quand il supporta avec peine l'autorité d'un ministre qu'il n'aimait plus.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642)  » est également traité dans :

ABSOLUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 4 285 mots

Dans le chapitre « L'absolutisme pragmatique : raison d'État de Richelieu, « mystère divin » de Louis XIV »  : […] La pensée de Richelieu est fondée tout entière sur l'idée que la puissance est la seule chose nécessaire à l'État. Le roi doit ne supporter aucune opposition, et réunit entre ses mains les instruments de la puissance (armée, finances, réputation). Le pouvoir du roi n'est pas pour autant un pouvoir personnel : la personne du roi se confond avec l'État. Celui-ci ne pouvant être partagé, le roi ne do […] Lire la suite

BOISROBERT FRANÇOIS DE (1592-1662)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 247 mots

Fils d'un homme de loi normand et huguenot, Boisrobert vint à Paris en 1616 et s'insinua comme poète dans les bonnes grâces de la reine mère Marie de Médicis. Il se convertit au catholicisme en 1621 et fut tonsuré en 1623. Son esprit et son effronterie lui valurent la faveur du cardinal de Richelieu, et, après avoir visité l'Angleterre (1625-1626) et Rome (1630-1631), il entra dans les ordres et r […] Lire la suite

BULLION CLAUDE DE (1580 env.-1640)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 406 mots

Surintendant des Finances et ministre d'État sous Louis XIII, Claude de Bullion passait, selon Tallemant des Réaux, pour avoir une des plus belles fortunes de son temps. Son grand-père était, en 1560, un important marchand en gros de Mâcon, seigneur de deux terres. Son père, secrétaire du roi et avocat au parlement, avait épousé Charlotte de Lamoignon, fille d'un maître des requêtes issu d'une exc […] Lire la suite

DUPES JOURNÉE DES (10-11 nov. 1630)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 633 mots

Tallemant des Réaux appelle la journée des dupes « la grande cabale des deux Reynes, de Monsieur et de toute la maison de Guise ». On pourrait ajouter à cette liste les bâtards de Henri IV, le parti dévot avec le chancelier d'Aligre et les deux Marillac, pour ne pas parler du mécontentement du Parlement, de la misère et de la famine des années 1629-1630. La grande tentative pour chasser le cardina […] Lire la suite

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 598 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Richelieu et la politique coloniale »  : […] Avec Richelieu, on peut (avec une certaine prudence) parler, pour la première fois, d'une politique coloniale systématique. Le point de départ néanmoins ne concerne que la marine. Richelieu a fait créer pour lui en 1626 la charge de « grand-maître, chef et surintendant général de la navigation et du commerce de France ». Le programme qu'il développe devant l'Assemblée des notables en 1627 n'est p […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 875 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Richelieu et Louis XIV »  : […] La thèse d'une action délibérée des souverains et des hommes d'État d'Ancien Régime pour donner à la France des frontières naturelles a été accréditée par nombre d'historiens : Augustin Thierry, Henry Martin, Victor Duruy, Albert Sorel. Il apparaît bien aujourd'hui qu'on a voulu indûment marquer une continuité entre la politique extérieure de l'Ancien Régime et celle de la Révolution. Danton, dans […] Lire la suite

GAZETTE LA, puis GAZETTE DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 574 mots

Journal parisien paru du 30 mai 1631 au 30 septembre 1915. Théophraste Renaudot n'est pas le créateur de la presse périodique en France, mais il reste bien le fondateur du premier grand journal français, La Gazette . Le premier périodique français, Nouvelles ordinaires de divers endroits , naquit en janvier 1631 : il était édité par deux libraires parisiens, Jean Martin et Louis Vendosme, et son t […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le mécénat public »  : […] Aux xv e  et xvi e  siècles, l'activité artistique d'un centre urbain n'est pas nécessairement liée à la prospérité économique ; qui plus est, certaines villes prospères (par exemple Gênes) ne connaissent pas de courants novateurs ; c'est qu'il n'y a dans ces villes ni de cour ni de mouvement culturel puissant. Comme l'attention se tourne vers Florence, on a, à travers les chroniques locales, une […] Lire la suite

JOSEPH FRANÇOIS JOSEPH LECLERC DU TREMBLAY dit LE PÈRE (1577-1638)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 434 mots

Issu d'une bonne famille de parlementaires (son père a été président aux requêtes du Parlement de Paris, puis ambassadeur à Venise, enfin chancelier de François d'Alençon), le père Joseph se situe donc dans un milieu étonnamment ouvert, marqué à la fois par le service de l'État et par l'intérêt profond pour les questions religieuses. Capucin en 1599, il se consacre à la réforme de son ordre, fonde […] Lire la suite

LE BRET CARDIN, seigneur de Flacourt (1558-1655)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 210 mots

Type de l'officier de cour souveraine dévoué à la couronne. Jurisconsulte distingué, Le Bret compte, avec Charles Loyseau, avec Guy Coquille et tant d'autres, parmi les théoriciens de la monarchie absolue. Il résume ses vues dans le Traité de la souveraineté du roi, de son domaine, et de sa couronne (1632). Sa carrière politique se situe entre le règne de Henri IV et le ministère de Richelieu. Le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Victor-Lucien TAPIÉ, « RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-jean-du-richelieu/