RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Porter la France au premier rang en Europe

Pour Richelieu, la France, avec une partie de ses frontières trop proche de la capitale et mal défendue, était surtout menacée par la puissance de l'Espagne, maîtresse de l'actuelle Belgique, de la Franche-Comté et du Roussillon. Depuis 1621, la guerre avait repris entre l'Espagne et les Provinces-Unies (Pays-Bas actuels) et, depuis 1618, un conflit se déroulait dans l'Empire entre l'empereur, allié du roi d'Espagne (tous deux de la maison d'Autriche), et les princes protestants, anciens clients d'Henri IV. La défaite de ceux-ci pouvait faire craindre que l'Empire et même l'Europe ne fussent entièrement soumis à la maison d'Autriche. Aussi l'intérêt de la France était-il d'entretenir la guerre et de soutenir tous les adversaires de l'Espagne et de l'empereur. Richelieu ne pensait pas à conquérir les frontières naturelles, pure chimère à cette date, mais à occuper, même à distance des frontières actuelles, des points stratégiques importants qui bloquaient les routes de communication de l'adversaire.

Par la conquête de Pignerol (1630), la France avait pris pied en Italie, faisant échec à l'Espagne qui possédait le Milanais ; par l'occupation de la Lorraine, dont le duc refusait son alliance, elle avait complété l'avantage de détenir, depuis plus d'un siècle, les Trois-Évêchés, et ainsi de prévenir une invasion venue de l'Est. Par les subsides aux princes protestants, puis au roi de Suède Gustave Adolphe, par l'alliance avec les Provinces-Unies, la France menait la guerre couverte. Elle attirait dans son parti l'électeur de Bavière, catholique, mais rival de l'empereur dans l'Empire. Lorsqu'en 1634, après la victoire des impériaux à Nordlingen, la paix de Prague eut réconcilié l'empereur et les princes allemands, Richelieu parvint à maintenir un parti de la guerre dans l'Empire, et la France entra ouvertement en conflit avec l'Espagne. Pendant sept ans, les hostilités se poursuivirent sur plusieurs fronts ave [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642)  » est également traité dans :

ABSOLUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 4 285 mots

Dans le chapitre « L'absolutisme pragmatique : raison d'État de Richelieu, « mystère divin » de Louis XIV »  : […] La pensée de Richelieu est fondée tout entière sur l'idée que la puissance est la seule chose nécessaire à l'État. Le roi doit ne supporter aucune opposition, et réunit entre ses mains les instruments de la puissance (armée, finances, réputation). Le pouvoir du roi n'est pas pour autant un pouvoir personnel : la personne du roi se confond avec l'État. Celui-ci ne pouvant être partagé, le roi ne do […] Lire la suite

BOISROBERT FRANÇOIS DE (1592-1662)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 247 mots

Fils d'un homme de loi normand et huguenot, Boisrobert vint à Paris en 1616 et s'insinua comme poète dans les bonnes grâces de la reine mère Marie de Médicis. Il se convertit au catholicisme en 1621 et fut tonsuré en 1623. Son esprit et son effronterie lui valurent la faveur du cardinal de Richelieu, et, après avoir visité l'Angleterre (1625-1626) et Rome (1630-1631), il entra dans les ordres et r […] Lire la suite

BULLION CLAUDE DE (1580 env.-1640)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 406 mots

Surintendant des Finances et ministre d'État sous Louis XIII, Claude de Bullion passait, selon Tallemant des Réaux, pour avoir une des plus belles fortunes de son temps. Son grand-père était, en 1560, un important marchand en gros de Mâcon, seigneur de deux terres. Son père, secrétaire du roi et avocat au parlement, avait épousé Charlotte de Lamoignon, fille d'un maître des requêtes issu d'une exc […] Lire la suite

DUPES JOURNÉE DES (10-11 nov. 1630)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 633 mots

Tallemant des Réaux appelle la journée des dupes « la grande cabale des deux Reynes, de Monsieur et de toute la maison de Guise ». On pourrait ajouter à cette liste les bâtards de Henri IV, le parti dévot avec le chancelier d'Aligre et les deux Marillac, pour ne pas parler du mécontentement du Parlement, de la misère et de la famine des années 1629-1630. La grande tentative pour chasser le cardina […] Lire la suite

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Richelieu et la politique coloniale »  : […] Avec Richelieu, on peut (avec une certaine prudence) parler, pour la première fois, d'une politique coloniale systématique. Le point de départ néanmoins ne concerne que la marine. Richelieu a fait créer pour lui en 1626 la charge de « grand-maître, chef et surintendant général de la navigation et du commerce de France ». Le programme qu'il développe devant l'Assemblée des notables en 1627 n'est p […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Richelieu et Louis XIV »  : […] La thèse d'une action délibérée des souverains et des hommes d'État d'Ancien Régime pour donner à la France des frontières naturelles a été accréditée par nombre d'historiens : Augustin Thierry, Henry Martin, Victor Duruy, Albert Sorel. Il apparaît bien aujourd'hui qu'on a voulu indûment marquer une continuité entre la politique extérieure de l'Ancien Régime et celle de la Révolution. Danton, dans […] Lire la suite

GAZETTE LA, puis GAZETTE DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 574 mots

Journal parisien paru du 30 mai 1631 au 30 septembre 1915. Théophraste Renaudot n'est pas le créateur de la presse périodique en France, mais il reste bien le fondateur du premier grand journal français, La Gazette . Le premier périodique français, Nouvelles ordinaires de divers endroits , naquit en janvier 1631 : il était édité par deux libraires parisiens, Jean Martin et Louis Vendosme, et son t […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le mécénat public »  : […] Aux xv e  et xvi e  siècles, l'activité artistique d'un centre urbain n'est pas nécessairement liée à la prospérité économique ; qui plus est, certaines villes prospères (par exemple Gênes) ne connaissent pas de courants novateurs ; c'est qu'il n'y a dans ces villes ni de cour ni de mouvement culturel puissant. Comme l'attention se tourne vers Florence, on a, à travers les chroniques locales, une […] Lire la suite

JOSEPH FRANÇOIS JOSEPH LECLERC DU TREMBLAY dit LE PÈRE (1577-1638)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 434 mots

Issu d'une bonne famille de parlementaires (son père a été président aux requêtes du Parlement de Paris, puis ambassadeur à Venise, enfin chancelier de François d'Alençon), le père Joseph se situe donc dans un milieu étonnamment ouvert, marqué à la fois par le service de l'État et par l'intérêt profond pour les questions religieuses. Capucin en 1599, il se consacre à la réforme de son ordre, fonde […] Lire la suite

LE BRET CARDIN, seigneur de Flacourt (1558-1655)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 210 mots

Type de l'officier de cour souveraine dévoué à la couronne. Jurisconsulte distingué, Le Bret compte, avec Charles Loyseau, avec Guy Coquille et tant d'autres, parmi les théoriciens de la monarchie absolue. Il résume ses vues dans le Traité de la souveraineté du roi, de son domaine, et de sa couronne (1632). Sa carrière politique se situe entre le règne de Henri IV et le ministère de Richelieu. Le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Victor-Lucien TAPIÉ, « RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-jean-du-richelieu/