RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Restaurateur de l'autorité royale

Dans le Testament politique, qui provient au moins de la chancellerie du cardinal et en reflète fidèlement l'esprit, on trouve, après une juste description de l'anarchie du royaume à la date de 1624, un programme de redressement fortement défini : ruiner le parti huguenot, rabaisser l'orgueil des grands, réduire tous les sujets en leur devoir et relever le nom du roi dans les nations étrangères au point où il devait être. Richelieu observait aussi qu'on ne pouvait tout changer sans violer les lois de la prudence, « qui ne permet pas qu'on passe d'une extrémité à l'autre sans milieu ». Il tenait essentiellement à la réputation du roi, qui se déconsidérerait s'il manquait à la parole donnée ou s'il laissait impunies la rébellion et la résistance à l'autorité. L'unité de religion était considérée comme une force pour un royaume, mais la prudence ne permettait pas de l'imposer par la violence. Si les protestants paraissaient redoutables, c'était à cause de leurs privilèges politiques qui faisaient d'eux un « État dans l'État ». Le siège de La Rochelle, conduit avec une implacable résolution, puis la guerre contre les villes du Midi dissipèrent ce danger, et Louis XIII put alors, par la paix de grâce d'Alès, confirmer les privilèges religieux de l'édit de Nantes, conciliables avec l'obéissance à ses ordres. En revanche, le péril de la noblesse ne fut jamais entièrement surmonté. Il était d'autant plus grave que les princes du sang et les plus grands seigneurs disposaient d'une large clientèle de gentilshommes en province, pouvaient lever des armées et négocier d'égal à égal avec des souverains étrangers, et même avec une puissance ennemie (l'Espagne). Le frère du roi, Gaston, duc d'Orléans, qui fut héritier du trône jusqu'à la naissance tardive du dauphin en 1638, était mêlé à ces intrigues, mais intouchable. Richelieu le ménageait, en frappant impitoyablement ses complices (Chalais, 1626).

En 1632, le duc de Montmorency, qui avait soulevé une partie du Midi, fut décapité ; mais la révolte d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642)  » est également traité dans :

ABSOLUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 4 285 mots

Dans le chapitre « L'absolutisme pragmatique : raison d'État de Richelieu, « mystère divin » de Louis XIV »  : […] La pensée de Richelieu est fondée tout entière sur l'idée que la puissance est la seule chose nécessaire à l'État. Le roi doit ne supporter aucune opposition, et réunit entre ses mains les instruments de la puissance (armée, finances, réputation). Le pouvoir du roi n'est pas pour autant un pouvoir personnel : la personne du roi se confond avec l'État. Celui-ci ne pouvant être partagé, le roi ne do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolutisme/#i_1225

BOISROBERT FRANÇOIS DE (1592-1662)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 247 mots

Fils d'un homme de loi normand et huguenot, Boisrobert vint à Paris en 1616 et s'insinua comme poète dans les bonnes grâces de la reine mère Marie de Médicis. Il se convertit au catholicisme en 1621 et fut tonsuré en 1623. Son esprit et son effronterie lui valurent la faveur du cardinal de Richelieu, et, après avoir visité l'Angleterre (1625-1626) et Rome (1630-1631), il entra dans les ordres et r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-boisrobert/#i_1225

BULLION CLAUDE DE (1580 env.-1640)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 406 mots

Surintendant des Finances et ministre d'État sous Louis XIII, Claude de Bullion passait, selon Tallemant des Réaux, pour avoir une des plus belles fortunes de son temps. Son grand-père était, en 1560, un important marchand en gros de Mâcon, seigneur de deux terres. Son père, secrétaire du roi et avocat au parlement, avait épousé Charlotte de Lamoignon, fille d'un maître des requêtes issu d'une exc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-de-bullion/#i_1225

DUPES JOURNÉE DES (10-11 nov. 1630)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 633 mots

Tallemant des Réaux appelle la journée des dupes « la grande cabale des deux Reynes, de Monsieur et de toute la maison de Guise ». On pourrait ajouter à cette liste les bâtards de Henri IV, le parti dévot avec le chancelier d'Aligre et les deux Marillac, pour ne pas parler du mécontentement du Parlement, de la misère et de la famine des années 1629-1630. La grande tentative pour chasser le cardina […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journee-des-dupes/#i_1225

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Richelieu et la politique coloniale »  : […] Avec Richelieu, on peut (avec une certaine prudence) parler, pour la première fois, d'une politique coloniale systématique. Le point de départ néanmoins ne concerne que la marine. Richelieu a fait créer pour lui en 1626 la charge de « grand-maître, chef et surintendant général de la navigation et du commerce de France ». Le programme qu'il développe devant l'Assemblée des notables en 1627 n'est p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/#i_1225

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Richelieu et Louis XIV »  : […] La thèse d'une action délibérée des souverains et des hommes d'État d'Ancien Régime pour donner à la France des frontières naturelles a été accréditée par nombre d'historiens : Augustin Thierry, Henry Martin, Victor Duruy, Albert Sorel. Il apparaît bien aujourd'hui qu'on a voulu indûment marquer une continuité entre la politique extérieure de l'Ancien Régime et celle de la Révolution. Danton, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-formation-territoriale/#i_1225

GAZETTE LA, puis GAZETTE DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 574 mots

Journal parisien paru du 30 mai 1631 au 30 septembre 1915. Théophraste Renaudot n'est pas le créateur de la presse périodique en France, mais il reste bien le fondateur du premier grand journal français, La Gazette . Le premier périodique français, Nouvelles ordinaires de divers endroits , naquit en janvier 1631 : il était édité par deux libraires parisi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gazette-gazette-de-france/#i_1225

JOSEPH FRANÇOIS JOSEPH LECLERC DU TREMBLAY dit LE PÈRE (1577-1638)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 434 mots

Issu d'une bonne famille de parlementaires (son père a été président aux requêtes du Parlement de Paris, puis ambassadeur à Venise, enfin chancelier de François d'Alençon), le père Joseph se situe donc dans un milieu étonnamment ouvert, marqué à la fois par le service de l'État et par l'intérêt profond pour les questions religieuses. Capucin en 1599, il se consacre à la réforme de son ordre, fonde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-francois-joseph-leclerc-du-tremblay-dit-le-pere/#i_1225

LE BRET CARDIN, seigneur de Flacourt (1558-1655)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 210 mots

Type de l'officier de cour souveraine dévoué à la couronne. Jurisconsulte distingué, Le Bret compte, avec Charles Loyseau, avec Guy Coquille et tant d'autres, parmi les théoriciens de la monarchie absolue. Il résume ses vues dans le Traité de la souveraineté du roi, de son domaine, et de sa couronne (1632). Sa carrière politique se situe entre le règne de Henri IV et le mini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cardin-le-bret/#i_1225

LOUDUN PROCÈS DE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 508 mots
  •  • 1 média

Petite capitale protestante près de Poitiers, Loudun est entrée dans la grande histoire en 1634. Le Mercure françois consacre, cette année-là, une longue chronique aux « possédées religieuses ursulines de Loudun » : le 18 août, Urbain Grandier, curé de Saint-Pierre, a été brûlé vif sur la place Sainte-Croix pour crime de sorcellerie. On l'a accusé d'avoir provoqué par la mag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-de-loudun/#i_1225

LOUIS XIII (1601-1643) roi de France (1610-1643)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 990 mots

Fils de Henri IV et de Marie de Médicis, Louis XIII est l'une des figures les plus énigmatiques de la royauté française. Son personnage, cette singulière et si efficace alliance politique qu'il a constituée avec Richelieu ont donné lieu aux interprétations les plus diverses. Du tableau, à la fois critique et ambigu, de Tallemant des Réaux à l'admiration inconditionnelle de Saint-Simon, de la quasi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xiii/#i_1225

MARIE DE MÉDICIS (1573-1642) reine de France

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 520 mots

Reine de France, née le 26 avril 1573 à Florence, morte le 3 juillet 1642 à Cologne. Fille de François de Médicis, grand duc de Toscane, et de Jeanne d'Autriche, Marie de Médicis épouse en octobre 1600 Henri IV, tout juste divorcé de Marguerite de Valois. Le roi espère ainsi mettre la main sur une dot confortable qui lui permette de rembourser ses dettes. En 1601, la nouvelle reine donne naissanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-de-medicis/#i_1225

MARILLAC MICHEL DE (1563-1632)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 663 mots

Garde des Sceaux de France, Michel de Marillac était fils d'un avocat général au parlement de Paris. Il entra dans les ordres et opta pour le parlement, dont il devint conseiller, étape importante avant d'entrer au Conseil, comme maître des requêtes, puis comme conseiller d'État. Ligueur, il se rallia à Henri IV, puis fut recommandé à Richelieu, qui lui donna, en 1624, la surintendance des Finance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-de-marillac/#i_1225

NU-PIEDS RÉVOLTE DES (1639-1640)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 424 mots

Une des nombreuses « émotions » qui troublent la période 1623-1648. La révolte des Nu-Pieds, soulèvement populaire de Normandie, est à la fois rurale et citadine ; elle fut châtiée par une expédition punitive du chancelier Séguier en personne. Dans l'Avranchin en 1639, le bruit s'était répandu que le gouvernement allait interdire le sel blanc et établir la gabelle. Le pays jouissait du privilège d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolte-des-nu-pieds/#i_1225

ORLÉANS GASTON duc d' (1608-1660)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 581 mots

Prince français, né le 25 avril 1608 à Fontainebleau, mort le 2 février 1660 à Blois. Troisième fils du roi Henri IV et de Marie de Médicis, Gaston reçoit dans un premier temps le titre de duc d'Anjou. Seul frère survivant de Louis XIII, il prend le titre de « Monsieur » à partir de 1611. La première de ses nombreuses révoltes et intrigues contre l'autorité royale éclate en 1626, lorsque le puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-orleans/#i_1225

RELIGION GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 619 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre de Trente Ans (1618-1648) »  : […] Comme Henri II, Richelieu, malgré la mauvaise humeur du parti dévot, aida de plus en plus nettement les protestants étrangers en lutte contre les Habsbourg, au point de faire intervenir directement la France en 1635 dans la guerre de Trente Ans (1618-1648). L'incendie se propagea à partir de trois foyers : les Provinces-Unies que l'Espagne désirait reconquérir ; l'Allemagne où, en 1608, s'était c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion/#i_1225

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le mécénat public »  : […] Aux xv e  et xvi e  siècles, l'activité artistique d'un centre urbain n'est pas nécessairement liée à la prospérité économique ; qui plus est, certaines villes prospères (par exemple Gênes) ne connaissent pas de courants novateurs ; c'est qu'il n'y a dans ces villes ni de cour ni de mouvement cult […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_1225

RENAUDOT THÉOPHRASTE (1586-1653)

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 714 mots

La carrière de Renaudot est des plus curieuses : elle révèle une grande opiniâtreté, beaucoup d'intelligence, de réels talents d'intrigue et surtout une remarquable curiosité. Bien que trop souvent ignoré par l'histoire, le père de La Gazette fut un des esprits les plus remarquables de son temps. Né dans une famille protestante aisée, Renaudot quitta Loudun (Vienne) en 1605 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophraste-renaudot/#i_1225

RICHELIEU, Indre-et-Loire

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 666 mots

La petite ville de Richelieu, chef-lieu de canton de l'arrondissement de Chinon, située dans la vallée du Mable aux confins de la Touraine et du Poitou, fut fondée en 1631 sur un plan régulier par le cardinal de Richelieu. En 1621, après la mort de son frère aîné, Armand Jean du Plessis avait racheté le fief de Richelieu, qui appartenait à sa famille depuis le xv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richelieu-indre-et-loire/#i_1225

SÉGUIER PIERRE (1588-1672) chancelier de France

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 394 mots

Type parfait de l'homme du pouvoir, Pierre Séguier est prêt à accepter n'importe quelle tâche délicate et impopulaire. Il y a là une part, réelle, d'esprit de fidélité à la monarchie (mais qui a ses limites) et du besoin d'être du côté du pouvoir, pour lui-même et pour sa famille. Il a su choisir son camp, et y rester même au moment des difficultés. Neveu d'Antoine Séguier, conseiller d'État et av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-seguier/#i_1225

Voir aussi

Pour citer l’article

Victor-Lucien TAPIÉ, « RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-jean-du-richelieu/