ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jean-Yves Empereur

Jean-Yves Empereur
Crédits : CEAlex/ D.R.

photographie

Statue de Riace

Statue de Riace
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini

photographie

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [1]

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [1]
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [2]

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [2]
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


L'archéologie navale

Des nombreux domaines touchés par l'archéologie sous-marine, c'est incontestablement l'archéologie navale qui en a tiré le plus de bénéfice en ayant enfin la possibilité d'étudier directement les vestiges des navires antiques.

La première étude importante d'architecture navale fut ainsi réalisée sur les navires trouvés dans le lac de Nemi, en raison de leur caractère et de leur état de conservation exceptionnels. Cependant, à mesure que les fouilles d'épaves mettaient en évidence la présence fréquente d'importants vestiges de la coque sous les cargaisons, l'intérêt pour l'architecture navale antique s'accrut, notamment sous l'impulsion de F. Dumas qui fut l'un des premiers à s'intéresser aux restes des navires, pour eux-mêmes et à réaliser, sur l'épave de la Chrétienne A près d'Anthéor en 1961-1962, un relevé entièrement sous-marin d'une coque antique.

Jusqu'au début des années quatre-vingt, une quarantaine d'épaves antiques, allant du ive siècle avant J.-C. au viie siècle après J.-C., ont livré des restes de coque suffisamment importants pour être significatifs et permettre de définir les principes essentiels de la construction navale gréco-romaine. La structure du bateau antique, à l'exemple de celle du navire de la Madrague de Giens, apparaît ainsi très évoluée, avec une quille importante, un bordé simple ou double, parfois revêtu d'une protection de feuilles de plomb pour protéger le bois de l'attaque des xylophages, une charpente interne complète (varangues, couples, allonges) et de nombreux éléments de renfort longitudinaux (préceintes, serres, carlingue, emplanture). Mais ce qui caractérise avant tout le navire antique c'est l'importance accordée au bordé, dont toutes les planches sont soigneusement assemblées entre elles au moyen d'innombrables languettes chevillées dans des mortaises, alors qu'en revanche les éléments de la charpente interne, indépendants entre eux et simplement chevillés au bordé, ne constituent pas un ensemble homogène. L. Casson fut le premier à montrer que ces caractéristiques impliquaient un principe de construction [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les époques tardives »  : […] De l'autre côté du ravin, le même banc rocheux comporte un autre grand tombeau, celui de Bakenrenêf (Bocchoris), vizir de Psammétique I er , le premier souverain (664-610 av. J.-C.) de la dynastie saïte ; le décor, fort beau, a conservé une partie de sa polychromie éclatante. Des travaux importants y ont été menés par le professeur Edda Bresciani, dirigeant une mission de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-archeologie/#i_53016

EMPEREUR JEAN-YVES (1952- )

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 1 041 mots
  •  • 1 média

Archéologue helléniste qui s'est spécialisé dans les fouilles subaquatiques auprès des précurseurs français André Tchernia et Patrice Pomey, Jean-Yves Empereur s'est fait connaître du grand public lors des fouilles du phare d'Alexandrie. On se souvient notamment des images montrant le face-à-face entre un plongeur sous-marin et un sphinx pharaonique. Né au Mans en 1952, Jean-Yves Empereur acquiert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-yves-empereur/#i_53016

LA GLOIRE D'ALEXANDRIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 1 395 mots

L'exposition La Gloire d'Alexandrie a mis, du 7 mai au 26 juillet 1998, Paris à l'heure de la métropole de l'Égypte gréco-romaine. Des objets spectaculaires, comme la statue colossale d'un roi Ptolémée, reconstituée à partir d'éléments trouvés dans les fouilles sous-marines du phare, ou la mosaïque du « chien penaud », qui ornait sans doute une salle de banquet des palais r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-gloire-d-alexandrie/#i_53016

Voir aussi

Pour citer l’article

André TCHERNIA, Patrice POMEY, « ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-sous-marine/