ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

L'archéologie navale

Des nombreux domaines touchés par l'archéologie sous-marine, c'est incontestablement l'archéologie navale qui en a tiré le plus de bénéfice en ayant enfin la possibilité d'étudier directement les vestiges des navires antiques.

La première étude importante d'architecture navale fut ainsi réalisée sur les navires trouvés dans le lac de Nemi, en raison de leur caractère et de leur état de conservation exceptionnels. Cependant, à mesure que les fouilles d'épaves mettaient en évidence la présence fréquente d'importants vestiges de la coque sous les cargaisons, l'intérêt pour l'architecture navale antique s'accrut, notamment sous l'impulsion de F. Dumas qui fut l'un des premiers à s'intéresser aux restes des navires, pour eux-mêmes et à réaliser, sur l'épave de la Chrétienne A près d'Anthéor en 1961-1962, un relevé entièrement sous-marin d'une coque antique.

Jusqu'au début des années quatre-vingt, une quarantaine d'épaves antiques, allant du ive siècle avant J.-C. au viie siècle après J.-C., ont livré des restes de coque suffisamment importants pour être significatifs et permettre de définir les principes essentiels de la construction navale gréco-romaine. La structure du bateau antique, à l'exemple de celle du navire de la Madrague de Giens, apparaît ainsi très évoluée, avec une quille importante, un bordé simple ou double, parfois revêtu d'une protection de feuilles de plomb pour protéger le bois de l'attaque des xylophages, une charpente interne complète (varangues, couples, allonges) et de nombreux éléments de renfort longitudinaux (préceintes, serres, carlingue, emplanture). Mais ce qui caractérise avant tout le navire antique c'est l'importance accordée au bordé, dont toutes les planches sont soigneusement assemblées entre elles au moyen d'innombrables languettes chevillées dans des mortaises, alors qu'en revanche les éléments de la charpente interne, indépendants entre eux et simplement chevillés au bordé, ne constituent pas un ensemble homogène. L. Casson fut le premier à montrer que ces caractéristiques impliquaient un principe de construction dit « en coquille », dans lequel les membrures ne sont introduites qu'après l'assemblage préalable du bordé afin de renforcer la coque. Ce principe de construction, bien attesté encore de nos jours, notamment en Scandinavie et dans l'océan Indien, procède en somme à l'inverse de la méthode dite « sur squelette », qui nous est plus familière, et dans laquelle les couples sont d'abord implantés sur la quille avant d'être revêtus des planches du bordé. L'étude des épaves tardives, et notamment du navire byzantin du viie siècle de Yassi Ada, où l'assemblage du squelette prend une importance croissante au détriment de celui du bordé, montre que la transition entre les deux méthodes fondamentales s'est faite vers la fin de l'Empire romain et au cours du Haut Moyen Âge.

Mais si l'étude des épaves a conduit avant tout à renouveler profondément la connaissance de la construction navale antique, elle permet aussi d'aborder sous un jour nouveau le problème de la capacité et des qualités nautiques des navires de commerce antiques. Ainsi, à côté des petits caboteurs d'une quinzaine de mètres de longueur, portant une vingtaine de tonnes de charge utile, bien attestés par les épaves de Kyrenia, de la Chrétienne C ou de Cavalière, le navire de la Madrague de Giens, long d'une quarantaine de mètres pour une capacité de charge d'environ 400 tonnes et celui d'Albenga, plus important encore, montrent qu'à la fin de la République romaine les plus gros navires pouvaient transporter de 400 à 600 tonnes de cargaison, confirmant sur ce point le témoignage des textes anciens. D'autre part, l'étude des formes de la carène[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Patrice POMEY : chargé de recherche au C.N.R.S.
  • André TCHERNIA : maître assistant à l'université de Provence, centre d'Aix-en-Provence

Classification

Pour citer cet article

Patrice POMEY, André TCHERNIA, « ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Médias

Jean-Yves Empereur

Jean-Yves Empereur

Jean-Yves Empereur

Spécialiste de la fouille sous-marine, Jean-Yves Empereur a permis de redessiner le visage de…

Statue de Riace

Statue de Riace

Statue de Riace

La statue A (hauteur : 2,05 m), l'un des deux bronzes découverts en 1972 au large de Riace en…

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [1]

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [1]

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [1]

Shémas des assemblages des coques antiques (d'après l'épave de « La Madrague de Giens »).

Autres références

  • ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologue et le terrain

    • Écrit par François GILIGNY
    • 4 296 mots
    • 5 médias
    L’archéologie nécessite souvent des moyens adaptés et des personnels très qualifiés. En milieu contraint, comme en archéologie sous-marine et subaquatique, la profondeur et les courants rendent parfois l’accès aux sites très compliqué et limité (respect des paliers de décompression pour les plongeurs...
  • ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

    • Écrit par Jean LECLANT
    • 9 512 mots
    • 9 médias
    Ne quittons pas l'Égypte sans mentionner un domaine tout nouveau qui s'offre à la recherche : l'archéologie sous-marine. Alexandrie, la capitale de l'Égypte gréco-romaine – où le roi macédonien, successeur d'Alexandre, tout comme l'empereur romain a continué, durant des siècles, à apparaître en Pharaon...
  • EMPEREUR JEAN-YVES (1952- )

    • Écrit par Olivier PICARD
    • 1 045 mots

    Archéologue helléniste qui s'est spécialisé dans les fouilles subaquatiques auprès des précurseurs français André Tchernia et Patrice Pomey, Jean-Yves Empereur s'est fait connaître du grand public lors des fouilles du phare d'Alexandrie. On se souvient notamment des images montrant...

  • LA GLOIRE D'ALEXANDRIE (exposition)

    • Écrit par Olivier PICARD
    • 1 396 mots

    L'exposition La Gloire d'Alexandrie a mis, du 7 mai au 26 juillet 1998, Paris à l'heure de la métropole de l'Égypte gréco-romaine. Des objets spectaculaires, comme la statue colossale d'un roi Ptolémée, reconstituée à partir d'éléments trouvés dans les fouilles sous-marines du phare, ou la...

Voir aussi