ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les sites archéologiques sous-marins

Les épaves

Par leur nombre, par l'importance du matériel remonté de certaines d'entre elles, par la curiosité que suscite l'évocation d'un naufrage brutal et toujours mystérieux, les épaves constituent les sites de fouilles sous-marines les plus spectaculaires. Elles sont le plus souvent chargées d'amphores et c'est à ces grands vases de terre cuite, indestructibles, qu'on doit la conservation de la plupart d'entre elles : un navire chargé de sacs ou de tonneaux de bois pourrit rapidement sous la mer. Mais des cargaisons d'une autre nature ont été conservées : statues de bronze et de marbre à Mahdia, à Anticythère, au cap Artémision, colonnes de marbre à Mahdia et à Saint-Tropez, sarcophages attendant encore la taille de leurs bas-reliefs à San Pietro, près de Tarente, tuiles, barres de fer ou lingots de plomb, de cuivre et d'étain sur plusieurs gisements de Méditerranée occidentale.

Les épaves sont souvent situées à proximité d'un récif, où plusieurs peuvent même s'être superposées, ce qui pose des problèmes de fouille particulièrement difficiles. Mais on en trouve aussi en pleine eau, soit que le bateau ait chaviré, soit qu'après s'être ouvert sur un haut-fond il n'ait pas pu gagner la côte où son équipage cherchait à l'échouer.

L'aspect de l'épave dépend d'abord de la position du bateau quand il arrive au fond : la « belle épave » est en général celle d'un navire qui a coulé sans se retourner, sur un fond plat, sous plus de 15 mètres d'eau. À une profondeur moindre, le mouvement des vagues se fait encore sentir et bouleverse l'ordonnance du matériel. Une fois le naufrage accompli, les mouvements de la mer et les phénomènes biologiques agissent sur l'épave jusqu'à ce qu'un équilibre soit atteint. Selon la nature du sol, la partie inférieure s'envase plus ou moins. Les parois de la coque, dépassant du sable, sont rongées par les tarets et par l'eau. Elles s'effondrent, une partie de la cargaison se répand. Si le sol est en pente, elle peut rouler plus bas. Sinon elle se déverse sur les flancs du bateau. Le monticule fait obstacle [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Jean-Yves Empereur

Jean-Yves Empereur
Crédits : CEAlex/ D.R.

photographie

Statue de Riace

Statue de Riace
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [1]

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [1]
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [2]

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [2]
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les époques tardives »  : […] De l'autre côté du ravin, le même banc rocheux comporte un autre grand tombeau, celui de Bakenrenêf (Bocchoris), vizir de Psammétique I er , le premier souverain (664-610 av. J.-C.) de la dynastie saïte ; le décor, fort beau, a conservé une partie de sa polychromie éclatante. Des travaux importants y ont été menés par le professeur Edda Bresciani, dirigeant une mission de l'université de Pise. Le […] Lire la suite

EMPEREUR JEAN-YVES (1952- )

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 1 041 mots
  •  • 1 média

Archéologue helléniste qui s'est spécialisé dans les fouilles subaquatiques auprès des précurseurs français André Tchernia et Patrice Pomey, Jean-Yves Empereur s'est fait connaître du grand public lors des fouilles du phare d'Alexandrie. On se souvient notamment des images montrant le face-à-face entre un plongeur sous-marin et un sphinx pharaonique. Né au Mans en 1952, Jean-Yves Empereur acquiert […] Lire la suite

LA GLOIRE D'ALEXANDRIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 1 395 mots

L'exposition La Gloire d'Alexandrie a mis, du 7 mai au 26 juillet 1998, Paris à l'heure de la métropole de l'Égypte gréco-romaine. Des objets spectaculaires, comme la statue colossale d'un roi Ptolémée, reconstituée à partir d'éléments trouvés dans les fouilles sous-marines du phare, ou la mosaïque du « chien penaud », qui ornait sans doute une salle de banquet des palais royaux et que les trava […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrice POMEY, André TCHERNIA, « ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-sous-marine/