HELLADIQUE ARCHÉOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est à la suite des travaux d'Arthur Evans en Crète, au début du xxe siècle, que l'histoire de la Grèce continentale à l'Âge du bronze (IIIe et IIe millénaire av. J.-C.) fut caractérisée par le terme d'Helladique, qui la distinguait de la Crète (domaine minoen) et des Cyclades (domaine cycladique), mais en même temps l'insérait dans un schéma tripartite analogue à ceux de ces régions : Helladique ancien (H.A.), Helladique moyen (H.M.) et Helladique récent (H.R.).

Pendant longtemps, la connaissance du monde helladique se réduisit presque au riche matériel « proto-mycénien » découvert dans les tombes du Cercle A de Mycènes et, pour la fin de l'Helladique récent, à l'abondante documentation concernant la civilisation mycénienne proprement dite. Le déchiffrement de l'écriture linéaire B, en 1952, vint en situer la langue aux origines de la langue grecque, cependant que les tablettes révélaient peu à peu une organisation sociale complexe et une économie centralisée.

Ce tableau s'est trouvé enrichi, au même moment, par la découverte du Cercle B à Mycènes et par le foisonnement des documents mycéniens. Mais depuis 1955, les recherches ont surtout modifié la vision que l'on avait des périodes antérieures, en révélant l'évolution qui s'opérait à l'Helladique ancien dans le nord-est du Péloponnèse, puis la séparation qui se produisait, à l'Helladique moyen, entre quelques régions dynamiques et une majorité attachée à un mode de vie hérité du Néolithique. Elles ont ainsi permis de mieux comprendre comment on pouvait assister, au début de l'Helladique récent, à une éclosion comme celle qui se manifeste dans les Cercles funéraires de Mycènes.

Le domaine helladique, cependant, ne se confond pas avec la Grèce continentale. Outre qu'il ne s'étend que du Péloponnèse à la Thessalie, une région comme l'Attique appartient plutôt, à l'Helladique ancien, au monde cycladique, tandis qu'à l'Helladique moyen des îles comme Égine et même Kéos restent dans l'orbite continentale, et que l'Eubée connaît, selon les périodes, des appartenances diverses. Quant à l'ouest de la Grèce centrale, il est plutôt mal connu à l'Âge du bronze.

Des origines à l'Helladique ancien ( ?-1950 av. J.-C.)

La première occupation humaine bien attestée, en Thessalie et surtout en Élide et en Épire, date du Paléolithique moyen (44 000-35 000 B.P.). Au Paléolithique supérieur (26 000-10 000 B.P.), le peuplement s'étend à l'Argolide, probablement aussi au Magne, aux îles Ioniennes et à l'Eubée ; dès la fin de la période, la navigation semble connue, puisque l'obsidienne de Mélos apparaît à Franchthi en Argolide. L'époque mésolithique, qui n'est attestée qu'à Franchthi, voit peut-être la naissance des premières pratiques agricoles.

La période néolithique, en revanche, est bien documentée, d'abord en Thessalie, où les tells sont nombreux et certains fouillés depuis longtemps, mais aussi dans les Sporades, en Grèce centrale, en Eubée, en Attique et en Argolide. Dès le début du Néolithique ancien, le mode de vie présente l'ensemble des caractères du Néolithique : construction de maisons « en dur » dans des habitats sédentaires, pratique de l'agriculture et de l'élevage, maîtrise des techniques de la poterie. L'évolution des types céramiques conduit à distinguer le Néolithique moyen, défini par la « culture » dite de Sesklo, mais c'est au Néolithique récent, ou Chalcolithique, qu'apparaissent de véritables innovations, en particulier la pratique de la métallurgie du cuivre, qui vient compléter l'emploi, déjà connu, des métaux natifs.

Le début de l'Helladique ancien est marqué par une rupture stratigraphique nette, due à un déplacement de l'habitat et peut-être à l'installation de nouveaux groupes humains. L'Helladique ancien I est caractérisé par la raréfaction des objets décorés et la prédominance d'une céramique rouge lissée, qui porte quelquefois des décors incisés et imprimés analogues à ceux des Cyclades. L'Helladique ancien II, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HELLADIQUE ARCHÉOLOGIE  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 215 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Acropole préhistorique et mycénienne »  : […] Des buttes rocheuses dont le chapelet s'égrène du nord au sud dans l'ample cuvette que circonscrivent l'Hymette, le Pentélique et le Parnès, l'Acropole, avec son plateau artificiellement agrandi de 27 000 mètres carrés qui culmine à 156 mètres, n'est ni la plus haute ni la plus vaste. Sans doute est-ce aux deux sources qui la flanquent, au sud (Asclépieion) et au nord-ouest (Clepsydra), qu'elle du […] Lire la suite

MYCÉNIENNE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 199 mots
  •  • 1 média

La civilisation mycénienne a été ainsi appelée du nom de Mycènes (Argolide), son premier site à avoir été fouillé (1874). Sa phase finale, durant l'Helladique Récent III B (1300-1200) est bien connue, grâce au déchiffrement, en 1952, de l'écriture linéaire B, qui a révélé que la langue de ces Achéens, établis de Chypre à la Sicile, était déjà du grec. Les palais, désormais protégés – sauf à Pylos  […] Lire la suite

ÉCOLE FRANÇAISE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 2 035 mots

Fondée dans le grand élan de philhellénisme qui accompagna la libération de la Grèce du joug ottoman, « l'École française de perfectionnement pour l'étude de la langue, de l'histoire, des antiquités grecques » (ordonnance royale de 1846), le plus ancien établissement scientifique à l'étranger et le premier institut archéologique à s'établir à Athènes, est désormais définie comme un centre de rech […] Lire la suite

HABITATS PRÉ- & PROTOHISTORIQUES (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 966 mots
  •  • 2 médias

L'affinement des méthodes de fouilles et d'analyse des données archéologiques a permis d'obtenir depuis 1945 des renseignements beaucoup plus précis sur les périodes préhistoriques de ce qui allait être la Grèce. On a ainsi découvert que la présence humaine y était bien antérieure à ce que l'on avait cru d'abord : elle est attestée maintenant depuis le Paléolithique moyen (Moustérien : 80 000-35 0 […] Lire la suite

MYCÈNES

  • Écrit par 
  • Pascal DARCQUE, 
  • Jean-Claude POURSAT
  • , Universalis
  •  • 4 807 mots
  •  • 8 médias

Centrée sur la Crète et rayonnant sur la mer Égée vers 2000 avant J.-C., la civilisation minoenne va connaître le déclin à la suite des conquêtes menées par les Mycéniens, à partir de 1600 avant J.-C. De ses racines helladiques et des influences minoennes qui vont suivre, Mycènes conserve de nombreux traits architecturaux, notamment dans l'art du palais. L'art mycénien puise son inspiration dans […] Lire la suite

MYLONAS GEORGE (1898-1988)

  • Écrit par 
  • Pascal DARCQUE
  •  • 460 mots

Le nom de George Mylonas restera sans doute attaché à celui de Mycènes. Pourtant, c'est seulement en 1951 que l'archéologue grec, ayant déjà derrière lui une carrière universitaire brillante, une œuvre scientifique abondante et une solide réputation internationale, fouille pour la première fois sur ce site auquel il restera lié jusqu'à la fin de sa vie. Originaire d'Izmir, Smyrne pour les Grecs, G […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René TREUIL, « HELLADIQUE ARCHÉOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-helladique/