ÉPIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La délimitation de l'Épire, tardivement rattachée à la Grèce, reste une question controversée entre cet État et l'Albanie : la frontière de 1922 a laissé des Grecs dans le nord de la région (l'Épire du Nord pour Athènes), actuellement albanaise, et, dans le sud, des Albanais dont la plupart ont quitté le territoire grec en 1944. En 1993, une crise éclate à propos de l'expulsion par Tirana d'un prêtre orthodoxe grec accusé d'activisme nationaliste dans le sud de l'Albanie. Par mesure de rétorsion, le gouvernement grec fait reconduire à la frontière des immigrés albanais qui sont au nombre de 300 000 et souvent en situation irrégulière. Après des épisodes violents tant en Albanie qu'en Grèce, la tension finit par s'apaiser. L'Épire, province montagneuse est restée longtemps à l'écart des courants de modernisation ; les échanges se heurtaient à de hauts bastions calcaires médiocrement boisés. Cet ensemble plissé appartient au système appelé dinarique ; il se compose de plis, de charriages, de chevauchements, d'abrupts de faille de direction nord - nord-ouest sud - sud-est ; quelques alvéoles ont été dégagés dans le flysch tendre, mais l'allure générale est donnée par la présence des calcaires durs et purs du Trias au Crétacé. La sylviculture et surtout l’élevage sont les principales activités agricoles, alors que le secteur secondaire se consacre aux industries agroalimentaires. En 1998, primaire et secondaire représentaient 25 p. 100 de la population active, les services formant l’autre moitié. Le taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale. Avec un maximum de 352 000 habitants en 1961, la population est revenue, en 1991, à 339 000 habitants, soit un niveau à peu près équivalent à celui de 1951. La population, qui a augmenté entre les deux derniers recensements (353 800 hab. en 2001), était en baisse constante depuis les années 1960. Les villages se vident, les bourgades s’étiolent, seule la ville de Ioannina, avec son université dynamique, voit sa population augmenter (85 000 hab. en 2001), au carrefour des voies de passage du col du Pinde, attirant par ailleurs le tourisme par les monuments qui attestent son rôle passé. Arta s’est également développée grâce à l’essor des agrumes cultivés dans la plaine irrigable ; mais le vieux port de Préveza stagne, tandis que l'escale d'Igoumenitsa ne doit son essor qu'au trafic touristique saisonnier.

Grèce : carte administrative

Grèce : carte administrative

carte

Carte administrative de la Grèce. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

—  Pierre-Yves PÉCHOUX

Écrit par :

  • : maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail, expert de l'Organisation des Nations unies à Chypre

Classification


Autres références

«  ÉPIRE  » est également traité dans :

‘ALĪ PACHA DE TÉBELEN (1744-1822)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 254 mots

Ayant commencé sa carrière dans différents postes militaires en Épire, ‘Ālī pacha s'illustre dans la guerre contre les Autrichiens (1787-1792) ; nommé gouverneur de Roumélie en 1802, il réprime une révolte des soldats albanais en Thrace, puis devient gouverneur de Tríkkala et de Yanya (Jannina) ; il étend de son propre chef son autorité sur une grande partie de l'Épire et de l'Albanie (1809-1810). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ali-pacha/#i_1568

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 290 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le désastre d'Andrinople »  : […] On ne peut ici que résumer brièvement l'œuvre de restauration menée à bien par les Lascaris. Le centre en fut Nicée, où Théodore avait trouvé refuge. De cette place très forte qui barrait la route de l'Asie Mineure aux attaques venues de Constantinople et qui était en même temps un centre religieux vénéré des Grecs, Théodore fit une capitale administrative et un centre de culture, d'ailleurs bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-l-empire-byzantin/#i_1568

GRÈCE - Espace et société

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL
  •  • 6 408 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des dissymétries régionales maintenues »  : […] L'ampleur des mutations géographiques, économiques, sociales et politiques qui ont affecté la Grèce depuis l'après-guerre a profondément bouleversé les équilibres géographiques et les paysages humains du pays. Pendant longtemps, le résultat d'ensemble a pu se résumer au partage entre un espace utile, concentrant sur un territoire restreint les hommes et les activités dynamiques, et des espaces pér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-espace-et-societe/#i_1568

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La grande peinture et la cour des rois de Macédoine »  : […] À côté d'Agatharchos de Samos, auteur d'un traité de « scénographie », d'Apollodore d'Athènes, l'« inventeur » de la technique des ombres et des lumières, se détachent les figures emblématiques et rivales de Zeuxis et Parrhasios, artistes itinérants, à la mise excentrique, vendant ou donnant leurs œuvres selon leur gré, véritables pendants dans l'art pictural des sophistes dans le domaine de la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-les-arts-de-la-grece/#i_1568

HELLADIQUE ARCHÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • René TREUIL
  •  • 4 118 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des origines à l'Helladique ancien ( ?-1950 av. J.-C.) »  : […] La première occupation humaine bien attestée, en Thessalie et surtout en Élide et en Épire, date du Paléolithique moyen (44 000-35 000 B.P.). Au Paléolithique supérieur (26 000-10 000 B.P.), le peuplement s'étend à l' Argolide, probablement aussi au Magne, aux îles Ioniennes et à l'Eubée ; dès la fin de la période, la navigation semble connue, puisque l'obsidienne de Mélos apparaît à Franchthi en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-helladique/#i_1568

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉCHOUX, « ÉPIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epire/