Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EUBÉE

Grèce : carte administrative

Grèce : carte administrative

L'île d'Eubée (3 657 km2) est reliée à la Grèce centrale par un pont mobile qui franchit le détroit de l'Euripe. Les heures de marée diffèrent d'une rive à l'autre, si bien que s'y produisent, en dépit d'un marnage faible, de forts courants de marée. En outre, grâce à un dense réseau de bacs, elle est mieux reliée aux côtes toutes proches de la Phtiotide, de la Béotie et de l'Attique que ne le sont entre elles ses différentes unités ; c'est le domaine des massifs de marbres au sud-est, des calcaires et des roches vertes au centre, des dolomies et des schistes cristallins au nord-ouest, rappelant que cette île est découpée à travers les différentes unités isopiques de la Grèce interne ; les effondrements tertiaires peuvent expliquer la juxtaposition de bassins renfermant des gisements de lignite (Limni, Kimi, Alivèri) et de montagnes élevées (Dirfi, 1 743 m) ainsi que la présence de petits volcans ; une tectonique parfois très récente est responsable du découpage des côtes. Le versant nord-est de l'île, exposé aux vents étésiens chargés d'humidité, est souvent très boisé alors que le versant sud-ouest, plus sec, est dénudé.

La population de l'île s'est accrue depuis le début des années 1980 pour atteindre 215 000 habitants (2001) ; mais la population rurale décline et les habitants se concentrent dans les centres miniers (Mandoudi), les escales et les stations balnéaires (Edipsos, Karistos) ; ils se maintiennent aussi dans quelques villages, au centre de plaines agricoles irrigables (Psakhna, Istiaia), et surtout à Chalcis (53 600 hab. en 2001), chef-lieu de l'île, qui doit à l'agglomération d'Athènes, dont elle est devenue un satellite industriel, sa croissance récente très rapide. Mais, entre ce petit centre, transformé en ville, et les villages les plus reculés, les écarts de niveaux de vie demeurent considérables.

— Pierre-Yves PÉCHOUX

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail, expert de l'Organisation des Nations unies à Chypre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Grèce : carte administrative

Grèce : carte administrative

Autres références

  • CHALCIS

    • Écrit par Claude MOSSÉ
    • 318 mots
    • 1 média

    L'une des deux principales cités de l'île d'Eubée, l'autre étant Érétrie, où se développe très tôt une importante activité métallurgique. C'est peut-être la recherche des métaux qui amena les gens de Chalcis à fonder dès le milieu du ~ viiie siècle un établissement...

  • CYCLADES ART ET ARCHÉOLOGIE DES

    • Écrit par Jean-Claude POURSAT, René TREUIL
    • 4 783 mots
    • 3 médias

    L'évolution des Cyclades à l'Âge du bronze – IIIe et IIe millénaire avant J.-C. – fut au début du xxe siècle subdivisée par Evans en périodes appelées Cycladique ancien (C.A.), Cycladique moyen (C.M.) et Cycladique récent (C.R.). Ce schéma tripartite soulignait l'évidente parenté...

  • HELLADIQUE ARCHÉOLOGIE

    • Écrit par René TREUIL
    • 4 135 mots
    • 1 média
    Les pratiques funéraires ne sont guère connues qu'en Attique (Haghios Kosmas) et en Eubée (Manika). La plupart des tombes sont désormais regroupées dans de véritables cimetières, qui peuvent être très importants : celui de Manika pourrait comporter 4 000 tombes ; à Thèbes, un tumulus paraît préfigurer...

Voir aussi