ARBITRAGE, finance

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une stratégie financière

Dans le domaine de la finance, le terme arbitrage renvoie à une pratique qui ne laisse aucune place au jugement de valeur. Dans l'acception la plus large, arbitrer, en finance, signifie choisir parmi plusieurs stratégies similaires la plus avantageuse. Par extension, ce terme évoque la possibilité de réaliser un gain sans risque. Une opportunité d'arbitrage se définit comme une stratégie d'investissement financier qui, en combinant plusieurs opérations, assure un profit et ne nécessite aucune mise de fonds initiale.

L'arbitrage le plus simple consiste à acheter un actif (une action, une obligation, une devise, etc.) sur une place financière avec la certitude de le revendre immédiatement, et plus cher, sur une autre place. Un autre arbitrage élémentaire consiste à emprunter à taux fixe pour prêter instantanément à un taux fixe plus élevé. Avec la libéralisation des mouvements de capitaux et le développement des moyens de communication, des arbitrages aussi simples sont devenus de plus en plus rares. Certes, on peut encore parfois trouver de petites différences de prix entre deux actifs financiers identiques, mais cela ne signifie pas que l'on puisse à coup sûr faire un profit sans risque ; il faut encore tenir compte des coûts de transaction (de la même manière qu'en vertu de la loi du prix unique, un même bien vendu sur deux marchés doit avoir le même prix, au coût de transport près). Que l'on trouve de moins en moins d'écarts de prix entre les marchés ne signifie pas que les arbitragistes perdent désormais leur temps. Le développement des marchés s'est accompagné d'une sophistication accrue des produits, mais il est encore possible, au prix de stratégies parfois fort complexes, de profiter de certaines imperfections de marché. Et même si les gains sont modestes relativement aux montants engagés, l'arbitrage reste une activité fort répandue au [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARBITRAGE, finance  » est également traité dans :

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nature et mesure des anticipations »  : […] La distinction suggérée par Gunnar Myrdal (1933) entre l' ex ante (a priori) et l' ex post (a posteriori) est au cœur de la dynamique économique : il n'y a aucune raison pour que les prévisions coïncident exactement avec les variations effectives ; de l'écart constaté par les agents entre les deux types de grandeurs découlent des adaptations de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticipations-economie/#i_39309

CASSEL KARL GUSTAV (1866-1945)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 486 mots

Économiste suédois né le 20 octobre 1866 à Stockholm, mort le 14 janvier 1945 à Djursholm, dans la banlieue de Stockholm. Karl Gustav Cassel étudie à l'université d'Uppsala, puis à celle de Stockholm où il devient professeur d'économie de 1904 à 1933. Il occupe le devant de la scène internationale grâce à sa contribution sur les problèmes monétair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-gustav-cassel/#i_39309

FINANCE DE MARCHÉ - Marchés de capitaux

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 7 775 mots

Dans le chapitre « L'arbitrage »  : […] Les arbitragistes sont à l'affût des différences de cours et de taux d'intérêt qui peuvent exister, momentanément, entre différentes places ou différents compartiments de marché. Lorsque l'opportunité se présente, l'arbitrage qu'ils effectuent, combinant souvent plusieurs opérations d'achat et de vente, au comptant et à terme, leur permet de réali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finance-de-marche-marches-de-capitaux/#i_39309

FINANCE DE MARCHÉ - Théorie des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON
  •  • 6 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles d'arbitrage »  : […] Comparés aux modèles d'équilibre général tels que le CAPM ou le CCAPM, les modèles d'arbitrage sont des modèles qui reposent sur une seule propriété de l'équilibre général (l'APT cité plus haut en fait partie). Il s'agit de la propriété d'absence d'opportunité d'arbitrage (AOA) qui est forcément satisfaite sur tout marché en équilibre. Ce concept […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finance-de-marche-theorie-des-marches-financiers/#i_39309

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « La théorie des anticipations »  : […] L'évaluation des prix d'actifs repose toujours sur le principe de l'arbitrage. L'arbitrage est une opération qui vise à réaliser un profit en tirant parti de la différence entre les rendements attendus sur les différents placements. En l'absence d'aversion pour le risque, ces opérations pratiquées par un grand ensemble d'agents conduisent à égalis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-d-interet/#i_39309

Voir aussi

Pour citer l’article

Gunther CAPELLE-BLANCARD, « ARBITRAGE, finance », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arbitrage-finance/