ARBITRAGE, finance

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le langage courant, arbitrer c'est choisir entre plusieurs alternatives. Mais la notion d'arbitrage est sous-tendue par l'idée d'avis, de jugement : la décision est ici raisonnée tandis qu'un simple choix peut être instinctif ou passionnel. La notion d'arbitrage est souvent associée au sport, où l'arbitre doit veiller au respect des règles mais aussi décider de leur application. Le terme arbitrage est aussi utilisé en politique, lorsque la puissance publique tranche en faveur de telle ou telle revendication. La notion est également courante en droit. Il s'agit d'une procédure particulière qui constitue une alternative au procès : les deux parties confient à des personnes privées le soin de trouver une solution à leur différend et, le cas échéant, de trancher le litige qui les oppose (arbitration en anglais).

En économie, l'arbitrage ne met pas forcément en jeu une tierce personne : c'est à chacun d'arbitrer. Chaque individu arbitre entre acheter tel bien ou tel autre, entre un peu plus de revenus ou un peu plus de loisirs... Chaque entreprise arbitre entre investir dans l'achat de nouveaux équipements ou employer davantage de salariés, entre solliciter un crédit ou émettre des titres... Le gouvernement arbitre, à court terme, entre déficit public et augmentation des impôts, entre augmentation des cotisations retraite et baisse des pensions... L'arbitrage est général et permanent : l'homo œconomicus est une machine à faire des choix rationnels. C'est l'un des principes fondateurs de cette discipline, que l'on ne retrouve pas avec autant d'emprise en sociologie ou en psychologie. C'est un principe si puissant, qu'il peut parfois conduire à des dérives. Notamment lorsqu'on cherche à démontrer, par exemple, que le choix du nombre d'enfants par foyer résulte exclusivement d'un arbitrage coût /bénéfice.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARBITRAGE, finance  » est également traité dans :

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nature et mesure des anticipations »  : […] La distinction suggérée par Gunnar Myrdal (1933) entre l' ex ante (a priori) et l' ex post (a posteriori) est au cœur de la dynamique économique : il n'y a aucune raison pour que les prévisions coïncident exactement avec les variations effectives ; de l'écart constaté par les agents entre les deux types de grandeurs découlent des adaptations de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticipations-economie/#i_39309

CASSEL KARL GUSTAV (1866-1945)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 486 mots

Économiste suédois né le 20 octobre 1866 à Stockholm, mort le 14 janvier 1945 à Djursholm, dans la banlieue de Stockholm. Karl Gustav Cassel étudie à l'université d'Uppsala, puis à celle de Stockholm où il devient professeur d'économie de 1904 à 1933. Il occupe le devant de la scène internationale grâce à sa contribution sur les problèmes monétair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-gustav-cassel/#i_39309

FINANCE DE MARCHÉ - Marchés de capitaux

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 7 775 mots

Dans le chapitre « L'arbitrage »  : […] Les arbitragistes sont à l'affût des différences de cours et de taux d'intérêt qui peuvent exister, momentanément, entre différentes places ou différents compartiments de marché. Lorsque l'opportunité se présente, l'arbitrage qu'ils effectuent, combinant souvent plusieurs opérations d'achat et de vente, au comptant et à terme, leur permet de réali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finance-de-marche-marches-de-capitaux/#i_39309

FINANCE DE MARCHÉ - Théorie des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON
  •  • 6 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles d'arbitrage »  : […] Comparés aux modèles d'équilibre général tels que le CAPM ou le CCAPM, les modèles d'arbitrage sont des modèles qui reposent sur une seule propriété de l'équilibre général (l'APT cité plus haut en fait partie). Il s'agit de la propriété d'absence d'opportunité d'arbitrage (AOA) qui est forcément satisfaite sur tout marché en équilibre. Ce concept […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finance-de-marche-theorie-des-marches-financiers/#i_39309

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « La théorie des anticipations »  : […] L'évaluation des prix d'actifs repose toujours sur le principe de l'arbitrage. L'arbitrage est une opération qui vise à réaliser un profit en tirant parti de la différence entre les rendements attendus sur les différents placements. En l'absence d'aversion pour le risque, ces opérations pratiquées par un grand ensemble d'agents conduisent à égalis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-d-interet/#i_39309

Voir aussi

Pour citer l’article

Gunther CAPELLE-BLANCARD, « ARBITRAGE, finance », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arbitrage-finance/