Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CASSEL KARL GUSTAV (1866-1945)

Économiste suédois né le 20 octobre 1866 à Stockholm, mort le 14 janvier 1945 à Djursholm, dans la banlieue de Stockholm.

Karl Gustav Cassel étudie à l'université d'Uppsala, puis à celle de Stockholm où il devient professeur d'économie de 1904 à 1933. Il occupe le devant de la scène internationale grâce à sa contribution sur les problèmes monétaires internationaux lors de la conférence de Bruxelles de 1920 et à son appartenance au comité financier de la Société des nations en 1921.

Sa contribution la plus importante à la théorie économique est le concept de parité de pouvoir d'achat. Par exemple, si le baril de pétrole se vend 90 dollars aux États-Unis, et si un dollar vaut 120 yens, ce même baril de pétrole doit coûter 10 800 yens au Japon (90 × 120 = 10 800). En d'autres termes, il doit exister une parité entre le pouvoir d'achat du dollar aux États-Unis et le pouvoir d'achat de ce même dollar, converti en yens, au Japon. Cassel pense que si le taux de change ne réalise pas la parité, il n'est pas à son niveau d'équilibre : soit le prix, soit le taux de change doit être modifié jusqu'à ce que la parité soit à nouveau atteinte. Celle-ci est assurée par l'arbitrage, transaction fondée sur les écarts de prix entre les marchés internationaux. Généralement, les arbitragistes achètent à bas prix et vendent à prix fort jusqu'à ce que la différence de prix disparaisse. Pour reprendre l'exemple précédent, si 900 dollars permettent d'acheter 10 barils de pétrole aux États-Unis contre 8 seulement au Japon (en raison d'un prix du baril en yens plus élevé), alors les arbitragistes achèteront du pétrole aux États-Unis (ce qui fera monter le prix du baril en dollars) et le revendront au Japon (ce qui fera baisser le prix du baril en yens). De telles opérations d'arbitrage se poursuivront jusqu'à ce que l'écart de prix soit complètement résorbé et la parité de pouvoir d'achat des monnaies rétablie. La théorie de Cassel est à strictement parler fausse, car tous les biens ne font pas l'objet d'échanges internationaux. Quoiqu'il en soit, son idée est un point de départ utile, particulièrement lorsqu'on prend en considération le taux d'inflation. Si un pays connaît un taux d'inflation plus élevé qu'un autre pays, la parité des pouvoirs d'achat permet de prédire que la devise de ce pays se dépréciera par rapport à celle de l'autre pays.

En 1933, Cassel est envoyé par le gouvernement suédois à la conférence économique internationale de Londres, qui échouera toutefois à trouver des solutions aux désordres commerciaux et monétaires de la Grande Dépression. Il représente également la Suède lors de divers congrès de la Chambre de commerce internationale.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CHANGE - Les théories du change

    • Écrit par Hélène RAYMOND-FEINGOLD
    • 9 106 mots
    • 1 média
    ...relatifs se trouve déjà dans les travaux du philosophe et historien David Hume (1711-1776) et de l'économiste classique David Ricardo (1772-1823). Mais la première présentation complète de cette théorie est attribuée à Gustav Cassel, qui détaille le principe de la P.P.A. dans deux articles parus en...
  • CHANGE, notion de

    • Écrit par Marc POURROY, Séverine VANDELANOITE
    • 1 786 mots

    Au xiie siècle, lors des grandes foires de Champagne, les commerçants venus d'horizons divers avaient recours aux changeurs, qui procédaient à la conversion des différentes monnaies en circulation. Ce n'est toutefois qu'à l'époque de la Renaissance que les banquiers d'Italie du Nord réunirent les fonctions...

Voir aussi