ARBITRAGE, finance

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'arbitrage et le bon fonctionnement des marchés

Hélas pour les investisseurs, les opportunités de gain sans risque ne peuvent perdurer indéfiniment. Sitôt une opportunité d'arbitrage décelée, elle tend à disparaître. Il existe, en effet, sur les marchés, des intervenants spécialisés, les arbitragistes qui sont à l'affût de telles opportunités (dans le jargon financier on parle de free lunch, ou « repas gratuit »). Par exemple, pour profiter d'une différence de prix sur un même actif coté sur deux places financières, il suffit aux arbitragistes d'acheter cet actif là où il coûte le moins cher pour le revendre là où il est le plus cher. En raison de la loi de l'offre et de la demande, le prix de l'actif sur le premier marché va augmenter, tandis que sur l'autre marché son prix va diminuer. En cherchant à tirer partie des éventuelles imperfections entre les prix, les arbitragistes contribuent ainsi à restaurer l'équilibre. Tout comme la spéculation, l'arbitrage est une activité indispensable au bon fonctionnement des marchés.

Le simple fait que les opportunités d'arbitrage, sitôt décelées, soient corrigées, a des conséquences particulièrement importantes. Dans les modèles théoriques, cette propriété donne naissance à l'hypothèse d'absence d'opportunité d'arbitrage. Il s'agit d'une hypothèse clé en finance, où elle est omniprésente. Cette hypothèse implique des relations plus ou moins strictes entre le prix des actifs, ce qui permet d'évaluer :

– les actions dans le cadre de l'Arbitrage Pricing Theory (modèle A.P.T.) due à Stephen Ross en 1976 ;

– les contrats à terme fermes à partir de la relation de parité des taux d'intérêt couverte, formulée par John Maynard Keynes en 1923, et développée par John Hicks en 1939, dans le cadre du modèle de cash and carry (modèle de « coûts de portage ») ;

– les options à la suite des travaux de Robert C. Merton, Fisher Black et Myron Scholes en 1973.

Le respect de la condition d'absence d'opport [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARBITRAGE, finance  » est également traité dans :

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nature et mesure des anticipations »  : […] La distinction suggérée par Gunnar Myrdal (1933) entre l' ex ante (a priori) et l' ex post (a posteriori) est au cœur de la dynamique économique : il n'y a aucune raison pour que les prévisions coïncident exactement avec les variations effectives ; de l'écart constaté par les agents entre les deux types de grandeurs découlent des adaptations des comportements et les mouvements économiques. Plus […] Lire la suite

CASSEL KARL GUSTAV (1866-1945)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 486 mots

Économiste suédois né le 20 octobre 1866 à Stockholm, mort le 14 janvier 1945 à Djursholm, dans la banlieue de Stockholm. Karl Gustav Cassel étudie à l'université d'Uppsala, puis à celle de Stockholm où il devient professeur d'économie de 1904 à 1933. Il occupe le devant de la scène internationale grâce à sa contribution sur les problèmes monétaires internationaux lors de la conférence de Bruxell […] Lire la suite

FINANCE DE MARCHÉ - Marchés de capitaux

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 7 775 mots

Dans le chapitre « L'arbitrage »  : […] Les arbitragistes sont à l'affût des différences de cours et de taux d'intérêt qui peuvent exister, momentanément, entre différentes places ou différents compartiments de marché. Lorsque l'opportunité se présente, l'arbitrage qu'ils effectuent, combinant souvent plusieurs opérations d'achat et de vente, au comptant et à terme, leur permet de réaliser un profit sans risque. L'arbitragiste, comme l […] Lire la suite

FINANCE DE MARCHÉ - Théorie des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON
  •  • 6 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles d'arbitrage »  : […] Comparés aux modèles d'équilibre général tels que le CAPM ou le CCAPM, les modèles d'arbitrage sont des modèles qui reposent sur une seule propriété de l'équilibre général (l'APT cité plus haut en fait partie). Il s'agit de la propriété d'absence d'opportunité d'arbitrage (AOA) qui est forcément satisfaite sur tout marché en équilibre. Ce concept d'équilibre partiel, très spécifique à la finance, […] Lire la suite

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « La théorie des anticipations »  : […] L'évaluation des prix d'actifs repose toujours sur le principe de l'arbitrage. L'arbitrage est une opération qui vise à réaliser un profit en tirant parti de la différence entre les rendements attendus sur les différents placements. En l'absence d'aversion pour le risque, ces opérations pratiquées par un grand ensemble d'agents conduisent à égaliser les rendements attendus entre les différents ac […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gunther CAPELLE-BLANCARD, « ARBITRAGE, finance », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arbitrage-finance/