Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FINANCE DE MARCHÉ Théorie des marchés financiers

La Finance en tant que domaine d'étude se divise traditionnellement en deux spécialités : la finance d'entreprise et la finance de marché. Bien qu'en partie imbriquées, ces deux spécialités ont des orientations différentes. La finance d'entreprise s'intéresse aux choix de financement et d'investissement des entreprises. La finance de marché étudie les marchés financiers, en particulier ce qui détermine les prix des actifs et la façon dont les investisseurs composent et gèrent leur portefeuille d'actifs (actions, obligations, produits dérivés, etc.).

Sur les marchés financiers, l'orientation des capitaux se fait par l'intermédiaire du mécanisme des prix, qui permet de valoriser les opportunités d'investissement que les émetteurs de titres cherchent à financer, tout en tenant compte du risque qu'elles comportent. Les prix, en tant qu'instrument de coordination des comportements, sont donc essentiels, comme dans tous les autres secteurs de l'économie, car ce sont eux qui assurent l'efficacité des choix économiques. Il est de ce fait très important que ces prix reflètent la « vraie valeur » de chaque actif, ce que les financiers appellent la « valeur fondamentale ». Par conséquent, la valorisation des actifs financiers (calcul de la valeur fondamentale d'un actif), l'étude du degré d'efficience des marchés financiers (capacité des marchés financiers à produire des prix reflétant les valeurs fondamentales) sont des préoccupations majeures en finance de marché. Enfin, la finance de marché s'intéresse aussi à la diversité et aux caractéristiques des produits financiers. En effet, l'utilisation de certains actifs financiers, comme les produits dérivés, assure une meilleure répartition des risques au sein de l'économie puisque, grâce à ces instruments, les agents peuvent se départir de certains risques en les transférant sur ceux qui acceptent de les prendre en charge.

Les approches utilisées en finance de marché sont à la fois empiriques et théoriques. La richesse des données financières et leur relative disponibilité facilitent énormément les études empiriques. Toutefois, sans nier leur importance, nous nous concentrerons essentiellement, dans cet article, sur les développements théoriques de la finance de marché sans pouvoir, pour autant, faire une présentation exhaustive d'une discipline qui, on le devine, a des ramifications dans de nombreux domaines de la théorie économique.

La méthodologie dominante mise en œuvre en finance de marché repose sur l'hypothèse fondamentale de rationalité des investisseurs : chaque investisseur est supposé prendre les décisions qui satisfont au mieux ses intérêts, en utilisant toute l'information pertinente dont il dispose. Cette hypothèse, qui peut paraître surprenante lorsqu'il s'agit des marchés financiers dont les mouvements parfois erratiques évoquent une certaine dose d'irrationalité dans le comportement des investisseurs, est l'outil de travail correspondant à l'orthodoxie en théorie économique. Pour sa défense, cet outil s'est avéré très puissant et a produit de nombreux résultats intéressants que nous évoquerons dans cet article. Toutefois, il existe, par ailleurs, des modèles qui remettent en question le paradigme de la rationalité. Ce sont les modèles de la finance comportementale qui appliquent les principes des autres sciences sociales (psychologie, sociologie,...) à la finance.

La théorie de l'efficience

Eugène Fama

Eugène Fama

Les marchés financiers fournissent un prix pour chaque actif (action, obligation, etc.) échangé. Ainsi est-il facile de calculer la valeur d'une société cotée en bourse en s'appuyant sur la valeur de marché des titres qu'elle a émis. Toutefois, dans quelle mesure ces prix reflètent-ils les vraies valeurs des actifs ? En finance de marché,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur en sciences économiques à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Eugène Fama

Eugène Fama

Autres références

  • ACTIONNAIRES

    • Écrit par Pierre BALLEY
    • 8 189 mots
    • 2 médias
    La Bourse apporte, en principe, une réponse à cette question. Elle est en effet un marché secondaire (c'est-à-dire de titres déjà en circulation dans le public) des valeurs mobilières, ouvert à tous et soumis à des règles de fonctionnement qui visent à en assurer l'équité et la transparence....
  • AGENCES DE NOTATION

    • Écrit par Patrick JOLIVET
    • 3 415 mots

    Les agences de notation financière, également appelées agences de rating ou agences de notation de crédit, ont pour rôle de fournir aux marchés financiers une information indépendante sur la capacité des emprunteurs à rembourser leur dette, à ne pas faire défaut. Si le marché du renseignement...

  • ANTICIPATIONS, économie

    • Écrit par Christian de BOISSIEU
    • 6 072 mots
    • 4 médias
    ...nombreux arguments font pencher en faveur de l'hypothèse opposée, et de la reconnaissance par la théorie économique de l'hétérogénéité des anticipations. Il semble par exemple contradictoire d'élaborer une théorie de la finance en conservant le postulat d'homogénéité des prévisions de taux d'intérêt. Si...
  • ARBITRAGE, finance

    • Écrit par Gunther CAPELLE-BLANCARD
    • 1 274 mots
    Dans le domaine de lafinance, le terme arbitrage renvoie à une pratique qui ne laisse aucune place au jugement de valeur. Dans l'acception la plus large, arbitrer, en finance, signifie choisir parmi plusieurs stratégies similaires la plus avantageuse. Par extension, ce terme évoque la possibilité de...
  • Afficher les 93 références

Voir aussi