ANTIQUITÉNaissance de la philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Transmission de la philosophie grecque

La philosophie grecque a été essentiellement transmise au Moyen Âge latin et, de là, à la philosophie moderne, par deux voies indirectes : pendant la fin de l'Antiquité et le haut Moyen Âge, par la littérature philosophique de langue latine (Cicéron, Sénèque, Quintilien, saint Augustin, saint Ambroise, Boèce...) ; à partir du xiiie siècle, sous l'influence de traductions et de commentaires arabes (bientôt traduits eux-mêmes en latin) des originaux grecs. Cette filiation indirecte ne pouvait aller sans gauchissements, parfois lourds de conséquences. Ainsi, la traduction du grec ὀυσία par substantia, qui remonte à Quintilien, évoque l'idée d'un substrat mystérieux dissimulé sous les apparences. Or le mot grec correspondant ne contient aucune métaphore de ce genre : il signifie simplement la qualité de ce qui est proprement « étant ». Le mot grec ἐνέργεια, qui désigne l'éclat de l'œuvre achevée, n'est rendu que fort mal par le latin actus ou actualitas, qui évoque plutôt le terme d'un processus temporel. Le retour à l'original grec est apparu, à partir de la Renaissance, comme une exigence non seulement philologique, mais philosophique. C'est à cette époque que remontent les premières grandes éditions modernes de Platon (par Henri Estienne) et d'Aristote. Mais un travail considérable restait à faire, dans lequel se sont particulièrement distingués les philologues allemands du xixe siècle.

L'influence diffuse exercée par la philosophie antique depuis le haut Moyen Âge jusqu'à nos jours n'a en effet d'égale que la précarité de nos sources. Les œuvres de presque tous les philosophes de la Grèce – à l'exception de Platon, d'Aristote et de quelques néo-platoniciens – sont en effet perdues. Reproduites à peu d'exemplaires, elles n'ont pas survécu pour la plupart au discrédit dans lequel sont tombées à la fin de l'Antiquité, sous le double coup de la propagation du christianisme et des invasions barbares, les valeurs culturelles de la Grèce. Deux circonstances ont permis néanmoins de combler partiellement cette immense lacune. La première est que ces œuvres ont été abondamment citées, voire parfois plagiées, par des auteurs grecs ou latins de la fin de l'Antiquité dont nous avons conservé les œuvres. La seconde est que, selon un exemple donné par Aristote et continué par son disciple Théophraste, s'est constitué dans l'Antiquité un genre dit « doxographique » consistant à rassembler, soit dans un ordre chronologique, soit par problèmes, les « opinions » des philosophes. Nous avons conservé certains de ces ouvrages comme les Vies et opinions des philosophes de Diogène Laërce (iiie s. apr. J.-C.) ou les Eclogae (Ἐκλογαί) de Stobée (ve s.), qui sont une source précieuse pour la reconstitution des doctrines perdues. L'utilisation conjointe de ces deux sources a permis de constituer, pour chaque auteur ou chaque école, des recueils de « fragments » et de témoignages qui, si imparfaits qu'ils puissent être, sont des instruments de travail indispensables pour qui veut aborder l'étude de la philosophie grecque. Les fragments des présocratiques ont été recueillis par Diels, ceux des stoïciens par H. von Arnim, ceux d'Épicure par H. Usener et, plus tard, par Arrighetti... À travers ces extraits et ces résumés, on ne peut guère espérer reconstituer avec certitude la démarche philosophique de ces auteurs, comme on s'y est efforcé avec plus de succès pour Platon et Aristote.

Il faut ajouter néanmoins que les philosophes anciens sont partiellement responsables de cet état de délabrement de nos sources. Car, s'ils ont beaucoup parlé, ils ont généralement peu écrit, du moins peu « publié » au sens où nous l'entendons aujourd'hui. Si certains parmi les présocratiques (Parménide, Empédocle) ont écrit en vers, si le genre du poème philosophique s'est perpétué jusqu'à Lucrèce, il est caractéristique que les philosophes anciens ne nous aient laissé aucun traité en prose. Un passage du Phèdre de Platon (274 b-278 e) nous donne la raison de cette réserve : ce qui est écrit est figé, sans vie, incapable de se défendre ou de s'adapter ; au contraire, la paro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Socrate - Athènes

Socrate - Athènes
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

L'Académie de Platon

L'Académie de Platon
Crédits : Luisa Ricciarini/ Leemage/ Bridgeman Images

photographie

Héraclite

Héraclite
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Parménide - Élée (Italie)

Parménide - Élée (Italie)
Crédits : M. Jodice/ Corbis

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANTIQUITÉ  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 963 mots
  •  • 1 média

L'histoire des droits antiques du monde méditerranéen, à l'exception du droit romain, s'échelonne sur plus de deux millénaires, depuis les fragments du code sumérien d'Ur-Nammu (env. 2080 av. J.-C.) jusqu'aux documents papyrologiques de l'Égypte lagide (iiie-ier […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Le christianisme primitif

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 3 643 mots

La question des rapports entre le christianisme primitif et l'Antiquité classique appelle un double travail de réflexion : on rencontre d'abord un problème préjudiciel et théorique, qui est de décider dans quel sens l'on peut envisager l'hypothèse d'une influence exercée sur les croyances et les pratiques chrétiennes par le […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 295 mots
  •  • 3 médias

L'expression « Antiquité tardive » est d'usage plutôt récent en France alors que le mot Spätantike a été employé par l'historiographie allemande dès le début du xxe siècle pour définir une période, un goût, un style et que l'érudition anglo-saxonne s'est intéressée de tout temps (l'historien Gibbon au xviii […] Lire la suite

ANTIQUITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre JUDET DE LA COMBE
  •  • 1 979 mots

Spontanément, ou presque, on associe au mot « Antiquité » la Grèce et la Rome anciennes. Parfois, pour préciser qu'il ne s'agit pas des Antiquités égyptiennes, juives, mésopotamiennes, ou encore hittites ou indiennes ou même « nationales », on ajoute l'adjectif « classique ». Cette précision est relative, « classique » exprimant que cette Antiquité-là a, pour nous, valeur de référence culturelle. […] Lire la suite

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 019 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le cabinet d’étude  »  : […] Recueillir des spécimens naturels permet de les observer et de les manipuler, afin de les identifier et d’en percer les mystères. C’est pourquoi le cabinet ne se sépare pas d’une bibliothèque, dont il est en fait le prolongement matériel. La présence de l’objet permet de compléter la consultation des traités et les connaissances livresques. C’est là une orientation majeure de la science de la Ren […] Lire la suite

L'ANTIQUITÉ RÊVÉE. INNOVATIONS ET RÉSISTANCES AU XVIIIe SIÈCLE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 079 mots

C'est une exposition remarquable que le musée du Louvre a offerte à son public avec L'Antiquité rêvée. Innovations et résistances au XVIII e   siècle (2 décembre 2010-14 février 2011). À travers un choix de plus de cent cinquante œuvres majeures, l'ambition était d'illustrer la naissance du mouvement dit néo-classique, qui, au xviii e  siècle, a porté de nouveau l'Europe entière vers la redécouve […] Lire la suite

PROSTITUTION EN EUROPE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 3 064 mots

Dans le chapitre « Prostitution et citoyenneté dans l’Antiquité »  : […] Dans l’Antiquité, la relation entre prostitution et citoyenneté prédomine. Cette dernière repose sur l’autonomie intellectuelle et corporelle de la personne, tandis que la prostitution est considérée comme une soumission au plaisir d’autrui. Ainsi, le citoyen qui se prostitue, assimilé alors à un esclave, perd ses droits civiques. Au contraire, le recours à la prostitution, jamais interdit, s’int […] Lire la suite

SURVIVANCE, arts

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN, 
  • Sylvie RAMOND
  •  • 1 139 mots

La notion de « survivance » est centrale pour l'histoire de l'art depuis que l'historien de l'art allemand Aby Warburg (1866-1929) l'a placée au cœur de son dispositif intellectuel et léguée comme une question essentielle. Nulle autre œuvre que la sienne, après celle de son compatriote Johann Joachim Winckelmann (1717-1768), n'aura d'ailleurs marqué de manière aussi décisive la discipline, en rep […] Lire la suite

TRANSFERTS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Michel ESPAGNE
  •  • 4 519 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Postcolonialisme et transferts culturels »  : […] La question du postcolonialisme n’est pas sans lien avec celle des transferts culturels. Il s’agit bien de s’intéresser à des formes culturelles résultant de rencontres entre les pays anciennement colonisés et l’héritage intellectuel des colonisateurs. Par exemple, l’incidence des cultures africaines sur l’esthétique ou les littératures française ou anglaise est tout aussi forte que les traces la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre AUBENQUE, « ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/