ANTIQUITÉNaissance de la philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bref historique de la philosophie antique

Les présocratiques

La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vie siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences, constitue leur principe (ἀρχή). La notion de principe n'a d'autre but que d'unifier notre expérience du monde en donnant à la diversité quasi infinie des phénomènes une origine unique. Pour Thalès (env. 630-570), le principe originel est l'eau, pour Anaximène (env. 580-520) l'air, pour Xénophane (env. 560-470) la terre. Certes, un système de transformations devait rendre compte de la diversification progressive de ce principe unique, de manière à rejoindre les phénomènes observables. On a longtemps fait de ces « physiciens », préoccupés de tout ramener à des explications « naturelles » ne mettant en jeu que des mécanismes saisissables dans l'expérience la plus quotidienne (dessiccation, criblage, etc.), les lointains précurseurs de la science moderne. En réalité, on a pu montrer (F. M. Cornford, J. P. Vernant) que leurs doctrines de la genèse du monde ne sont que la laïcisation de mythes cosmogoniques mettant en scène, sous l'arbitrage de Zeus, des divinités antagonistes, dont le conflit permet progressivement à l'ordre (ordre se dit en grec κόσμος, qui signifie aussi le monde) d'émerger du chaos. Ce qui, notamment dans la Théogonie d'Hésiode (fin du viiie-début du viie s.), était encore une suite de générations divines, devient chez les ioniens un modèle pour penser les processus naturels. Des « éléments » dépersonnalisés prennent la place des divinités ancestrales : Zeus sera désormais le feu, Hadès l'air, Poséidon l'eau, Gaia la terre.

Dans cette succession de philosophes physiciens, une place à part doit être faite à Anaximandre (env. 610-540), disciple de Thalès et maître d'Anaximène. Car, pour lui, le principe n'est pas tel ou tel élément, dont la particularité risque de faire obstacle à sa transformation dans les autres, mais quelque chose de plus fondamental, l'infini, dont il expliquait ainsi le rôle : il n'y a rien qui soit principe par rapport à l'infini, mais l'infini est principe pour tout le reste, qu'il « enveloppe et gouverne ». Ce « gouvernement » s'exerce dans le sens de la « justice », c'est-à-dire de l'équilibre (ou « isonomie ») entre éléments antagonistes qui, soumis à une loi commune, tournent à l'avantage du Tout ce qui eût été sans cela affrontement destructeur. Avec Anaximandre sont déjà constitués les traits qui demeureront ceux de la vision grecque du monde : idée que le monde est un Tout à la fois un et multiple, où la pluralité des éléments et des puissances est dominée et compensée par une loi abstraite d'équilibre et d'harmonie ; analogie constamment affirmée entre cette loi d'harmonie et la justice qui doit régir les rapports humains ; conception purement rationnelle de cette justice, à laquelle les philosophes classiques donneront une expression mathématique : la justice est l'égalité dans la différence, autrement dit l'égalité de rapports ou proportion, qui consiste en ceci que chaque élément de l'ensemble se voit reconnaître tout le pouvoir, mais seulement le pouvoir que comporte son essence, c'est-à-dire sa perfection relative. Tout dérangement de cet ordre, aussi bien dans l'ordre cosmique que politique, serait retour au chaos.

Xénophane représente la transition aussi bien géographique que spirituelle entre les philosophes ioniens et la philosophie dite « italique », qui a pour cadre le Sud hellénisé de l'Italie. Né en Ionie vers 570, il a en effet émigré en Sicile. De la cosmologie d'Anaximandre, il tire la première théologie rationnelle : il est absurde de se représenter les dieux sous des formes animales ou humaines, qui varient d'ailleurs selon les peuples ; il n'y a en réalité qu'un seul Dieu, immédiatement saisissable dans l'ordre céleste, Dieu « rond » comme l'univers, omniprésent et capable de tout percevoir, immuable, sans commencement ni fin. C'est également en Italie méridionale, à Élée, que devait vivre et enseigner un philosophe dont Platon dira qu'il est le véritable « père » de la philosophie : Parménide (env. 500-440). S'élevant d'emblée au [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Socrate - Athènes

Socrate - Athènes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

L'Académie de Platon

L'Académie de Platon
Crédits : Luisa Ricciarini/ Leemage/ Bridgeman Images

photographie

Héraclite

Héraclite
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Parménide - Élée (Italie)

Parménide - Élée (Italie)
Crédits : M. Jodice/ Corbis

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANTIQUITÉ  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 963 mots
  •  • 1 média

L'histoire des droits antiques du monde méditerranéen, à l'exception du droit romain, s'échelonne sur plus de deux millénaires, depuis les fragments du code sumérien d'Ur-Nammu (env. 2080 av. J.-C.) jusqu'aux documents papyrologiques de l'Égypte lagide (iiie-ier […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Le christianisme primitif

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 3 643 mots

La question des rapports entre le christianisme primitif et l'Antiquité classique appelle un double travail de réflexion : on rencontre d'abord un problème préjudiciel et théorique, qui est de décider dans quel sens l'on peut envisager l'hypothèse d'une influence exercée sur les croyances et les pratiques chrétiennes par le […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 295 mots
  •  • 3 médias

L'expression « Antiquité tardive » est d'usage plutôt récent en France alors que le mot Spätantike a été employé par l'historiographie allemande dès le début du xxe siècle pour définir une période, un goût, un style et que l'érudition anglo-saxonne s'est intéressée de tout temps (l'historien Gibbon au xviii […] Lire la suite

ANTIQUITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre JUDET DE LA COMBE
  •  • 1 979 mots

Spontanément, ou presque, on associe au mot « Antiquité » la Grèce et la Rome anciennes. Parfois, pour préciser qu'il ne s'agit pas des Antiquités égyptiennes, juives, mésopotamiennes, ou encore hittites ou indiennes ou même « nationales », on ajoute l'adjectif « classique ». Cette précision est relative, « classique » exprimant que cette Antiquité-là a, pour nous, valeur de référence culturelle. […] Lire la suite

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 019 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le cabinet d’étude  »  : […] Recueillir des spécimens naturels permet de les observer et de les manipuler, afin de les identifier et d’en percer les mystères. C’est pourquoi le cabinet ne se sépare pas d’une bibliothèque, dont il est en fait le prolongement matériel. La présence de l’objet permet de compléter la consultation des traités et les connaissances livresques. C’est là une orientation majeure de la science de la Ren […] Lire la suite

L'ANTIQUITÉ RÊVÉE. INNOVATIONS ET RÉSISTANCES AU XVIIIe SIÈCLE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 079 mots

C'est une exposition remarquable que le musée du Louvre a offerte à son public avec L'Antiquité rêvée. Innovations et résistances au XVIII e   siècle (2 décembre 2010-14 février 2011). À travers un choix de plus de cent cinquante œuvres majeures, l'ambition était d'illustrer la naissance du mouvement dit néo-classique, qui, au xviii e  siècle, a porté de nouveau l'Europe entière vers la redécouve […] Lire la suite

PROSTITUTION EN EUROPE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 3 064 mots

Dans le chapitre « Prostitution et citoyenneté dans l’Antiquité »  : […] Dans l’Antiquité, la relation entre prostitution et citoyenneté prédomine. Cette dernière repose sur l’autonomie intellectuelle et corporelle de la personne, tandis que la prostitution est considérée comme une soumission au plaisir d’autrui. Ainsi, le citoyen qui se prostitue, assimilé alors à un esclave, perd ses droits civiques. Au contraire, le recours à la prostitution, jamais interdit, s’int […] Lire la suite

SURVIVANCE, arts

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN, 
  • Sylvie RAMOND
  •  • 1 139 mots

La notion de « survivance » est centrale pour l'histoire de l'art depuis que l'historien de l'art allemand Aby Warburg (1866-1929) l'a placée au cœur de son dispositif intellectuel et léguée comme une question essentielle. Nulle autre œuvre que la sienne, après celle de son compatriote Johann Joachim Winckelmann (1717-1768), n'aura d'ailleurs marqué de manière aussi décisive la discipline, en rep […] Lire la suite

TRANSFERTS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Michel ESPAGNE
  •  • 4 519 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Postcolonialisme et transferts culturels »  : […] La question du postcolonialisme n’est pas sans lien avec celle des transferts culturels. Il s’agit bien de s’intéresser à des formes culturelles résultant de rencontres entre les pays anciennement colonisés et l’héritage intellectuel des colonisateurs. Par exemple, l’incidence des cultures africaines sur l’esthétique ou les littératures française ou anglaise est tout aussi forte que les traces la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre AUBENQUE, « ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/