ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La discipline en question

De la critique politique à la critique culturelle

Si l'analyse réflexive des conditions de terrain s'est faite attendre, en revanche, le regard distancié sur la discipline a pris très tôt la forme d'une critique politique, à travers l'appel à l'engagement des anthropologues pour la défense des peuples colonisés (Leiris, 1969), ou la dénonciation de toute collusion entre l'anthropologie et l'impérialisme colonial (Asad, 1973 ; Hymes, 1974 ; Copans, 1975). Cette critique politique s'est amplifiée dans les années 1980 dans le cadre du courant postmoderne et des études dites postcoloniales qui ont appelé à une décolonisation des savoirs face au monopole qu’exerce un savoir ethnologique occidental, accusé de n’avoir pas tenu compte de l’historicité et de la « contemporanéité » des sociétés étudiées (Fabian, 1983 ; Bhabha, 1994). Les Cultural Studies ou Subaltern Studies ont contribué à cette remise en cause en démontrant, à partir de leur recherche sur les groupes subordonnés n'ayant habituellement pas le droit à la parole, que la connaissance est située et qu'il importe de ce fait de croiser les points de vue différenciés pour faire apparaître une autre réalité des choses. Cette approche est aujourd'hui reprise par certains anthropologues qui revendiquent une anthropologie non hégémonique. C'est le cas notamment du réseau des anthropologies du monde (RAM-WAN, 2003) qui, à partir des situations latino-américaines, défend la pluralité des anthropologies contre l'hégémonie de certaines traditions nationales.

Les transformations engendrées par les phénomènes de globalisation n'ont fait qu'accentuer ces critiques politiques et culturelles. L'intensité des flux et des circulations dans le monde a ainsi rendu obsolète toute idée de grand partage entre « nous » et les « autres », sur laquelle s'est fondée une certaine division du travail scientifique entre la sociologie et l'ethnologie. La remise en cause d'un regard « exotisant » a, par ailleurs, conduit à un ex [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur en anthropologie à l'université Paris Descartes-Sorbonne-Paris Cité

Classification

Autres références

«  ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE  » est également traité dans :

COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 4 805 mots

Dans le chapitre « Un modèle alternatif »  : […] Contrairement au modèle de Shannon et Weaver, dont on peut aisément localiser les origines (M.I.T., 1942-1945), la réflexion alternative sur la communication qui se développe dès le début des années 1950 aux États-Unis apparaît simultanément en de multiples lieux, à partir de travaux d'origines très différentes. Mais trois observations sont faites. Tout d'abord, il s'agit de chercheurs souvent mar […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Les méthodes

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 7 616 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Construction sociale des données sociologiques »  : […] En sciences sociales, les données reposent sur un processus d'enregistrement qui n'est pas toujours maîtrisé dans sa totalité par le chercheur. Même lorsque le chercheur produit lui-même ses données, par exemple à partir de comptages, il est menacé par divers dangers, comme celui de l'ethnocentrisme. Simiand distinguait deux types de critiques des données : la critique d'exactitude, tournée vers l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier LESERVOISIER, « ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-reflexive/