ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'« argument ontologique »

Les manuels nous ont gardé d'Anselme le fameux « argument ontologique » de l'existence de Dieu. Présenté pendant près d'un millénaire comme argument a priori, il était alors justiciable du platonisme récurrent qui, par la patristique, baignait effectivement les écoles monastiques à l'orée du xiie siècle. Mais les exégèses tardives du cartésianisme et du courant blondélien lui ont donné un vêtement qui le dessert. En réalité, Anselme n'avait pas à ce point formalisé son épistémologie et, si on la reprend de nos jours, on lui trouve au moins la possibilité d'une autre direction, d'une autre in-tentio. Une théorie de la connaissance ne pouvait à cette époque être développée, et l'esquisse implicite qu'en donne Anselme est évidemment insuffisante par rapport aux outils que depuis lors on a raffinés. Mais, si l'on se place du côté de celui-ci, à l'intérieur d'une foi existentielle, son argument prend une autre coloration, qui n'est ni univoque, ni fidéiste, ni idéelle. Comme, dans la théorie des ensembles, une preuve a priori par les effets exclus, il se présente à la manière d'une recherche d'antinomies dans le concept, d'antinomies qui le rendraient impossible au réel. Il devient alors sinon valable, du moins légitime. Raisonnement non positif, dogmatique, intuitionniste, qui cherche à exclure seulement l'exclusion, et qui y parvient, l'argument célèbre était destiné, dans sa consistance concrète de 1078 (date du Proslogion), à montrer l'athéisme comme étant un orgueil insensé et à détecter la spécificité logique d'un objet. L'interprétation mystique de A. Stoltz (« Zur Theologie des Proslogion », in Catholica, 1933) ou celle, fidéiste, de Karl Barth (La Preuve de l'existence de Dieu d'après saint Anselme, Neuchâtel, 1959) sont donc, pour l'historien, de simples erreurs sur Anselme. Celui-ci ne prétendait pas d'ailleurs que tout maximum est absolu ni que le pseudo-fini permet de re [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)  » est également traité dans :

PROSLOGION, Anselme de Cantorbéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 863 mots

Rédigé par Anselme de Cantorbéry (1033 ou 1034-1109), abbé bénédictin du Bec en Normandie, devenu primat d'Angleterre en 1093, canonisé et déclaré docteur de l'Église en 1720, le Proslogion doit son immense célébrité à l'énoncé d'une preuve de l'existence de Dieu, « tel que rien de plus grand ne peut être conçu ». Sans cesse […] Lire la suite

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] La démarche apologétique classique du christianisme avait été formulée par saint Anselme dans son Proslogion (1078) : fides quaerens intellectum . La foi recherche les motifs qui, sans prétendre démontrer ce qui demeure mystérieux pour la raison, permettent de croire, et fondent un « jugement de crédibilité ». Mais les motifs de crédibilité ne sont pas la foi. Leur rapport à la foi restait à éluc […] Lire la suite

BEC-HELLOUIN ABBAYE DU

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 692 mots

Il ne reste de l'abbaye du Bec-Hellouin, dans l'Eure, que quelques vestiges médiévaux et surtout les magnifiques bâtiments monastiques des xvii e et xviii e siècles. Ce fut une des plus brillantes abbayes de la Normandie, au xi e siècle. Un premier édifice, probablement de bois, fut bâti par Hellouin en 1035 sur le territoire de Bonneville, que la petite communauté dut quitter car il ne posséda […] Lire la suite

DIEU PREUVES DE L'EXISTENCE DE

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 1 014 mots

Au long de l'histoire de la philosophie, les preuves de l'existence de Dieu varient selon le type d'argument choisi pour les fonder. Le philosophe peut partir de l'expérience qu'il fait de la contingence du monde, et en inférer, se plaçant à différents points de vue, l'existence nécessaire d'un Dieu soutenant dans l'être et expliquant à la pensée la contingence de l'expérimenté. C'est ainsi que to […] Lire la suite

EXISTENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 066 mots

Dans le chapitre « La fin des grands systèmes philosophiques »  : […] Un siècle avant l’essor de l’athéisme, Emmanuel Kant (1724-1804), à la fin du xviii e  siècle, et bien que croyant convaincu, porta un coup fatal aux thèses essentialistes en réfutant la célèbre preuve ontologique de l’existence de Dieu. Cette « preuve », attribuée à saint Anselme (1033-1109) et reprise par toute la philosophie classique, faisait de l’existence une perfection. L’Être suprême é […] Lire la suite

HENRI Ier BEAUCLERC (1068-1135) roi d'Angleterre (1100-1135)

  • Écrit par 
  • C. Warren HOLLISTER
  • , Universalis
  •  • 746 mots

Roi d'Angleterre (1100-1135) et duc de Normandie (1106-1135), né en 1068 à Selby dans le Yorkshire, mort le 1 er  décembre 1135 à Lyons-la-Forêt en Normandie. Fils cadet de Guillaume le Conquérant (1027 env.-1087), Henri I er Beauclerc est couronné à Westminster le 5 août 1100, trois jours après la mort de son frère aîné Guillaume II le Roux (1056 env.-1100). Le duc de Normandie Robert II Courte […] Lire la suite

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dieu créateur et la preuve ontologique »  : […] L'idée judéo-chrétienne d'un dieu créateur de toutes choses va contribuer à l'identification de la métaphysique et de la théologie, mais en un sens différent de celui d'Aristote. Pour Aristote, Dieu n'était cause du monde qu'à titre de cause finale du mouvement qui tend vers lui. Cela laissait intact le problème posé par Parménide, problème du rapport de l'unité de l'être et de la multiplicité de […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - Le monde médiéval

  • Écrit par 
  • Léopold GÉNICOT
  •  • 12 274 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vision carolingienne et romane »  : […] Les débuts du Moyen Âge ont été marqués, dans l'ordre politique et social, par la prépondérance barbare et, dans celui de l'esprit, par la lutte du christianisme contre les croyances et les pratiques païennes et par le rôle du monachisme et de son attitude de retrait, de « mépris » du monde. L'individu y était pris dans des groupes fondés sur la naissance, l'engagement personnel, le voisinage ; il […] Lire la suite

PASSION

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 6 821 mots

Dans le chapitre « Hantise de l'immédiateté et transfiguration mystique de la passion »  : […] Aussi bien définirons-nous l'expérience passionnelle comme la perpétuation d'un doute et d'un étonnement. Si le sujet s'y révèle impuissant à se poser comme le sujet de l'actualisation de ses fins, la passion affirme tout autant la carence de l'autre à lui en assurer la détermination. Allons alors plus loin, et surprenons à travers quelques exemples le lieu de consécration de la passion. Que la dé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel-Marie DUFEIL, « ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anselme-de-cantorbery/