FIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Numa, écrit Tite-Live, n'institua de cérémonie annuelle qu'en l'honneur de la seule Fides ; il enjoignit aux flamines de se rendre à son sanctuaire sur un char à deux chevaux et de célébrer le culte la main enveloppée jusqu'au bout des doigts, afin de signifier que la bonne foi doit être protégée et que son siège est sacré jusque dans la main droite. » Bien entendu, le crédit que fait l'historien romain (I, 20) au légendaire roi Numa de l'institution du culte de Fides n'a rien d'historique ; il n'en reste pas moins que cette brève mention exprime de façon très complète la théologie sous-jacente à ce culte.

Remarquons tout d'abord que la divinité honorée ici ne se différencie en rien du concept que dénote le mot « fides » : le « respect contraignant de la parole donnée », sanctionné par le geste qui consiste à tendre sa main droite au partenaire ; c'est là précisément l'objet du culte institué par Numa. Le geste rituel par lequel on se lie juridiquement engage la divinité même qu'honorent les flamines. Les deux aspects, juridique et religieux, de la notion sont indissociables : si les célébrants de ce culte doivent avoir la main droite enveloppée de bandelettes, c'est pour rappeler qu'elle est le siège d'une véritable puissance divine. Pour un Romain, il n'y a pas de différence entre le concept qui règle les rapports entre groupes sociaux ou individus, d'une part, et le dieu qui garantit la validité de ces rapports, d'autre part.

En second lieu, bien que la garantie des contrats soit un aspect fondamental de la souveraineté, le culte institué ici intéresse l'ensemble du corps social. Fait exceptionnel à Rome, les trois flamines majeurs le célèbrent conjointement, sans qu'apparemment aucun d'entre eux jouisse d'une quelconque prééminence sur les deux autres. C'est qu'il ne s'agit pas d'une « croyance », mais de la confiance assurée que doit recevoir tout engagement contractuel. Qu'il s'agisse d'exercer le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FIDES  » est également traité dans :

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « L'assentiment »  : […] On doit aux stoïciens d'avoir ajouté un troisième trait à la philosophie grecque de l'opinion ; ce troisième trait devait conduire de façon décisive à la philosophie moderne (cartésienne, humienne, kantienne) du jugement. C'est d'une tout autre distribution des notions que cette dernière procède, à savoir d'une véritable analyse psychologique de l'opération en quoi consiste la saisie ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_50809

FÉTIAUX

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRISSON
  •  • 471 mots

Membres d'un groupe, ou collège, de vingt prêtres ( fetiales ) chargé d'assurer à Rome la garantie de Jupiter vis-à-vis d'un ennemi, au moment de la déclaration d'une guerre ou de la conclusion d'un traité. L'institution de ce sacerdoce spécialisé répondait au besoin de mettre le bon droit de son côté en affirmant la « légitimité » d'une guerre et en sanctionnant l'« engageme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fetiaux/#i_50809

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « « Fides » et « foedus » dans l'Antiquité romaine »  : […] Quelles étaient les valeurs de la fides chez le peuple romain avant l'apparition du christianisme ? Nous adopterons comme fil directeur de notre analyse l'hypothèse formulée jadis par M. Voigt (« Die Begriffe von Fides », in Jus naturale , IV, Leipzig, 1875) et complétée depuis par G. Dumézil et G. Freyburger. L'idée essentielle, que nous avons déjà men […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/#i_50809

Pour citer l’article

Jean-Paul BRISSON, « FIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fides/