ANOURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Morphologie et anatomie

Lesgrenouilles vertes, extrêmement communes dans les mares et étangs européens, possèdent une peau d'un vert brillant tachetée de brun. Rana esculenta est le représentant le plus connu de cet ensemble d'espèces ; son nom spécifique rappelle l'usage gastronomique que l'on fait de ses pattes postérieures.

Grenouille verte

Grenouille verte

Vidéo

La grenouille verte (Rana esculenta) prend régulièrement des bains de soleil sans jamais s'éloigner de l'eau afin de s'y réfugier au moindre danger. L'hiver, elle hiberne au fond de la vase. Au printemps, des milliers d'œufs sont pondus par paquets, mais la plupart seront mangés par les... 

Crédits : dreamshot / Biosmotion

Afficher

On peut distinguer les grenouilles vertes de la grenouille rousse (Rana temporaria), tout aussi commune, par l'absence de la grande tache brune post-oculaire qui caractérise cette dernière, et du crapaud vert (Bufo viridis) par leur aspect beaucoup moins ramassé, leur peau lisse (celle des crapauds est verruqueuse) et la présence de dents (les crapauds européens sont édentés).

La bouche renferme la langue qui sert à capturer les proies. La grenouille se place par ce trait dans le groupe des phanéroglosses. Chez les aglosses, dont les représentants sont beaucoup moins nombreux (ex. le Pipa américain), il n'y a pas de langue.

Le squelette présente quelques particularités. Le crâne est très simplifié, surtout dans les régions otique et occipitale. Les os qui constituent le palais sont également réduits, d'où l'existence de larges fenêtres ptérygoïdiennes. L'oreille montre une étonnante particularité partagée avec les Urodèles : derrière la columelle se situe un petit os, l'operculum, qui est relié à la ceinture pectorale par des muscles. Ce système permettrait la transmission des vibrations du sol jusqu'à l'oreille par l'intermédiaire des membres antérieurs ; mais il pourrait aussi jouer un rôle dans l'équilibration. La colonne vertébrale compte au plus 10 vertèbres, dont une seule vertèbre sacrée ; elle se prolonge par un os long et pointu, l'urostyle, remplaçant les vertèbres caudales. La ceinture pectorale compte essentiellement deux scapula latérodorsales ainsi que deux clavicules et deux coracoïdes ventraux. Par ses g [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Têtard de crapaud

Têtard de crapaud
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Grenouille de verre, Bolivie

Grenouille de verre, Bolivie
Crédits : D. Ercken/ Shutterstock

photographie

Grenouille verte

Grenouille verte
Crédits : dreamshot / Biosmotion

vidéo

Crapaud des roseaux

Crapaud des roseaux
Crédits : Christoph Burki/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANOURES  » est également traité dans :

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 19 médias

Dans la nature actuelle, les Amphibiens, appelés également batraciens, sont représentés par trois groupes : les Anoures (grenouilles et crapauds), les Urodèles (salamandres et tritons ) et les Gymnophiones (apodes). Ces trois groupes descendent très vraisemblablement d'un ancêtre commun qui leur est propre, ce qui fait des Amphibiens actuels un groupe monophylétique, souvent aussi désigné sous […] Lire la suite

CHYTRIDIOMYCOSE

  • Écrit par 
  • Claude MIAUD
  •  • 3 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Symptômes de la chytridiomycose »  : […] B .  dendrobatidis et B .  salamandrivorans sont les agents étiologiques de la chytridiomycose, c’est-à-dire qu’ils sont responsables de cette maladie. Les signes cliniques observés ne sont pas spécifiques de la chytridiomycose et ils permettent seulement de la suspecter. Le diagnostic doit être validé par l’analyse microscopique de la structure du tissu (analyse dite histologique) épidermique […] Lire la suite

RÉGÉNÉRATION ET CICATRISATION

  • Écrit par 
  • Alan H. CRUICKSHANK, 
  • André PARAF, 
  • Catherine ZILLER
  •  • 6 101 mots

Dans le chapitre « Espèces à potentialités locales »  : […] Le triton, ainsi que la plupart des batraciens urodèles, régénère ses appendices (pattes et queue), sa crête, son museau, ses yeux. Chaque organe ne se régénère qu'à partir de la zone entourant son point normal d'insertion, et chacune de ces zones ne reforme que l'organe qu'elle contient normalement. C'est ainsi qu'a été définie (E. Guyénot), la notion de territoire de régénération (fig. 3a). C […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, Philippe JANVIER, « ANOURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anoures/