ANOURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Phylogénie, systématique et écologie

Il existe plus de 5 000 espèces d'Anoures réparties dans plus de 40 familles relativement bien définies mais dont le contenu peut varier suivant les auteurs. La phylogénie des Anoures donnée ici a été proposée par Duelman et Trueb (1986) à partir de l'analyse de quinze caractères morphologiques différents. La structure vertébrale, base de l'ancienne classification proposée par Noble, s'est avérée extrêmement variable et sujette à des convergences.

Phylogénie des Anoures

Phylogénie des Anoures

Dessin

Relations polygénétiques entre les Anoures actuels. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les Anoures sont parfois – mais arbitrairement – subdivisés en « anoures primitifs » et en « anoures supérieurs », les derniers constituant un grand ensemble monophylétique, mais dont les familles ont des relations phylogénétiques controversées. Nous ne citons ici que quelques-unes des familles d'anoures les plus significatives.

Anoures primitifs

Leiopelmatidés, Ascaphidés et Discoglossidés. Les Leiopelmatidés, Ascaphidés et Discoglossidés sont les plus primitifs des Anoures actuels. Les Leiopelmatidés sont cantonnés à la Nouvelle-Zélande, avec l'unique genre Leiopelma. Les Ascaphidés, vivant uniquement en Amérique du Nord, sont représentés par le genre Ascaphus. Chez ce dernier, la fécondation est interne. Le mâle possède un organe copulateur, cas unique chez les Anoures, qu'il introduit dans le cloaque de la femelle. Celle-ci fixe le cordon d'œufs aux aspérités rocheuses du fond des torrents montagnards où a lieu la ponte. Les têtards possèdent près de la bouche un organe adhésif par lequel ils se fixent aux rochers (adaptation à la vie torrenticole). Les Discoglossidés sont de petits anoures eurasiatiques et nord-africains qui s'éloignent peu des points d'eau et présentent de nombreux caractères primitifs. On peut citer par exemple Discoglossus pictus (grenouille peinte), Bombina variegata (sonneur à ventre jaune). Le plus curieux est Alytes obstetricans (crapaud accoucheur), dont le mâle saisit le cordon d'œufs au fur et à mesure qu'il est pondu (et fécondé) et l'enroule autour de ses cuisses. Il le libère lorsque les larves ont des branchies externes.

Pipidés et Rhinophrynidés. Les Pi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Têtard de crapaud

Têtard de crapaud
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Grenouille de verre, Bolivie

Grenouille de verre, Bolivie
Crédits : D. Ercken/ Shutterstock

photographie

Grenouille verte

Grenouille verte
Crédits : dreamshot / Biosmotion

vidéo

Crapaud des roseaux

Crapaud des roseaux
Crédits : Christoph Burki/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANOURES  » est également traité dans :

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 19 médias

Dans la nature actuelle, les Amphibiens, appelés également batraciens, sont représentés par trois groupes : les Anoures (grenouilles et crapauds), les Urodèles (salamandres et tritons ) et les Gymnophiones (apodes). Ces trois groupes descendent très vraisemblablement d'un ancêtre commun qui leur est propre, ce qui fait des Amphibiens actuels un groupe monophylétique, souvent aussi désigné sous […] Lire la suite

CHYTRIDIOMYCOSE

  • Écrit par 
  • Claude MIAUD
  •  • 3 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Symptômes de la chytridiomycose »  : […] B .  dendrobatidis et B .  salamandrivorans sont les agents étiologiques de la chytridiomycose, c’est-à-dire qu’ils sont responsables de cette maladie. Les signes cliniques observés ne sont pas spécifiques de la chytridiomycose et ils permettent seulement de la suspecter. Le diagnostic doit être validé par l’analyse microscopique de la structure du tissu (analyse dite histologique) épidermique […] Lire la suite

RÉGÉNÉRATION ET CICATRISATION

  • Écrit par 
  • Alan H. CRUICKSHANK, 
  • André PARAF, 
  • Catherine ZILLER
  •  • 6 101 mots

Dans le chapitre « Espèces à potentialités locales »  : […] Le triton, ainsi que la plupart des batraciens urodèles, régénère ses appendices (pattes et queue), sa crête, son museau, ses yeux. Chaque organe ne se régénère qu'à partir de la zone entourant son point normal d'insertion, et chacune de ces zones ne reforme que l'organe qu'elle contient normalement. C'est ainsi qu'a été définie (E. Guyénot), la notion de territoire de régénération (fig. 3a). C […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, Philippe JANVIER, « ANOURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anoures/