ANOURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Têtard de crapaud

Têtard de crapaud
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Grenouille de verre, Bolivie

Grenouille de verre, Bolivie
Crédits : D. Ercken/ Shutterstock

photographie

Grenouille verte

Grenouille verte
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Crapaud des roseaux

Crapaud des roseaux
Crédits : Christoph Burki/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Développement et métamorphose

Au sortir de l'œuf, l'embryon vit encore uniquement grâce à ses réserves (vitellus). Rapidement, des branchies externes ressemblant à celles des poissons lui permettent de respirer, en utilisant l'oxygène dissous dans l'eau. Puis, elles sont remplacées par d'autres branchies, internes cette fois, enfermées dans une chambre branchiale ventrale à la suite du développement d'un repli de la peau (opercule). La communication de cette chambre avec l'extérieur se fait par un orifice, nommé spiracle, dont la position est un critère de détermination. En même temps, le tube digestif devient fonctionnel. Puis commence la métamorphose proprement dite. Elle est divisée en trois périodes. La première (prémétamorphique) est caractérisée par l'apparition de l'ébauche du membre postérieur, mais une longue queue musculaire reste l'unique moyen de locomotion. Au cours de la deuxième (prométamorphique), le corps s'accroît notablement ainsi que le membre postérieur, qui peut déjà se mouvoir facilement. La période finale (postmétamorphique) est marquée par les changements les plus spectaculaires : achèvement des quatre membres ; modifications ostéologiques crâniennes (complication de l'organe olfactif, accroissement du globe oculaire, réalisation de l'oreille moyenne) ; disparition du cinquième arc aortique ; complications de la structure pulmonaire ; réduction de l'intestin (passage d'un régime herbivore à un régime carnivore) ; individualisation des glandes digestives (pancréas en particulier) ; enfin disparition de la queue.

Couple de grenouilles de Valerio

Couple de grenouilles de Valerio

Photographie

Couple de grenouilles de Valerio (Hyalinobatrachium valerioi) et œufs sur une feuille dans la forêt du Costa Rica. 

Crédits : M. & P. Fogden/ Corbis

Afficher

Toutes ces transformations s'accompagnent d'une modification du système nerveux. Les plus importantes affectent les systèmes enzymatiques, la respiration (la courbe de dissociation de l'oxyhémoglobine, différente de celle de l'adulte, indique un pouvoir oxyphorique supérieur), l'excrétion enfin (les déchets azotés sont rejetés sous forme d'urée et non plus sous forme d'ammoniaque). Tout cela accuse nettement l'adaptation à la vie terrestre.

Le contrôle de la métamorphose ne dépend pas seulement de la thyroïde. La prémétamorphose peut ê [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANOURES  » est également traité dans :

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 17 médias

Dans la nature actuelle, les Amphibiens, appelés également batraciens, sont représentés par trois groupes : les Anoures (grenouilles et crapauds), les Urodèles (salamandres et tritons ) et les Gymnophiones (apodes). Ces trois groupes descendent très vraisemblablement d'un ancêtre commun qui leur est propre, ce qui fait des Amphibiens actuels un groupe monophylétique, souvent aussi désigné sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amphibiens-batraciens/#i_7712

RÉGÉNÉRATION ET CICATRISATION

  • Écrit par 
  • Alan H. CRUICKSHANK, 
  • André PARAF, 
  • Catherine ZILLER
  •  • 6 101 mots

Dans le chapitre « Espèces à potentialités locales »  : […] Le triton, ainsi que la plupart des batraciens urodèles, régénère ses appendices (pattes et queue), sa crête, son museau, ses yeux. Chaque organe ne se régénère qu'à partir de la zone entourant son point normal d'insertion, et chacune de ces zones ne reforme que l'organe qu'elle contient normalement. C'est ainsi qu'a été définie (E. Guyénot), la notion de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regeneration-et-cicatrisation/#i_7712

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, Philippe JANVIER, « ANOURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anoures/